Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

Articles avec #emerveillement tag

La lumière de la Charente existe

20 Août 2020 , Rédigé par F.S Publié dans #rural road trip, #émerveillement, #littérature

- Bayers -

- Bayers -

"La lumière de la Charente existe, sans pareille en France, même dans la Provence. Elle n'est pas traduisible en mots. Partout, on ne sait quoi d'ineffable baigne la nature ; l'homme aussi. (...) La lumière de la Charente est limitée à un petit espace. Un peu plus loin c'est un autre ciel et d'autres mœurs".

Jacques Chardonne, Le Bonheur de Barbezieux. (1938)

- Bayers -
- Bayers -
- Bayers -
- Bayers -

- Bayers -

- Verteuil-sur-Charente -
- Verteuil-sur-Charente -
- Verteuil-sur-Charente -
- Verteuil-sur-Charente -
- Verteuil-sur-Charente -

- Verteuil-sur-Charente -

Photos (c) Fred Sabourin.

Lire la suite

Gargilesse-Dampierre : quelques grammes de romantisme et impressionnisme en Berry - Creuse

3 Août 2020 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement, #voyage - voyage...

- Gargilesse-Dampierre ; peintures de la crypte XIIIe - XVIe s. -
- Gargilesse-Dampierre ; peintures de la crypte XIIIe - XVIe s. -
- Gargilesse-Dampierre ; peintures de la crypte XIIIe - XVIe s. -
- Gargilesse-Dampierre ; peintures de la crypte XIIIe - XVIe s. -
- Gargilesse-Dampierre ; peintures de la crypte XIIIe - XVIe s. -
- Gargilesse-Dampierre ; peintures de la crypte XIIIe - XVIe s. -

- Gargilesse-Dampierre ; peintures de la crypte XIIIe - XVIe s. -

Niché à la confluence de deux rivières qui prennent leur temps, la Gargilesse et la Dampierre, Gargilesse-Dampierre accroche à son paletot le privilège de faire partie des 400 "Plus beaux villages de France". Ce titre n'est pas usurpé.

Sur le chemin de Saint-Jacques-ce-Compostelle, la commune abrite un château XIIe - XVIIe siècle (hélas fermé actuellement cause Covid...) ; des ruelles en pentes aux maisons accrochées à leurs flancs ; et surtout l'église Saint-Laurent-Notre-Dame et sa crypte ornée de peintures du XIIIe et XVIe siècle remarquables.

En 1857, accompagné d'Alexandre Manceau, George Sand découvre Gargilesse-Dampierre. Un mois plus tard, elle acquit une petite maison dans le cœur du bourg, qu'elle nommera "Algira". Dans son sillage, elle entraîna des peintres impressionnistes, à juste titre impressionnés par le site, ainsi que celui de Crozant à quelques kilomètres plus au sud, accroché aux méandres de la Creuse. Dès le début des années 1820, Jules Dupré, Georges de Lafage-Laujol y plantèrent leurs chevalets. Suivront (entre autres) Armand Guillaumin, Paul Madeline, Léon Detroy, Ernest Hareux, Gustave-Eugène Castan, Alfred Smith, le surréaliste Francis Picabia ; mais aussi Claude Monet (à Fresselines, à l'invitation de l'écrivain et poète Maurice Rollinat) y vinrent grâce au train qui reliait ce coin du Berry voisin de la Creuse en 7 heures depuis les gares d'Austerlitz ou d'Orsay.

Les rives des deux Creuses (Grande et Petite Creuse), de la Sédelle et de la Gargilesse, vont inspirer ces peintres et donner son nom à l'école de Crozant. On peut visiter le Centre d'interprétation des peintres de la vallée de la Creuse - Hôtel Lépinat, situé dans l'ancienne auberge tenue par "la mère Lépinat", aubergiste des peintres (à Crozant), qui se mettait en quatre pour que ces messieurs soient aux petits soins. À Fresselines, les ateliers et galeries d'art et de l'Espace Monet-Rollinat complètent la visite de ce charmant bourg creusois.

