Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

Articles avec #quelle epoque ! tag

L’amitié, cette enfant du hasard (en slip)

18 Août 2020 , Rédigé par F.S Publié dans #étonnement, #quelle époque !, #littérature, #l'évènement

L’amitié, cette enfant du hasard (en slip)

« Dis papa, pourquoi tu as aimé ça être militaire ? À cause de cette caserne ? ». Pas facile d’expliquer à une enfant de 9 ans pourquoi un tel lieu – une ancienne caserne landaise reconvertit en cité administrative – suscite autant d’attrait, 24 ans plus tard, allant jusqu’à provoquer un détour de 48 km sur la route du retour des vacances... C’est d’autant plus étrange que l’accueil se faisait à l’époque où elle tournait à plein régime par un bâtiment nommé « Solférino » : le « gnouf » de la dite caserne. Pour les férus d’histoire, Solférino est le nom d’une bataille de la campagne d’Italie, le 24 juin 1859, en Lombardie. C’est aussi le nom d’une petite commune des Landes, à quelques kilomètres de là. Dans la caserne Bosquet, « Solférino » était le nom des geôles où les punis de la semaine allaient essayer de dormir quelques heures, roulés dans une couverture en laine kaki, avant d’être réveillés bien avant l’aube pour effectuer les fameux « TIG », travaux d’intérêts généraux. Bienvenue à bord, jeunes bleues-bites ! Vous saviez où vous mèneraient vos égarements en cas d’écarts de conduite…

L’amitié, cette enfant du hasard (en slip)

La commune où se trouvent un père et sa fille ce jour nuageux mais chaud d’août est préfecture du département des Landes : Mont-de-Marsan. Une préfecture un peu isolée au milieu des bois, une petite cité aux allures de sous-préfecture, à peine desservie par le chemin de fer sur une voie unique et non électrifiée. Deux autoroutes passent au large, suffisamment pour faire hésiter le touriste à faire le crochet, réduisant les tentations de venir s’y perdre. Aucun véritable attrait patrimonial ou architectural en particulier, à moins de considérer que des arènes de tauromachie en soient. Des routes nationales s’en échappent en étoile, en direction de Dax, Agen, Pau et Bordeaux, fendant l’air chaud et humide entre les grands pins et les champs de maïs, à perte de vue. Mais revenons en arrière.

Un matin d’octobre 1996, plusieurs centaines de conscrits – c’était leur nom – ont convergé de la gare vers la caserne Bosquet, distante de deux bons kilomètres, pour y effectuer ce qu’on appelait encore leurs obligations militaires. C’était juste avant que Jacques Chirac ne signa la fin de la conscription, jugée inégalitaire, un brin dépassée et que les plus nantis fils à papa esquivaient joyeusement. Certains appelés y allaient cependant parfois avec entrain (rares mais il s’en trouvait). L’essentiel des conscrits ce jour-là affichait la mine timorée de ceux qui s’y résignent faute de mieux : quand faut y aller, faut y aller, et vivement la fin, bordel.

L’amitié, cette enfant du hasard (en slip)
L’amitié, cette enfant du hasard (en slip)
L’amitié, cette enfant du hasard (en slip)

Vingt-quatre heures après le début, la scène est bien réelle et aurait été digne d’une chanson de Brel. Qu’on imagine une longue file d’attente de futurs paras en slips (vive l’armée française !), survêtements pliés sous le bras, la boule à zéro, attendant leur tour pour se faire injecter des doses de vaccins dans un couloir d’infirmerie au carrelage blanc comme un asile, éclairés de néons étincelants et sentant l’eau de javel. Au bout du couloir, un médecin-chef, à lui seul remède à n’importe quelle maladie tropicale ou équatoriale que ces appelés du contingent pourraient attraper dans d'exotiques contrées où  les parachutistes coloniaux qu’ils allaient devenir étaient censés se rendre, un jour. Le capitaine médecin, flanqué de deux infirmiers, piquaient à tour de bras : fièvre jaune, typhoïde, tétanos et autres joyeusetés en guise de cocktail de bienvenue. Parmi les blancs becs, certains roulaient déjà des mécaniques, forts en gueule ; mais la plupart tentaient de regarder ailleurs en la bouclant. L’un d’entre eux tenait pourtant conversation civilisée avec un autre de ses semblables au sujet de livres. Oui, vous avez bien lu : de livres. Ça valait le coup de tendre l’oreille : il y avait donc ici un ou plusieurs extra-terrestres qui lisaient des livres ! Le contingent d’octobre, classiquement celui des étudiants, avait en effet mauvaise réputation : c’était celui des « intellos », propices à la contestation des ordres établis, propre à tenir tête, à dénoncer les ordres cons bref : des suspects qu'il  convenait de maintenir dans le rang. Il s’approcha du gars dont il ignorait encore le nom et qui parlait de livres. Il disait « en emporter  un partout quand il ne pouvait en emporter aucun autre », et qui, selon lui, pouvait être lu et relu sans lassitude. C’était L’Anthologie de la poésie française, par Georges Pompidou. Un trésor de la langue française en 450 pages serrées format livre de poche du normalien-banquier-Premier ministre-Président de la République. Prenant part à la conversation, il déclara avoir emporté pour sa part Céline, Voyage au bout de la nuit, dont il ne dépassa pas 50 pages, vu le programme annoncé. Dans cette infirmerie militaro-médicale, entre les pesées et prises de mesures, les piqûres les faisaient ressortir « bons pour le service » (mais de qui ?).

Le temps leur paru cependant trop court : 24 ans plus tard, ce conscrit anonyme ne le fut pas longtemps, il est devenu un ami, un camarade, un frère. Grâce à lui, sa vie fut probablement différente de ce qu’elle aurait pu être alors. Car à l’issue de ces quelques mois de campagne – qu’il serait trop long ici et maintenant de détailler – le lecteur de Pompidou lui fit découvrir sa montagne favorite à quelques kilomètres de « Bosquet » : la vallée d’Ossau en Pyrénées, dont il n’est jamais vraiment redescendu. Il est des lubies qui prennent parfois leur source dans les hasards de l’existence. Celle-ci en est l’enfant, devenu adulte (24 ans donc) qu’il était temps de présenter au prolongement de sa propre existence, questionnant de ses grands yeux bleus ces vieilles coutumes viriles si étranges.

