Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

Stigmatisation : le champion toute catégorie des mots à la con

30 Septembre 2010 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #édito

 

 

 

Impossible d’y échapper : il est partout, tout le temps, depuis le mois de juillet. Stigmatisation, du verbe stigmatiser, est dans toutes les bouches, sur toutes les lèvres, dans tous les journaux, radios, télévisions. Il vise à chaque fois les Roms, gens du voyage, par extension tous les indésirables qui sont même parfois reconduits à la frontière, ou pourchassés de manière outrageuse jusque dans des épiceries corréziennes. Les politiques, les journalistes (j’en suis), les responsables associatifs : tous utilisent le mot stigmatisation, tous conjuguent le verbe stigmatiser à tous les temps, tous les modes, toutes les personnes : je stigmatise, tu stigmatises, il stigmatise etc. Enfin… il y a une personne, et une entité qui l’utilisent plus que d’autres : le Président (qui stigmatise dès le matin en se rasant), le gouvernement (aussi). Mais quelle mouche les a donc piqués ? Stigmatiser, dans le dictionnaire signifie : flétrir, blâmer avec dureté et publiquement. Le dictionnaire des synonymes indique les verbes condamner, flétrir, critiquer. On ne peut pas dire que la définition soit à côté de la plaque. Mais stigmatiser donne aussi stigmates, comme celles de certains saints particulièrement vertueux et efficaces en matière de miracles, et on peut penser récemment au padre Pio, prêtre italien à barbichette et robe de bure qui avait de son vivant les stigmates de Jésus sur ses propres paumes des mains, et un côté droit pas frais qui suintait du sang de temps en temps. Hop ! Béatifié en grandes pompes par Benoît Seize (qui stigmatise aussi certaines pratiques, mais pas toutes).
Au train où vont les choses, si tous les stigmatisés du monde – et particulièrement de la France – voulaient se donner la main, ils arriveraient peut-être à en stigmatiser un autre, qui, du haut de ses talonnettes n’en mènerait sûrement pas large. Il y a peu, il clivait avec sa Princesse de Clèves. Aujourd’hui, il stigmatise, sans se rendre compte – le pauvre diable – que c’est lui qui va se retrouver stigmatisé. Ou avec les stigmates, allez savoir !
Et, pourquoi pas, reconduit à la frontière du 58 Faubourg Saint-Honoré… (dans un premier temps).




Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article