Un chouette coin de France, à l'écart des modes - s'en plaindra-t-on ? non, pas vraiment - des flux et des hordes touristiques en pantacourts et sandales quechua ; un petit coin de paradis pour les vivants qui ont les yeux, les oreilles et le nez grands ouverts aux sensations, aux impressions, au calme et au silence d'une nature sauvage envoûtante au possible...

- Crozant depuis le rocher des Fileuses ; église St-Laurent-Notre-Dame de Gargilesse ; cimetière de Gargilesse -
- Crozant depuis le rocher des Fileuses ; église St-Laurent-Notre-Dame de Gargilesse ; cimetière de Gargilesse -
- Crozant depuis le rocher des Fileuses ; église St-Laurent-Notre-Dame de Gargilesse ; cimetière de Gargilesse -
- Crozant depuis le rocher des Fileuses ; église St-Laurent-Notre-Dame de Gargilesse ; cimetière de Gargilesse -
- Crozant depuis le rocher des Fileuses ; église St-Laurent-Notre-Dame de Gargilesse ; cimetière de Gargilesse -
- Crozant depuis le rocher des Fileuses ; église St-Laurent-Notre-Dame de Gargilesse ; cimetière de Gargilesse -
- Crozant depuis le rocher des Fileuses ; église St-Laurent-Notre-Dame de Gargilesse ; cimetière de Gargilesse -
- Crozant depuis le rocher des Fileuses ; église St-Laurent-Notre-Dame de Gargilesse ; cimetière de Gargilesse -

- Crozant depuis le rocher des Fileuses ; église St-Laurent-Notre-Dame de Gargilesse ; cimetière de Gargilesse -

Lire la suite

Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier

23 Février 2020 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement, #rural road trip

"Qu'est-ce que j'aime dans le passé ? Sa tristesse, son silence, et surtout sa fixité. Ce qui bouge me gêne". (Maurice Barrès, Cahiers).

Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier

Baronnie de La Rochefoucauld depuis le XVe siècle, Verteuil-sur-Charente est célèbre pour son château, forteresse médiévale, remaniée au XVIIe siècle. Le mémorialiste François VI de La Rochefoucauld s'y retira et y vécu jusqu'à sa mort. On peut aussi voir à Verteuil l'ancien couvent des Cordeliers (aujourd'hui hôtellerie haut de gamme), et tout ce qui fait le charme des vieilles pierres charentaises au bord du fleuve, qui plait tant aux visiteurs britanniques (entre autres, naturellement).

Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Lire la suite

Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)

9 Février 2020 , Rédigé par F.S Publié dans #concept, #émerveillement

Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)

Lire la suite

Hiver, n'êtes-vous qu'un vilain ?

4 Février 2020 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement, #rural road trip

- Son-Sonnette -
- Son-Sonnette -

- Son-Sonnette -

Comme dit une enfant que je connais bien, quand on écoute un poème de Charles d'Orléans : "hiver, vous n'êtes qu'un gentil"... Beauté divine et mélancolie douce de ces paysages tristes où les arbres lancent leurs grands bras nus vers le ciel, comme des signaux de détresse pour appeler la belle saison. Tristesse apparente seulement... Les eaux des ruisseaux sont gonflées à bloc ; les rivières débordent d'un jus glacé vert de gris ou marron, saturant le gosier des racines qui les bordent. Les champs et sous bois jonchés de branches, spongieux comme des éponges, semblent repus et peinent à boire le trop plein des pluies tombées la veille. Le chant discret de ce ruissellement murmure une chanson, et, contre toute attente, donne vie à cette nature qui fait semblant d'être morte.

"Hiver, vous n'êtes qu'un vilain,

Été est plaisant et gentil,

En témoin de Mai et d'Avril

Qui l'accompagnent soir et matin.

Été revêt champs, bois et fleurs,

De sa livrée de verdure

Et de maintes autres couleurs

Par l’ordonnance de Nature.

Mais vous, Hiver, trop êtes plein

De neige, vent, pluie et grésil ;

On vous doit bannir en exil.

Sans point flatter, je parle plain :

Hiver, vous n'êtes qu'un vilain".