Il en va ainsi de l’amitié : elle naît du hasard et des coïncidences, sans qu’on ne l’ait ni voulue ni calculée.

L’amitié, cette enfant du hasard (en slip)

Tranquillement assis à l’ombre des grands platanes qu’il avait connu et ramassé les feuilles, automne 96 ; le derrière dans l’herbe rase entourant la médiathèque montoise tout de verre et d’acier qui trône à présent dans l’ancienne cour de la caserne – dont subsistent la plupart des bâtiments et les fameux platanes bordant les anciennes allées qui résonnent encore de leurs chants de « l’ordre serré » ; ils ont parlé de ce temps lointain qui ne reviendra plus, mais demeure vivant par ce qu’il y fit et vécu. De ce qu’il en a conservé, aussi. Car demeurait la question du début : « pourquoi tu as tant aimé être ici ? », insistait-elle auprès de son père, en mastiquant un sandwich rôti de porc-mayonnaise-cornichons.  

« Parce que je m’y suis fait un Ami, ma petite, que tu connais d’ailleurs », répondit-il. « Et que cette amitié n’a pas de prix ». Voilà la leçon du jour, jeune padawan. Retiens-là, et fais de même, si tu peux.

 

"Il faut à l'amitié beaucoup de temps ; elle a besoin d'être incorporée et sans doute nouée dans l'enfance. Elle m'a détaché de l'humanité et de son avenir. Mais peu m'importent aussi les folies de l'humanité. Je pense qu'elle produira toujours de ces êtres rares auxquels on peut s'attacher, et cela suffit".

(Jacques Chardonne, Le Bonheur de Barbezieux. 1934).

Lire la suite

Rural road trip (saison 1)

29 Novembre 2019 , Rédigé par F.S Publié dans #concept, #quelle époque !, #rural road trip

Rural road trip (saison 1)

À la faveur d’une nouvelle activité depuis six mois, je suis amené à sillonner un pays rural, en opposition avec mon mode de vie et un habitat très urbain. Après avoir observé et rendu compte de la micro-société campagnarde dans quelques reportages de journaliste depuis plus d’une décennie, me voici embarqué, embedded comme on dit, dans un milieu socio-économiquement difficile, au cœur de « territoires » - comme on dit aussi – isolés, oubliés, quasi désertés par endroit. Des territoires ruraux où l’emploi se fait rare, les habitants se blotissant dans des hameaux où s’agrègent de plus en plus de recalés, déclassés, les oubliés de la mondialisation et de l’urbanisation des villes moyennes des départements moyens. Au pays des gilets jaunes en somme, où l’on croise encore des Peugeot 205 hors d’âge ; des Renault 19 qui furent il n’y a pas si longtemps customisées mettant la fièvre aux samedis soirs ; des Citroën C15 aussi nombreux que des 4x4 SUV dans les rues des métropoles un soir de match de Ligue 1 ; des scooters et même des mobylettes Motobécane.

Rural road trip (saison 1)

C’est dans cette France-la, couvrant un territoire de 37.000 habitants réunis en deux communautés de communes – Cœur et Val de Charente – que se concentre désormais mon job : apporter de l’aide alimentaire aux plus démunis. Avec notre camion, en itinérance dans cinq communes, nous allons à leur rencontre - les bénévoles et moi - une semaine sur deux, installant pour une heure notre épicerie solidaire. Tel un petit cirque ambulant, nous venons, installons nos tables et tréteaux, caisses et balances, pour un supermarché aussi diversifié qu’éphémère. Une fois les « courses » accomplies, on plie bagage et on rentre au dépôt à Mouton, 200 âmes en comptant peut-être les poules et quelques cabots grognant au passage des rares piétons.

J’en ai désormais la conviction : c’est une chance que de se laisser gagner par la richesse des pauvres. Car – c’est peut-être une révélation pour beaucoup – les pauvres sont riches. Riches de résilience. Riches de générosité de cœur. Riches de dons d’eux-mêmes et de leur temps, qui peut s’étirer très en longueur dans cette campagne où le moindre déplacement peut s’apparenter à une expédition.

Rural road trip (saison 1)

Pour apporter cette aide alimentaire à ceux qui, selon un Président de la République, coûtent un « pognon de dingue » (mais n’ont en poche qu’entre trois et cinq euros par jour pour vivre, étrange paradoxe…), nous sillonnons les routes de campagne. Les départementales à 80km/h, les chemins communaux à 70. Les routes blanches sur la carte Michelin, parfois jaunes. Etroits rubans de bitumes aux accotements plus ou moins « stabilisés », ces routes sont grignotées par la boue dès les premières pluies venues, et combien davantage ces jours-ci que le ciel nous tombe sur la tête. De part et d’autre, les ruisseaux, rivières et même le fleuve se signalent par leurs débordements dans les champs et les prés, enserrent les routes, roulent dans les fossés et sous les ponts alors qu’ils tiraient une langue desséchée par un été de feu sans fin, il y a deux mois à peine. Au détour de virages, au bout des lignes droites bordées d’arbres parfois séculaires, surgissent ces bourgs, hameaux, lieux-dits et même habitats isolés, au bout d’un chemin de terre d’eau et de boue, où meurent des niches à chiens bâtards et n’en finissent plus de pourrir des cadavres de fourgonnettes des années 70, ou d’époque fin René Coty, début Charles de Gaulle.

Rural road trip (saison 1)

Dans ces hameaux que l’on croit sans vie, si l’on prend le temps de s’y arrêter cinq minutes, c’est tout le contraire qui se produit. On entend l’aboiement des chiens, le chant du coq, le bruit strident et lointain d’une machine – scie, tronçonneuse, engins agricoles divers – et il ne se trouve personne pour s’en plaindre. Ici, dans ce nord Charente ni très beau ni trop laid, les bobos néo-ruraux n’ont pas planté leurs piquets : tout est « éloigné sans être pour autant trop loin », mais un peu quand même ; rien n’est « central » ; le téléphone mobile marche par intermittence ; la wi-fi est un vague souvenir qui fonctionne sur courant alternatif. Ici, on est « en bout de ligne », les gares fantômes sont désertes et seule la LGV saigne en deux le paysage de son vrombissement sourd, dans un air humide et frais agité par les pales des dizaines et dizaines d’éoliennes visibles partout à 360°. La nuit, elles clignotent comme des sapins de noël pour que l’on ne se perde pas, peut-être.

