Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

une chronique sur la vie d'aujourd'hui... (ça s'appelle "le jour d'après")

11 Avril 2006 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #l'évènement

                            y a plus d’saisons !

Scène de la vie ordinaire : mardi matin, une file d’attente dans une banque. Pour une fois que je ne me sers pas de la machine uniforme à distribuer des billets, j’ai bien fait de vouloir rencontrer un être humain au guichet. Derrière moi, une conversation s’engage entre deux personnes « du troisième âge ». J’aurais eu tort de m’en priver :
- Ah tiens, bonjour ! (un silence gêné) Fait pas chaud hein ?
- oui, et encore hier il faisait plus froid, il y avait du vent ! Là ce matin c’est mieux.
- enfin quand même, moins 1 degrés ce matin…
- ah ! c’est avril, c’est chaque année pareil. Y a pu d’saisons ! Dans l’temps, c’était mieux, plus tranché. A Pâques, on avait rangé dans les armoires les pulls et les manteaux ! On allait faire ses Pâques en tenue d’été, les petites filles en robe et les garçons en bermudas… C’était jolie !
- c’était mieux avant… 
Je n’entendrai pas la suite de la conversation : elle est coupée par la banquière, qui, d’un large sourire et d’un regard vert profond prend le chèque que je lui tend.
Moi, je ne sais pas si « c’était mieux avant ». En tout cas, là, maintenant, le printemps me plait… Je n’ai ni bermuda ni robe d’été, mais je sent que cette année, je vais apprécier Pâques.
Alléluia !

Lire la suite

le jour d'après (une chronique sur la vie d'aujourd'hui)

11 Avril 2006 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #l'évènement

                               les oies sauvages

Profitant d’une fin d’après midi de dimanche je suis allé vérifier que le fleuve avait bien rejoint son lit. La pluie printanière a fait place à un peu de soleil, invité surprise de la douceur de mars. De la colline où je suis grimpé – le lieu s’appelle « le Peu St Jean », tout un programme ! – j’admire la Charente, ce « fleuve heureux » pour reprendre la formule d’un poète local. En descendant, coupant par le champ fraîchement ensemencé, après avoir traversé la petite route cantonale qui relie Vindelle à Rouhenac, je poursuis mes pérégrinations dans un sillon. Les bottes bruissent de la boue qui colle aux semelles. L’air est bon. La terre sent le réveil. On a envie de fredonner la chanson de Jane Birking : « la gadoue »…
Et puis c’est comme un éclair qui fendrait le ciel en deux : des cris stridents qui font immédiatement lever les yeux en l’air, et dresser les oreilles comme un chien de chasse. Ce sont elles, en forme de « V » presque parfait : les oies sauvages survolent ce paysage, annonciatrices d’un bonheur saisonnier. Bien sûr, et j’allais ajouter hélas,  je pense à la « grippe aviaire » et au danger qu’elles sont sensées représenter cette année. Mais je ne peux m’empêcher de chasser cette vilaine idée de mon esprit, quand, le cou cassé en deux, je les regarde passer à la verticale du lieu où j’ai stoppé mes pas gluant dans la boue. Soudain, trois d’entre elles obliquent à 90° et semblent faire demi tour ! Auraient-elles compris que pour certains, elles sont indésirables ? Pendant un court moment je me dis qu’elles vont se poser là, pour faire une halte bien méritée après tous ces kilomètres. Les autres continuent de s’éloigner. Le spectacle est ordinaire, sans doute banale… Mais il m’enchante, comme leur cri qui désormais trouve au loin un écho aussi inattendu que merveilleux : un coucou appelle le retour des migrateurs. Les oies s’éloignent, je ne les entends plus. Sur la route, une automobile s’est arrêté, le conducteur est sorti pour voir passer le cortège.
J’en oublie que mes bottes s’enfonçaient dans la boue charentaise, un effort est nécessaire pour repartir. Le « V » des oies sauvages est celui de la victoire. Les pieds sur terre, et la tête dans le ciel…
Lire la suite