Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

Articles avec #voyage - voyage... tag

Le charme désuet des cartes postales

14 Septembre 2017 , Rédigé par F.S Publié dans #voyage - voyage...

J’ai reçu cet été deux cartes postales. Deux phares, deux côtes, deux ambiances. Une de Bretagne, la « tempête sur le phare du Créac’h » ; une autre du phare de la Coubre, en Charente-Maritime. Si j’aime beaucoup envoyer des cartes postales, j’aime autant en recevoir. Hélas, c’est chose très rare de nos jours, à l’heure des mails et surtout des sms ! Ainsi se perd dans le monde ultra moderne hyper connecté cette délicate attention qui fait (toujours) souvent plaisir, et qui coûte – timbre compris – moins d’un euro cinquante.

Le charme désuet des cartes postales

Et pourtant… Combien elles nous enseignent, ces cartes postales, pas seulement par la surprise qu’elle procure en ouvrant la boîte aux lettres (qui elle aussi deviendra bientôt désuète). Regardons celle du phare de la Coubre, par exemple. L’image, aérienne, est parfaitement cadrée. Rien à voir avec les photos prise à bout de bras ou de perches à selfies avec un smartphone ou une tablette numérique. Trait d’union entre terre et ciel, les pieds au milieu d’une garigue plantée sur son lit de sable, la tête dans l’azur : le phare de la Coubre a fière allure. Dans son habit rouge et blanc, on le croirait prêt à se rendre aux bacchanales d’ivrognes sur la côte basque ou landaise. Droit comme un i, il ne s’enivre pourtant que de vents marins aux embruns iodés, de sel et de soleil. À ses pieds, les toitures orangées des bâtiments techniques, couvrant des murs blancs étincelants. On aperçoit aussi en minuscules, des voitures garées sur un parking chauffé au soleil. Un drapeau flotte au vent. Encore plus minuscules, marchant sur la plage adossée à la dune, des petits bonshommes, dont on jurerait des fourmis. Ce sont de besogneux vacanciers qui vont s’échouer au bord de la mer, le corps flasque enduit d’huile solaire, les épaules lesté de parasols, de jeux de plage, de glacières où fondent lentement les glaces du goûter des gosses surexcités. Un peu d’écume signale la marée montante – c’est mieux pour les photos. Et le bleu de l’océan invite à l’infini des mers…
Au dos de la carte, on vous livre la connaissance : « La Côte de Beauté… Phare de la Coubre (Charente-Maritime 17). Construit en 1905, d’une hauteur de 64 m. sa montée est de 300 marches, sa portée en mer est de 100 à 120 km. Muni d’une antenne radio-phare d’une portée de 600 km, il sert aux navigations air et mer ». On y apprend aussi que la carte est éditée chez Artaud Frères, à Carquefou (44).

 

Le charme désuet des cartes postales

Sur carte bretonne, autre ambiance : elle est non seulement visuelle (« tempête sur le phare du Créac’h ») mais aussi sonore. Elle fait appel à tous les sens : on entend le fracas des vagues écumantes sur les rochers. On sent une forte odeur d’iode. On voit l’océan se déchirer sur la côte. On goûte l’humidité du sel sur ses lèvres. On plonge les mains dans cette onde qui bout et on les ressort poisseuses d’écume. Au dos, on peut apprendre un peu de langue bretonne : « Barr-amzer war tour-tan ar C’hreac’h ». L’imprimerie est à Louannec, 22700, coincée entre Perros-Guirec et Trévou-Tréguignec. Le phare de Créac’h surveille la pointe du même nom, sur l’île d’Ouessant. C’est peu dire qu’à cet endroit du bout de la terre, là où elle finit, on a intérêt d’amarrer solidement tout ce qu’on porte sur soi et près de sa maison : ce n’est pas l’océan qui vient aux gens, ils habitent dedans !
 

La carte postale est donc bien plus qu’une simple photo instantanée envoyée pour faire plaisir à quelqu’un et lui dire qu’on pense à lui (ou elle) depuis son lieu de villégiature estivale : c’est un univers entier qui s’ouvre, une invitation au voyage, qu’on tient entre le pouce et l’index, en revenant de la boîte aux lettres avec une baguette sous le bras. En tendant l’oreille, on entend le vent. En approchant le nez, on sent les embruns, le sable chaud et les pins maritimes. Les yeux n’ont plus besoin de lire : simplement regarder.