Rural road trip (saison 1)

Au hasard de ces bourgs, hameaux, lieux-dits, des pancartes insolites, des maisons cossues surprenantes jusque dans leurs couleurs, des cabines téléphoniques transformées en boîtes à livres, des bancs publics désespérément inoccupés, près de boîtes aux lettres démesurées rapport au courrier qu’elles doivent contenir. Leur jaune cocu résume leur situation de fin de vie. Et des pancartes « à vendre ». Énormément de pancartes « à vendre ».

C’est de là que surgissent les gens, à pied, en voiture, à bicyclette ou en tracteur, et quand ils ne surgissent pas on les devine derrière les rideaux et les carreaux observant le passant qui prend des photos. Qui est-il ? Que veut-il ? D’où vient-il et où se rend-il ?

Après six mois d’observation et de notes éparses glanées dans mes carnets qui ne me quittent jamais ; après l’accumulation d’images rapportées lors de ces tournées ou trajets en utilitaire, j’ai décidé de commencer à raconter ça. Idéalement j’aurais aimé qu’une Florence Aubenas accompagnée d’un Raymond Depardon fassent le boulot. Ils le feraient d’ailleurs bien mieux que moi. Mais je n’ai pas leurs numéros, alors j’ai décidé de m’y coltiner.

Avec grand appétit.

F.S.

Rural road trip (saison 1)
Rural road trip (saison 1)
- Ô sombres héros de la mer -

- Ô sombres héros de la mer -

- bien avant le wi-fi -

- bien avant le wi-fi -

- à tout faire -

- à tout faire -

- cent pour sang -

- cent pour sang -

Rural road trip (saison 1)
Rural road trip (saison 1)
Rural road trip (saison 1)
- aquaponey -

- aquaponey -

Rural road trip (saison 1)
- CQFD -

- CQFD -

Lire la suite

Épinay-sur-Seine, traveling arrière de 46 ans

24 Janvier 2017 , Rédigé par F.S Publié dans #quelle époque !

Lettre 643. Carte postale, La Marseillaise, Rude, Arc de triomphe. Vendredi 11 juin 1971.

Le chant du départ !... pour Épinay-sur-Seine ; où commence ce matin le congrès socialiste dont je pense, tu le sais, qu’il peut changer toute la politique française. J’arrive au centre Léo-Lagrange vers 11 heures… et j’y reste toute la journée, sauf déjeuner chez Hovanian à Saint-Germain. Il fait un froid de loup. (…)


Lettre 644. Carte postale. L’Absinthe, Degas. Au dos : deux congressistes socialistes dans un café d’Épinay. Samedi 12 juin 1971.

Le congrès. J’y vis assidûment. Assis parmi les délégués de la Nièvre je ne quitte pas ma chaise. Il me faut éviter l’agitation et les épuisants conciliabules avec les journalistes. Le débat se fixe sur le mode de scrutin pour l’élection au comité directeur. La proportionnelle intégrale est votée, rebondissement stupéfiant qui nous sauve. Le soir dans mon hôtel de Montmorency, L’Orée du bois, je rencontre les minorités (Defferre, CERES, Mauroy, CIR) et nous convenons d’unir nos suffrages. Mais comment faire pour le texte d’orientation politique, avec nos contradictions ?
Il est tard, 3 heures, je reste à l’hôtel et me couche, épuisé.
Étrange chambre presque vide avec deux lits étroits et une fenêtre sans volets ni rideaux. Le soleil me frappe et plein visage et me réveille à 6 heures. Je change de lit. Il me rattrape. Je rechange de lit. 7h45. Lever. Il me faut parler et convaincre 1000 délégués en trente-cinq minutes trois heures plus tard !


Lettre 645. Carte postale, peinture de Moser. Dimanche 13 juin 1971.

Mon discours lie et emporte le congrès. Mouvement d’une rare intensité. J’étais pourtant très fatigué. À peine dans l’action tout est devenu facile. (…) 91.000 votants. Ma motion distance l’autre de 2.200 voix.
C’est gagné. Donc, les difficultés commencent. Je rentre à 2 heures. Envie de penser à autre chose. De l’eau qui descend en torrent sur la roche. Du ciel profond. Toi près de moi, marchant parmi les herbes-fleurs de juin. Ton beau regard vert. Et la passion, le plaisir, la paix d’un après-midi de bonheur. Cette carte postale exprime (oh !art abstrait !) ma journée.

François Mitterrand, Lettres à Anne. 1962-1995. Gallimard.

 

Épinay-sur-Seine, traveling arrière de 46 ans
Lire la suite

Le terrorisme expliqué à ma fille

17 Novembre 2015 , Rédigé par F.S Publié dans #quelle époque !, #Lettres à ...

 

Ma chère enfant, il y a onze mois, j’ai déjà écrit un texte qui commençait par le même titre. Je ne l’ai jamais publié, il est resté à dormir dans le dossier « textes 2015 » d’une clé USB qui ne quitte pratiquement jamais ma poche. A l’époque – qui semble déjà si loin – toute une rédaction de dessinateurs caricaturistes était tombée sous les balles de Kalachnikov, ainsi que des clients d’un supermarché casher. La traque de deux des assassins s’était terminée dans les conditions que l’on sait, et dont nous avons vu les images, scotchés aux médias, les jambes tremblantes. Le moment que nous avons vécu, dès le début de l’année alors qu’il restait un peu de buche de Noël dans le frigidaire et qu’on avait à peine rangé les guirlandes et boules du sapin dans un  placard, était à la fois sidérant, terrifiant, tout autant que gonflé par l’espoir grâce à l’incroyable soulèvement solidaire des Français et même du monde. J’avais vu passer, ici ou là, des trucs pour « expliquer le terrorisme » aux enfants, la plupart en bande dessinée. C’était raccord avec le thème. Zep s’y étais mis, d’autres aussi, moins connus mais qui gagnent à l’être. Il faut reconnaître un certain « avantage » aux illustrateurs pour ce type de question à l’adresse du jeune public. Du coup, j’avais essayé de t’écrire moi aussi quelque chose, que je n’ai pas trouvé assez fort sur le moment et pourtant je voulais que ça sorte de mes tripes. Mais ça n’est pas sorti. J’ai laissé tomber.