(Charles d'Orléans)

- Mouton, église saint-Martial -

- Mouton, église saint-Martial -

Hiver, n'êtes-vous qu'un vilain ?
- Labours -

- Labours -

Hiver, n'êtes-vous qu'un vilain ?
Hiver, n'êtes-vous qu'un vilain ?
Hiver, n'êtes-vous qu'un vilain ?

Lire la suite

Kiffe de karst aux Eaux-Claires

30 Décembre 2019 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement, #voyage - voyage...

Ci-gisent des sédiments transformés en roches carbonées vieux de 92 millions d'années. (Bonne année, tant qu'on y est).

Kiffe de karst aux Eaux-Claires
Kiffe de karst aux Eaux-Claires
Kiffe de karst aux Eaux-Claires
Kiffe de karst aux Eaux-Claires
Kiffe de karst aux Eaux-Claires
Kiffe de karst aux Eaux-Claires
Kiffe de karst aux Eaux-Claires
Kiffe de karst aux Eaux-Claires
- Homo cavernus, chambre avec vue -
- Homo cavernus, chambre avec vue -

- Homo cavernus, chambre avec vue -

- "Au clair de la lune..." -

- "Au clair de la lune..." -

Lire la suite

Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage

29 Décembre 2019 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement, #voyage - voyage...

"Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage, un jour tu t'es trouvée dévêtue dans mes bras" (René Guy Cadou).

Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage
Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage
Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage
Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage
- "On reconnaît l'hiver à ce que les arbres sont en bois" (Jules Renard) -

- "On reconnaît l'hiver à ce que les arbres sont en bois" (Jules Renard) -

"La lumière de la Charente existe, sans pareil en France, même dans la Provence. Elle n'est pas traduisible en mots. Partout on ne sait quoi d'ineffable baigne la nature : l'homme aussi".

Jacques Chardonne (Le Bonheur de Barbezieux).

Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage
Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage
Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage

Lire la suite

Entreroche - Bussac : un voyage à pied

22 Décembre 2019 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement, #voyage - voyage...

Avant, pendant et après la pluie...

Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
- "Il pleut C'est pas ma faute à moi Les carreaux de l'usine Sont toujours mal lavés" - (J. Brel)

- "Il pleut C'est pas ma faute à moi Les carreaux de l'usine Sont toujours mal lavés" - (J. Brel)

- Comme un arbre dans la vie -

- Comme un arbre dans la vie -

Lire la suite

Odeur des pluies de mon enfance

10 Novembre 2019 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement

Odeur des pluies de mon enfance

Automne

Odeur des pluies de mon enfance,
Derniers soleils de la saison !
À sept ans, comme il faisait bon,
Après d'ennuyeuses vacances
Se retrouver dans sa maison !


La vieille classe de mon père,
Pleine de guêpes écrasées
Sentait l'encre, le bois, la craie
Et ces merveilleuses poussières
Amassées par tout un été.


Ô temps charmants des brumes douces,
Des gibiers, des longs vols d'oiseaux,
Le vent souffle sous le préau,
Mais je tiens entre paume et pouce
Une rouge pomme à couteau.

René Guy Cadou (recueil "Les amis d'enfance").

Odeur des pluies de mon enfance
Odeur des pluies de mon enfance
Odeur des pluies de mon enfance
Odeur des pluies de mon enfance
Odeur des pluies de mon enfance

Lire la suite

Tous les matins du monde (ne vaudront jamais celui-ci)

18 Juillet 2019 , Rédigé par F.S Publié dans #Lettres à ..., #montagne, #émerveillement

- Encore un matin -

- Encore un matin -

Il y a des matins. Des matins difficiles, des matins chagrins, des matins du bon pied, des matins du mauvais pied. Des matins à pied d’œuvre, des matins sans espoir, des matins à se recoucher. Il y a des bons matins. Il y a des « encore un matin, un matin pour rien, une argile au creux de nos mains ». Il y a des matins de fin de mauvaises nuits, des matins d’insomnies, des matins de génie. Il y a des matins où l’on ne voit rien et des matins où l’on voit bien, des matins sans problèmes. Des matins d’avenir. Des matins d’amour. Des matins de « thé ou café ? ». Il y a des petits matins redoutés, des matins espérés, des matins de condamnés, des matins de damnés, des matins d’assoiffés. Des matins en marche...