Lire la suite

Blond vénitien

13 Juin 2017 , Rédigé par F.S Publié dans #voyage - voyage...

Ses cheveux qu’elle relève sur sa tête et maintient en l’air le temps de parler, de réfléchir, font comme un petit palmier exotique. Puis elle les relâche, d’un geste sec et tendre à la fois. Son parfum vanillé, légèrement sucré, soulève des flots de certitudes : « elle est aimable, vraiment », se disait-il, plongeant sans retenue dans l’azur de son regard profond. On dirait l’Italie. Le vent chaud de la Méditerranée remonte le long de cette Via antique bordée de pins maritimes, d’oliviers, d'amandiers et de cyprès, caressant les pierres anciennes chauffées à blanc par le franc soleil d’été. Elle était là, face à lui, face à elle-même aussi. Le mouvement de sa main dans son dos puis le long du bras valait toutes les promesses. « On en reparle », dit-elle. Ce vent sensuel soufflait dans sa poitrine et encerclait sa respiration. Il suffoquait. S’il avait su que cette asphyxie était si douce... Temps immobile, où tout demeure encore possible. Pont des soupirs, vaporetto, ruelles étroites et fraîches se laissant ça et là au détour d’un angle transpercer par un soleil ardant. Pont des soupirs, il crut mourir ; d’amour, pour cette belle en fuite, au-delà des lignes, au-delà des rêves, au-delà des désirs enfouis qui tombent en pluies d’orages. Promesse de l’aube, promesse perdue peut-être… Il n’aurait jamais pensé que cette lame de douleur pénétrant sa poitrine ait pu revenir un jour. Elle ne le lâcha plus.

 

- En route vers Mysore (Inde), sept. 2006 -

- En route vers Mysore (Inde), sept. 2006 -

Elle apportait du thé, il buvait de la chicorée au lait.

Une chose horrible, disait-elle.

Il était sergent de l’armée de terre, dans une aile discrète du Renseignement français.

Elle habitait Saigon près du fleuve.

On la tutoyait. Il la vouvoyait.

Un matin elle trouva un message enlacé autour d’un hibiscus rouge :

Ma chicorée est certainement horrible, mais votre thé est insipide.

Apprenez-moi à l’aimer.

Ce qu’elle fit…

Bernard Giraudeau, Les Hommes à terre.

Lire la suite

Dans le lit de la mer

7 Février 2017 , Rédigé par F.S Publié dans #voyage - voyage...

- 21 mai 2010, Rouen. Tournée d'adieu de la Jeanne. Dernière escale avant Brest, et la fin -

- 21 mai 2010, Rouen. Tournée d'adieu de la Jeanne. Dernière escale avant Brest, et la fin -

« J'aime l'amour des marins qui embrassent et s'en vont

Ils laissent une promesse et jamais ne reviennent

Dans chaque port attend une femme, les marins embrassent et s'en vont

Un jour, ils s'allongent avec la mort dans le lit de la mer... »

Pablo Neruda, Farewell.

Lire la suite

Ligne de fuite (suite)

1 Août 2016 , Rédigé par F.S Publié dans #voyage - voyage...

- Pensif -

- Pensif -

"Et là-bas, sous le pont, adossé contre une arche,
Hannibal écoutait, pensif et triomphant,
Le piétinement sourd des légions en marche"

(José-Maria de Heredia, La Trebbia)

Lire la suite

Ligne de fuite

14 Juillet 2016 , Rédigé par F.S Publié dans #voyage - voyage...

- Histoire de la France rurale -

- Histoire de la France rurale -

Bourlinguer...