C’était sans compter sur ce vendredi 13 novembre, où nous venons de franchir un pas définitif dans la terreur, la stupeur, l’horreur et tout le tremblement. Les mots nous manquent pour décrire tout cela. Trois jours après, lundi 16, tu as toi aussi fait ta minute de silence, à l’école maternelle (qui n’a jamais aussi bien portée son nom), dans ta classe, naturellement.

Je suis venu te chercher à quatre heures de l’après midi. Le ciel était gris, sans caractère, un ciel gris tout mou qui ne dit ni oui, ni non. Il faisait doux, et les feuilles mortes des arbres jonchent le sol désormais. Elles sont marrons, et, par endroit, elles forment une sorte de boue plutôt glissante, pas très avenante. La ville était très calme, mais ici ça n’est pas dû aux attentats de vendredi soir : dans une petite ville moyenne telle que B., le lundi c’est calme, tous les commerces ne sont pas ouverts, la circulation est fluide. On dirait presque un jour de vacances. On en est loin.

A l’heure pile, la grille de l’école s’est ouverte, et les parents sont entrés pour aller chercher les enfants qui ne restaient pas à l’accueil loisirs périscolaire (le truc des rythmes scolaires qui a énervé tout le monde il y a deux ans). Je ne t’avais pas vu depuis trois jours, je me suis demandé comment tu avais entendu parlé de tout ça. Tu es sortie de ta classe et je t’ai demandé comment tu allais. « Pas trop bien », m’as-tu répondu, le regard fuyant. « Ah bon ? Pourquoi ? » Et tu as expliqué que tes lunettes – une nouveauté depuis vendredi – te faisaient un peu mal au nez. Sur le chemin du retour, tu m’as dit : « M. m’a tiré la langue ! Je l’ai dit à A., qui va lui tirer les oreilles ! » J’ai entendu ça pendant que je réfléchissais toujours à la façon dont j’allais essayer de t’expliquer le terrorisme… Du coup, j’ai fermé ma gueule. On est rentré en se courant après genre « attrape-moi si tu peux » et en grimpant sur les murettes. La liberté. L’insouciance. La vie.

Pour le goûter, il y avait une demi-pomme, un carré de chocolat, du jus de pomme, un petit morceau de gâteau aux noix. Je me suis aussi épluché une pomme pour t’accompagner. Au bout d’un moment, le ciel était toujours gris dehors, je t’ai demandé si tu avais entendu la sirène à midi. « Oui » as-tu dit. « Et… vous faisiez quoi pendant ce temps-là ? » ai-je demandé, un peu hésitant. « On était en silence dans la classe. » Mon sang s’est figé. « Et tu sais pourquoi vous avez fait ça ? » Alors d’une traite, le plus calmement du monde, tu as dit : « Oui. C’est parce qu’il y a des gens qui sont morts à un spectacle. On leur a tiré dessus avec des gros fusils, comme des chasseurs, et dans la rue aussi. » J’ai dû reprendre mon souffle. « Et… tu sais dans quelle ville ça s’est passé ? » « Oui, à Paris. » A Paris où tu étais il y a quinze jours en balade avec ta maman…

… … …

Les points de suspension que vous venez de lire représentent les secondes – une dizaine ? Une trentaine ? Je ne sais plus – qui m’ont été nécessaires à la reprise de mes esprits. Toi, tu as continué de mâcher, toujours très consciencieusement.

On mangeait des pommes ; et en essayant de t’expliquer le terrorisme, je ne me suis pas rendu compte à ce moment-là que j’étais en train d’avaler les pépins.

 

FS 16/11/2015

 

(c) Terreur Graphique

(c) Terreur Graphique

Lire la suite

Les copains d’abord

16 Novembre 2015 , Rédigé par F.S Publié dans #quelle époque !

"A la mémoire de nos frères dont les sanglots si longs faisaient couler l'acide". 

(B. Cantat). 

Les copains d’abord

La date avait été choisie bien en amont, lors du dernier week-end où nous nous étions retrouvés. C’était au début d’un bel été, et nous avions pris rendez-vous « à l’automne ». Certains avaient un peu regretté le choix de novembre argumentant qu’on ne pourrait pas se baigner dans la piscine. D’autres avaient ajouté, pour positiver : « on ira chercher des champignons ou des châtaignes, c'est bien aussi. »

Vendredi 13 novembre, neuf vieux copains « de trente ans » (comme on dit, mais cette-fois-ci c’est vrai) ont convergés vers le Limousin, à quelques encablures de Limoges et de Saint-Léonard-de-Noblat. De Paris, Versailles, Blois, Castres, Lyon, Châteauroux La Rochelle et Angoulême, les 8 jeunes quadragénaires se préparaient pour un week-end « entre potes ». Parce qu’on a la chance de pouvoir encore le faire. Parce que nous nous connaissons depuis des lustres. Parce que nous avons déjà partagé beaucoup de moments ensembles. Parce que nous nous aimons d’une vieille amitié virile tout autant que sincère, je le crois.

D’emblée, l’ambiance est montée, naturellement, comme d’habitude dirai-je. Les bonnes blagues, les petites vannes sur l’un ou l’autre se sont mélangées aux nouvelles plus sérieuses. Des nouvelles de la famille, de la vie professionnelle, de la vie personnelle. On a épluché quelques châtaignes et coupé du saucisson, ouvert des bières, remis un bûche sur le feu. En cuisine, des parfums venaient déjà caresser nos narines tandis que nous guettions l’arrivée de l’un ou nous inquiétions du retard d’un autre. Quand tout le monde fut arrivé, nous avons enfin pris l’apéro, car la bière c’est juste pour la soif et la joie des retrouvailles. On a parlé de ceux qui ne pouvaient pas venir, expatriés quelques années au Chili ou en Chine. On a trinqué, et on a remis une bûche sur le feu.

Le dîner fut animé, sans éclats de voix particuliers pour autant. On a parlé politique bien sûr, mais sans s’engueuler, pour une fois. Les récentes déchirures entre tel ou tel semblent être pardonnées, ou en tout cas dépassées, chacun mesurant peut-être que ça serait quand même un peu con de bousiller une si longue amitié pour ça. On a parlé aussi, évidemment, de celles qui n’étaient pas là : les femmes. Présentes partout, mais visibles nulle part. Je ne m’étendrais pas sur le sujet, car je risquerais d’avoir des problèmes avec telle ou telle, et avec les féministes de garde qui veillent au grain, partout et toujours. C’était un week-end entre copains. Point.