Tous les matins du monde (ne vaudront jamais celui-ci)

J’aime les matins. Je les préfère aux soirs, malgré les prodigieux spectacles de couchers de soleil flamboyants, romantiques, poétiques, abracadabrantesques. J’aime les matins et leurs nuances de jour, promesses de l’aube pour un monde nouveau. Une renaissance solaire quotidienne. J’ai déjà eu l’occasion de décrire le prodigieux spectacle de petits matins en montagne où l’on ne sait si le jour va naître ou si la nuit va recommencer. J’aime les matins en montagne parce qu’ils sont infiniment plus beaux que les soirs. Ils « sentent » quelque chose, une odeur de roche encore ensommeillée, humide et fraîche, la sueur nocturne des Pyrénées. Les matins offrent, à qui peut les voir, une énergie vitale que la montagne veut bien, en de rares instants, partager avec l’Homme.

Tous les matins du monde (ne vaudront jamais celui-ci)

Depuis déjà deux ans, je t’emmène voir ces paysages aimés, près d’un lac dans la vallée d’Ossau, le lac Gentau, sous le refuge d’Ayous. Pour la troisième fois en juillet nous nous y sommes retrouvés, dans ce décor de carte postale où le Pic du Midi d’Ossau, s’il le veut bien, se reflète le soir dans le lac, offrant un spectacle touchant que beaucoup viennent voir exprès. On jurerait parfois une photo retouchée, mais non : si aucun souffle d’air ne ride le lac, si le ciel est parfaitement dégagé, si la mer de nuage s’arrête à ses pieds, alors le spectacle est grandiose. Même les bavards (et bavardes) finissent par se taire, et admirent. C’est un moment de grâce qui se répète plusieurs fois dans l’année, mais pour le voir encore faut-il habiter à côté…

Tous les matins du monde (ne vaudront jamais celui-ci)

Ces deux dernières années, tu étais couché au moment où le soleil faisait de même, embrasant le pic dans le grand incendie du soir. Cette année, ton âge augmentant, je m’étais promis de t’offrir ce moment de grâce à nul autre pareil. Pas de chance : le premier soir un brouillard épais a tout enveloppé. On ne voyait plus ni le lac, ni notre tente, à peine le bout de nos pieds. Le plaisir de la montagne, c'est aussi quand on ne voit rien...
Au réveil, le soleil a frappé à pleins rayons sur la porte de la tente – j’avais déjà constaté en pleine nuit que le ciel s’était dégagé – augurant une superbe journée. Elle le fut. Elle le fut parce qu’elle avait commencé par ce matin-là, et ta joie de petite fille à voir se miroiter le pic dans le lac, prenant son bain du matin. Il faisait doux, à peine frais, la nuit avait été exceptionnellement douce aussi, tout juste un peu de fraîcheur à l’aube, obligeant à remonter un peu le duvet. Je me suis assis à l’entrée de la tente, et je t’ai regardé avancer vers le lac, contempler le reflet et ce soleil déjà haut qui nous chauffait la face ne nous lâchant pas de tout le jour.

Tous les matins du monde (ne vaudront jamais celui-ci)

Alors j’ai songé que tous les matins du monde ne vaudraient jamais celui-ci, cette plénitude quasi absolue de bonheur et de félicité parfaite. L’impression d’être là à la bonne place, au milieu de ces montagnes aimées et connues, que toi aussi tu connais et reconnais désormais, puisque tu y dors... Tous les matins du monde, et tous les soirs aussi, puisque le deuxième fut le bon et il nous permis d’admirer le reflet de « Jean-Pierre » - ce « géant de pierre » - enflammé des derniers rayons du soleil, montagne de verre, montagne de feu, de pics et de pointes, dans l’eau sombre et calme, presque déjà endormie du lac Gentau.

Tous les matins du monde. Et tous les soirs aussi.

Tous les matins du monde (ne vaudront jamais celui-ci)
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>