On a ouvert quelques belles bouteilles, car c’est le seul dress code que nous nous imposons : on vient seul, sans femme, ni enfants, ni chiens ni chats, mais bien accompagné quand même. Sans être des buveurs d’étiquettes, nous sommes quand même amateurs de belles et bonnes choses… à partir du moment où elles s’ouvrent avec un tire-bouchon. Les discussions sont allées bon train, et on a voyagé sans quitter nos chaises : du Tchad d’où revient l’un des nôtres d’une mission humanitaire, à Pékin et Santiago où sont les frères de deux autres. Paris, Blois, Lyon et le Tarn ont fait le reste. On a aussi parlé médecine, et c’est toujours rassurant d’avoir un docteur parmi ses amis. On a évoqué la Cop 21, la planète, tout ça… Fromage, dessert, puis on s’est affalé qui dans le canapé, qui au bord de la cheminée, pour digérer en reprenant un verre de Saint-Emilion grand cru (ça aide, vous ne saviez pas ?).

On a remis une bûche sur le feu. Et les premiers tweets sont arrivés. Les premières alertes sur Facebook. Les premiers re-tweets des sites d’informations, des médias nationaux. Tout le monde, ou presque, s’est mis à regarder son smartphone sans rien dire. Nous cherchions les résultats d’un match de foot qui venait d’avoir lieu au Stade de France. Nous sommes tombés sur un concours de tir à vue en plein Paris. Un mauvais jeu de massacre. Et nous sommes tombés de haut. Certains on quand même débuté une petite belote, gardant une oreille à ce que les autres énonçaient en découvrant, stupéfaits, le bilan qui s’alourdissait minute par minute. Nous étions sidérés, sans mot dire. Le Parisien de l’équipe était inquiet. Son visage a changé. Le banlieusard n’était pas plus rassuré. Vers une heure du matin, les plus assommés sont allé se coucher. Les autres ont continué la belote. On se sentait à la fois proche de l’évènement et tellement protégé de là où nous étions, au beau milieu de la campagne limousine. Dehors, il commençait à faire froid mais sans excès pour un mois de novembre. Le silence était écrasant. Rien, ni chien, ni insecte, ni moteur, pas un meuglement de vache ni un souffle d’air. Le silence absolu de la nuit épaisse et lourde qui s’abattait sur notre maison, notre refuge. Une nuit noire. Une nuit de mort.

Le lendemain tout le monde s’est réveillé tôt, bien que certains se soient couché très tard. Nous avons alors pris, comme tout le monde, l’exacte mesure du drame atroce qui venait de ce jouer, un vendredi soir à Paris. Des gens écoutaient de la musique, mangeaient, buvaient, dansaient. Ils étaient à des terrasses de café, profitant de la douceur d’un automne jusqu’ici exceptionnel. Ils étaient, eux aussi, entre potes, entre amis, entre couples, ou seuls au comptoire, pour l’être un peu moins. Certains devaient se connaître, comme nous, depuis longtemps, depuis l'enfance qui sait, depuis toujours.

Nous avons alors tous pris conscience, sans se le dire, juste dans les regards et la manière d’être, que nous étions incroyablement chanceux d’être ensemble, d’être amis, et, plus encore : d’être vivants. La suite du week-end s’est déroulée comme elle devait : d’autres bouteilles se sont ouvertes, on a déjeuné dehors au soleil, la bière a coulé sous la mousse, on a ramassé des pieds de mouton et des châtaignes en secouant les feuilles mortes jonchant le sol des forêts. Le rosbif était parfaitement cuit comme on aime, et la tarte au pommes aussi. On a tapé dans un ballon de rugby, aux rebonds si imprévisibles. On a fait les cons avec le Lada Niva dans les chemins creux. Dimanche matin, sur la table du petit déjeuner, des journaux sont venus mettre des images et des mots sur l’horreur. Et nous disions : "et maintenant, que faire ?"

Enfin, l’après midi, au moment de la dispersion générale, tout les vieux copains, en se faisant des bises de vieux copains et se tapant sur les épaules se sont dit, droits dans les yeux : « à la prochaine, fin mai-début juin, hein ? »

Ouais, les gars. Sans faute, d’accord ?

Sans faute...

F.S 16 novembre 2015

- petite revue de presse entre amis -

- petite revue de presse entre amis -

- du beau, du bon, du...? -

- du beau, du bon, du...? -

Lire la suite

De quoi « l’ultra trail » est-il le nom ?

25 Octobre 2015 , Rédigé par F.S Publié dans #quelle époque !

De quoi « l’ultra trail » est-il le nom ?

C’est devenu une mode, pour une élite sur-entrainée et bénéficiant d’heures de loisirs pratiquement à volonté. Ne dites plus « course à pied » ou encore moins « jogging », pas plus que « footing ». Ces termes appartiennent à un passé révolu, où les tenues fluo disputaient aux ravitaillements exclusivement faits de bananes et de raisins secs. Le marathon – distance autrefois mythique (42,195 km sur l’asphalte) – ne les fait plus rêver. Il en faut plus, beaucoup plus. Enormément plus. « Pantagrueliquement » plus oserait-on dire. A s’en rendre malade même. Un truc de fou, et d’ailleurs une des épreuves les plus dures et les plus sélectives de la catégorie s’appelle comme ça : la « Diagonale des fous » (1). Qui sont ces forçats des temps modernes, ces prisonniers d’un goulag vers lequel ils se précipitent non pas en marchant, mais en courant (presque tout le temps) ? Qui sont ces masochistes qui disent pourtant y prendre énormément de plaisir au point de ne plus pouvoir s’arrêter ? Ce sont les ultra trailers. Des coureurs de fond, mais en plus long. Beaucoup, beaucoup plus long.

Terrain de jeu. Terrain de "je"

Sont-ils des repris de justice ? Des gens à qui on a annoncé qu’il ne leur restait que quelques mois à vivre et se lancent un défi de fou pour sentir une dernière fois leur vivacité corporelle ? Des évadés d’un bagne guyanais qui ne devaient leur salut qu’à la course effrénée sans se retourner ? Des inconscients à la recherche de sensations toujours plus fortes (essentiellement, dans le cas présent, de la souffrance et de la douleur assommante) ? Non, rien de tout cela. Des gens – des hommes, majoritairement – qui ressemblent à vous et moi. Ou presque. Ce sont plutôt dans les CSP + que se recrutent, se cooptent devrait-on dire ces « bêtes humaines ». En temps normal – mais qu’est-ce désormais la normalité pour eux ? – ils s’entrainent des heures entières en semaine, et le week-end aussi. Des heures qui se comptent en dizaines, vingtaines, trentaines ! De jours, de nuit, tôt le matin ou tard le soir, par tous les temps : tout le temps. Dès que les servitudes du travail leur en laisse le loisir – on y trouve beaucoup de consultants, de free-lance, de cadres de toutes petites entreprises de conseils ou de coaching – ils partent courir. Laissant la plupart du temps femmes et enfants, s’ils ont eu la patience d’attendre jusqu’ici, derrière eux. Alors ils s’enfoncent dans les bois, forêts, chemins creux, terres labourées, plates ou en pentes ; à la conquête de cols montagneux ; autour des lacs, bref : tout ce que la nature peut mettre à leur disposition comme terrain de jeu.

Terrain de jeu, et aussi terrain de « je » tant l’omniprésence sur les réseaux sociaux est indissociable des exploits aventureux de ces forçats des chemins de remembrement. On les voit dans toutes les tenues possibles, avant, pendant et après l’effort, généralement souriant tant qu’à faire même si on devine la crispation pour faire bonne figure (au bout de 100 bornes sans avoir dormi plus de 20 mn on le serait à moins !). Des ultra-selfies pour ultra-trailers satisfaits de compter des amis Facebook suffisamment nombreux et connectés pour les encourager à se « dépasser », à aller « toujours plus loin ». Mais, au fait, jusqu’où ?

Corps vivant / Corps mort

La ligne d’arrivée, généralement franchie au bout d’une quarantaine d’heures pour les plus chanceux, c’est-à-dire ceux (ou celles, ne négligeons pas les 20 ou 30 % de femmes qui s’adonnent à cette torture contemporaine et technologique, certes beaucoup plus discrètement côté selfies…) qui tiennent encore debout sans être trop blessés ou qui ne sont pas tombés ivres morts de fatigue au bord du chemin, cette ligne d’arrivée tant convoitée on s’en doute n’est pas la vraie limite qu’ils se fixent. Elle est ailleurs. Elle est plus loin, beaucoup plus loin. Au-delà des bornes et des limites qu’il faut franchir. Plus loin que la souffrance. Plus loin que la douleur (« qui ne dure qu’un temps, alors que l’abandon c’est pour toujours » peut-on lire dans les nombreux commentaires de la communauté globe-trotteuse facebookienne). Plus loin que tout, plus loin que la vie. C’est peut-être la mort que ces vivants essaient de rattraper, cette finitude humaine « qu’il nous faut regarder en face un peu tout les jours, histoire de ne pas la perdre de vue », dit je ne sais plus quel chanteur à la mode mais c’est plutôt bien tourné comme formule. 

 

La mort ? Vous n’exagérez pas un peu, quand même par hasard ? Non, je ne crois pas, et si je peux me le permettre c’est que tout en ne faisant pas partie de cette petite caste des épuisés et ravis des courses en chemin 48 heures durant, je me suis quand même arrêté à la fameuse distance reliant Athènes à Marathon… Et je trouve déjà ça fort épuisant pour ne pas dire traumatisant, malgré le goût que j'y ai pris. Je n’en fais pas partie, mais je l’observe de près, de très près même. J’en compte parmi mes amis – pas tous Facebook mais beaucoup y sont – et j’en ai même interrogé certains pour les besoin d’une enquête sur les « courses natures ». C’est peut-être bien la mort et sa mystique qu’ils cherchent à défier, à rattraper, pour la dépasser ? La terrasser ? La repousser ? La hâter, que sais-je ? Eux seuls répondront, peut-être un jour, si ce n’est avec des mots, ou avec ce qui leur restera de corps.

Douleur et gémissements : de la "bobologie" ? 

Autrefois, il y avait des guerres atroces et fratricides – on disait des « boucheries » ça dit tout – pour envoyer toute une génération de jeunes hommes en chier leur race à pied, en courant parfois, dans la boue et la poussière, exténués de fatigues, sur les petits chemins de terre et même en dessous, dans des tranchées. Le dépassement de soi y était possible, l’héroïsme aussi évidemment, l’entraide et la camaraderie également. Qualités qu’on retrouvent chez les traileurs, sorte de mineurs de fond des grandes surfaces naturelles et aérées.

Désormais, il y a les ultra-trails, où l’on repousse sans cesse ses limites, sans dormir ou presque (certains évoquent des hallucinations au bout d’un moment), en mangeant sur le pouce des glucides froids et ensuite mal digérés. Il faut avoir vu les vomissements, diarrhées et autres petits « tracas » des malchanceux, des mal préparés ou tout simplement des plus fragiles sur le bord du chemin pour constater à quel point quand le corps parle, tout le monde ne semble pas prêt à l’écouter de la même manière. 

Il faut voir et entendre les gémissements de douleur lorsque, une fois la ligne d’arrivée franchie (la vraie, pas l’autre, la virtuelle), ils s’écroulent sur l’herbe d’un stade quasiment incapables de se relever seuls (un marché potentiel pour les marchands de matériel médical, fauteuils roulants, béquilles, déambulateurs etc.).

De la « bobologie » ? On peut le minimiser de cette manière en effet. Ou le nier, c’est selon.

Difficile cependant de voir les suites réelles de ces travaux d’Hercule, les selfies se raréfiant une fois « l’exploit » accomplit (ou l’abandon subit…). On imagine aisément que ce ne serait pas très vendeur…

Jusqu'où ? 

Demeure selon nous une lancinante question que posent ces ultra-traileurs, véritables zek à la recherche d’un goulag ultra moderne à ciel ouvert : jusqu’où peuvent-ils aller ? Si la plupart de ces ultras courses tournent autour de 100 à 150 km, certaines courses atteignent 200 km, voire plus ! Dans des lieux inhospitaliers parfois. Sans compter les aléas météorologiques qui peuvent transformer ces sorties en véritables antichambre de l’enfer. On attend avec gourmandise le premier qui franchira, sans s’arrêter, les 1000 bornes d'affilées ; et si possible avec du dénivelé pour corser un peu l’affaire. Jusqu’où la "capacité de résistance et d’adaptation du corps humain" - ce sont leurs médecins qui le disent - ira-t-elle ?

Jusqu’à la mort, peut-être ? On ne le souhaite pas, mais elle seule pourra dire le mot : « fin ». Ou le dépasser, qui sait…

 

  1. Traversée de l’île de la Réunion, 166 km et 9.000 mètres de dénivelés positifs.

 

F.S 

 

Lire la suite

La France découvre l’existence des journaux en papier et des kiosquiers (Legorafi)

14 Janvier 2015 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #quelle époque !

 

Chers amis lecteurs du blog "Le Jour, d'après..." : je ne résiste pas à l'immense plaisir de vous faire partager cet excellent article de nos confrères du Gorafi.fr

 


France – Plusieurs centaines de milliers de témoignages concordants confirment l’existence de petites boutiques qui vendraient des journaux en papier avec des informations imprimées dessus avec de l’encre. On soupçonnait leur existence, d’autres affirmaient qu’ils avaient disparu. Les kiosquiers ( /kjɔs.kje/ ) et les journaux en papier existent donc bel et bien. Et cette confirmation d’existence s’est propagée comme une traînée de poudre dans toute la France, entraînant des belles grosses queues devant les kiosquiers. Nombreuses et nombreux étaient celles et ceux qui voulaient de leurs yeux voir et toucher pour la première fois un papier imprimé ou simplement parler à un kiosquier ou un marchand de journaux. Marie, 21 ans, a acheté ainsi un journal en papier dans un kiosque, une petite boutique en verre installée sur une place et vendant plusieurs autres journaux, eux aussi tous en papier. « Je ne savais pas ce que c’était, c’est très doux au toucher » raconte la jeune femme, émue, en caressant le papier du journal. « Il n’avait plus Charlie Hebdo mais j’ai réussi à acheter d’autres journaux, c’est fou, je n’imaginais qu’il y avait autant de titres et de revues différentes » affirme-t-elle. Un jeune homme souligne quant à lui l’impact profond que pourraient avoir les journaux papiers. « C’est une incroyable avancée. On peut aujourd’hui imprimer des informations sur du papier et les vendre dans des boutiques. En plus le papier fait un joli bruit quand on tourne les pages » ajoute-t-il tout en faisant tourner une page lentement. Selon d’autres informations qui nous parviennent, il semblerait désormais à peu près certain que ces mêmes kiosquiers vendraient d’autres journaux en papier et cela tous les autres jours de l’année.

La Rédaction

http://www.legorafi.fr/2015/01/14/la-france-decouvre-lexistence-des-journaux-en-papier-et-des-kiosquiers/

 

small 140115-685x320

Lire la suite

On n'est pas là pour se faire engueuler

21 Février 2014 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #quelle époque !

 

 


On trouve beaucoup d’articles ces jours ci sur la sortie récente de Nathalie Kosciusko-Morizet, accusant la journaliste du Monde qui la suit de faire campagne pour Anne Hidalgo. Beaucoup d'articles aussi sur les insultes proférées par Nicolas Dupont-Aignan à l’égard de Frédéric Haziza. La presse en ligne en profite pour faire des medleys, en vidéo, où on voit à peu près tout ce que ce pays compte de politiques, daubant, à un moment ou un autre, sur la caste infâme des journalistes... Qui de leur côté s'en émeuvent.

Comme si on n'avait jamais appris à distinguer le vrai du faux, le bluff de l'info. Comme si se mettait à accorder du crédit à tout ce que disent les politiques. Par exemple, je peux affirmer, après recoupements, vérifications, et croisements de plusieurs sources, que Béatrice Gurrey, du Monde, qui suit NKM, n'est pas la 21e tête de liste du PS à Paris. Et que Frédéric Haziza n’est pas “une merde intégrale” (c’était ça l’insulte)...


Ce que tout ça révèle, c’est finalement, uniquement un coin de la personnalité de Nicolas Dupont-Aignan. Et la fébrilité actuelle de Nathalie Kosciusko-Morizet, pas plus ! Faut-il s’en émouvoir outre mesure ? Faut-il y voir des attaques contre la liberté de la presse ? A quoi s'attend-on quand on fait ce métier ? A recevoir les félicitations des politiques ? Non.
 
Quand Marine Le Pen passe son temps à essayer de faire croire que tous les journalistes sont coulés dans le moule du même système. Quand Jean-Luc Mélenchon, sur son blog encore avant-hier, appelle ses fidèles à créer une “ambiance qui soit partout contraire et méprisante” pour la “caste", c’est franchement plus pathétique qu’inquiétant. En plus d’être terriblement banal.

Nul besoin de rappeler ici ce qu’était la liberté de la presse en France il y a encore quelques décennies. Il faut plutôt affirmer que si les journalistes doivent être contrôlés, c’est par tout le monde sauf par les politiques. Jamais, nulle part, et en aucune circonstance.

Je me permets donc pour ma part de prendre ces petites attaques pour des guignolades, sans aucune importance, et de demander en retour aux responsables politiques (c’est le moment, on est en campagne, et puis c'est mon métier), de leur demander ce qu’ils comptent faire sur les vrais sujets concernant la presse. Il y a eu la baisse de la TVA sur les pure players, c’est bien, mais ça ne suffit pas.

Que faire pour protéger le pluralisme ? La diversité ? Quelle aide pour le papier ? Qu’est-ce qu’on peut faire pour Libération ? Pour préserver l’indépendance des journalistes ? Comment renforcer la protection et le secret des sources ?

Il y a mille autres questions,  mais j’arrête là, je vais me faire engueuler.

 

Benoît Bouscarel, France Culture, 7h16, le billet politique     (link)

 


 

 

 

Lire la suite

Casser l’image

10 Février 2014 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #quelle époque !

 


par Guillaume Fraissard, supplément radio-télévision du Monde, 9-10 février 2014.

 


Scène surréaliste à la permanence de campagne de Patrick Balkany, candidat aux élections municipales à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). A une équipe de la chaîne tout info BFM-TV, venue tourner sur les lieux dimanche 26 janvier, le maire UMP et député, en lice pour un cinquième mandat, s’est violemment emporté après des questions insistantes des journalistes sur ses ennuis judiciaires. «Cassez-vous! Et je garde la caméra, parce que vous faites chier !» Avant d’entreprendre de vouloir «retirer la bande» de cette même caméra… qui continuait bien sûr à tourner. Au-delà de leur signification politique, ces images qui ont fait le tour de la Toile et alimenté nombre de commentaires soulignent combien les rapports de certains responsables politiques avec la télévision semblent rester figés dans des temps révolus. Un temps où la «BFMisation» de la vie publique n’avait pas accéléré la cadence des réactions et des polémiques, un temps où les caméras restaient sagement sur les trottoirs et ne s’immisçaient pas dans le moindre espace, un temps où l’on pensait pouvoir contrôler son image en «retirant la bande», un temps enfin où les réseaux sociaux ne propageaient pas à la vitesse de la lumière les moindres dérapages. Cette époque-là n’existe plus, et vouloir casser l’image, comme souhaitait le faire M. Balkany, relève désormais de l’anachronisme. On peut déplorer cette dictature de l’instantané et du direct, cette boulimie d’actualité qui ne produit parfois que du vide. Mais les règles ont radicalement changé, et si les personnalités politiques savent parfaitement se servir de cette nouvelle donne pour faire passer leur communication et leurs messages, certains oublient que l’information en continu n’est pas une tribune de meeting. Qu’elle peut au contraire exposer au grand jour, avec une puissance démultipliée, leurs traits de caractère les moins avouables et leur conception dépassée des relations avec l’information.

 

 

(Ah tiens donc... Comme c'est curieux...)

 

 

 

Bosc-Bordel R R

 

En Seine-Maritime, on prononce "Bo"... Essayez, pour voir...

Lire la suite

Des rebelles très conventionnels…

8 Février 2014 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #quelle époque !

 

SAB 9742 R

 


Les 17e RDV de l’Histoire qui se dérouleront à Blois en octobre 2014 auront pour thème « les rebelles. » Une aubaine en cette année de commémoration du centenaire de 1914 et 70e anniversaire de 1944.

Après la guerre, les rebelles. En annonçant le thème des prochains Rendez-vous de l'Histoire, Jean-Noël Jeanneney, président de la « plus grande manifestation d'intellectuels en France » (sic) a créé une surprise chez les spectateurs qui ne l'est pas vraiment, au fond.
Il vaudrait mieux s'y préparer : en 2014, nous allons manger du poilu de la Première guerre mondiale, et du résistant de la Seconde. Qu'on le veuille ou non, 2014 sera une année de commémoration. Une Mission du centenaire a même été créée pour ça, qui a fortement marqué de sa présence l'édition 2013 des Rendez-vous de l'Histoire : stand majestueux au salon du livre, conférences et communications diverses assurées par des historiens et chercheurs de renom, dont Antoine Prost, professeur émérite à l'Université de Paris I, Panthéon – Sorbonne.


Un (e) rebelle au Panthéon ?


Et alors, direz-vous ? Quoi de plus normal d'honorer ces poilus présentés aujourd'hui plus comme des victimes de l'idiotie d'une guerre manipulée par des officiers généraux que d'aucuns qualifient de « criminels de guerre, » que comme des combattants ? Ou encore, d'honorer la mémoire de ces résistants de 1944, dont ils semblent aujourd'hui avoir été si nombreux qu'on se demande comment la France n'a pas été libérée du joug nazi plus tôt ? La collision des deux commémorations fait d'ailleurs débat parmi les historiens, mais aussi les politiques, et particulièrement des régions concernées, la Picardie, l'Alsace, la Lorraine et les Vosges, qui comptent sur ce tourisme mémoriel pour palier une activité économique décroissante. Si le Général de Gaulle voyait dans la période 1914 – 1944 une sorte de « guerre de trente ans, » décidant en 1964 de commémorer les deux guerres en même temps, les anciens combattants signalent que c'est une tradition qui « dépasse de Gaulle. » En 1954 et 1984 en effet, les deux évènements ont déjà été commémorés ensemble.


Plus fort encore : l'enjeu est, on l'aura compris, politique. Car il y a un courant d'air du côté du Panthéon – dont on ignore encore qui pourrait y entrer à cette occasion mais le sujet fait déjà l'objet d'âpres débats - et un dossier sensible, jamais refermé, qui nécessitera beaucoup de doigté : la mémoire des 620 soldats condamnés à mort et fusillés « pour l'exemple, » pendant la Grande Guerre. Qui entrera au Panthéon ? Un Poilu de 14 ? Un résistant de 44 ? Un homme ? Une femme ? Un rebelle ? Là est la clivante question.


Poilus, résistants, rebelles et quoi encore ?


Pierre Nora et Jean-Noël Jeanneney, dans un entretien au journal Le Monde du 11 octobre dernier semblent se défendre de privilégier les uns ou les autres dans cet aspect commémoratif* « Je déplorerais une commémoration qui se concentrerait uniquement sur les fusillés et les mutins ; ce serait une injustice » (J. N Jeanneney). Pierre Nora paraît appeler à la synthèse qui dépasserait le simple aspect mémoriel de la commémoration, en insistant sur le problème de la dette que les générations passées ont contracté envers leurs pères, ces héros. « À titre personnel, dit-il, je pense que si on mettait au Panthéon tout à la fois Michelet et Marc Bloch, on exprimerait un message sur la Révolution française, sur la République et sur la Résistance. Et on saluerait le rôle civique de l'histoire. » 


À l'énoncé du thème retenu pour les Rendez-vous de l'Histoire 2014, on peut s’interroger. Premièrement parce qu'il s'agit bien d'une suite à la guerre, thème de 2013 : les grandes manœuvres continuent, sur le terrain politique cette-fois, dans une année commémorative et électorale qui sera très difficile. Deuxièmement parce qu'on ne peut qu'apprécier le tour de passe-passe des deux figures d'historiens que sont Pierre Nora et J-N Jeanneney : soit tout est ficelé d'avance et ils jouent parfaitement bien la comédie. Soit le thème des rebelles est imposé d'en haut, et alors ils jouent parfaitement bien les « cocus magnifiques. »


L'ingérence du politique dans les affaires de l'historien, le phénomène n'est - hélas ! - pas nouveau. Les vrais rebelles, eux, on sait en revanche comment ils terminent.

*comprendre : les mutins et fusillés d’un côté, et les résistants de l’autre, leur point commun étant cette accession au statue de héros, même posthume.

 

 

F.S

 

(recyclage d'un article publié le 25 octobre dernier. L'expo Tardi au 41e FIBD d'Angoulême permet de savoir ce qu'il en pense, lui, de ce centenaire commémoratif.)

 

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>