Lire la suite

En lisant "Sur la route", de Jack Kerouac

24 Janvier 2016 , Rédigé par F.S Publié dans #littérature, #voyage - voyage...

- Sur la route en Limousin - (2015)

- Sur la route en Limousin - (2015)

"A présent, , il fallait que je dorme une journée entière, après quoi je me remettrais en route jusqu'à Denver. Je suis donc allé au YMCA, mais il n'y avait plus de chambre, alors mon instinct m'a conduit le long des voies ferrées, pas ce qui manque à Des Moines, et je me suis retrouvé dans une vieille auberge sinistre, près de la rotonde de la locomotive, un vieil hôtel, où j'ai passé une longue journée fabuleuse à dormir sur le matelas dur d'un grand lit tout propre et tout blanc, avec des saloperies graffitées à mon chevet, et des stores jaunes décrépits tirés sur le théâtre enfumé des voies de chemin de fer. Je me suis réveillé à l'heure où le soleil rougissait, et ça a été la seule fois précise de ma vie, le seul moment tellement bizarre, où je n'ai plus su qui j'étais... Loin de chez moi, hanté, fatigué du voyage, dans une chambre d'hôtel à bon marché que je n'avais jamais vue, j'entendais les trains cracher leur fumée, dehors, et les boiseries de l'hôtel craquer, les pas, à l'étage au-dessus, tous ces bruits mélancoliques, je regardais les hauts plafonds fissurés, et pendant quelques secondes de flottement je n'ai plus su qui j'étais. Je n'avais pas peur, j'étais simplement quelqu'un dautre, étranger à moi-même ; et toute ma vie était hantée, une vie de fantôme... J'avais traversé la moitié de l'Amérique, je me trouvais sur le fil, entre l'est de ma jeunesse et l'ouest de mon avenir, c'est peut-être pour ça que ça s'est passé là et pas ailleurs, en cet étrange après-midi rouge. Mais il fallait que je me remette en route, au lieu de pleurer sur mon sort, alors j'ai pris mon sac, j'ai dit au revoir au vieil aubergiste assis à côté de son crachoir, et je suis allé casser la croûte. J'ai mangé de la tarte aux pommes et de la glace ; la qualité s'améliorait à mesure que je m'enfonçais dans l'Iowa, la tarte était plus grosse, la glace plus crémeuse." 

Jack Kerouac, Sur la route. (Livre Un). 

- Sur les rails, à l'approche de Bangalore, Karnataka, India - (2006)

- Sur les rails, à l'approche de Bangalore, Karnataka, India - (2006)

Lire la suite

L'étoile filante

5 Janvier 2015 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #voyage - voyage..., #Lettres à ...

 

 

SAB 1614 R

 

 

Dimanche 4 janvier, 6h45 du matin. Extérieur nuit, route nationale 20, La Tour de Carol. 2° dehors. 21° à l'intérieur de la voiture. Les ombres blanches des sommets s'abattaient sur nous ; et la grande gueule d'une lune enceinte quasiment jusqu'aux yeux éclairait faiblement la route. Soudain, en direction du col de Puymorens, une étoile filante stria le ciel constellé d'étoiles.

Quel présage apportait-elle, cette enfant unique mort-née de l'atmosphère glacé ?

Je préfère amplement faire un voeux à celle-ci que tous les autres des débuts d'années, l'haleine chargée de relents de boudins blancs truffés, de chocolats fourrés et de champagnes tièdes.

Car ceux faits aux étoiles filantes ont probablement plus de chances de se réaliser... 

 

 

SAB 1602 R

                                             - Plouf ! -

 

Lire la suite

Bourlinguer

26 Décembre 2014 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #voyage - voyage...

 

 

"Alors chus r'parti sur Québec-Air
Transworld Northeast Eastern Western
Pis Pan-American
Mais j'sais pu ou chus rendu"

(Robert Charlebois) 

 

 

 

SAB 0964 R

                                           - Dans la brume électrique -  

 

 

 

Lire la suite

Voyage en ballon

4 Octobre 2014 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #voyage - voyage...

 

En automne, il n'y a pas que les feuilles mortes qui s'en vont, de ça, de là...

 

 

SAB 1175 R

 

 

 

 

SAB 1176 R

 

 

 

 SAB 1180 R

 

 

 

 SAB 1183 R

                                                  - Pan ! -

 

 

 

 

Lire la suite

Bourlinguer...

25 Juillet 2014 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #voyage - voyage...

 

 

En route pour de nouvelles aventures ! Sans regrets, sans se retourner, partir, s'enfuir, marcher, rêver : bourlinguer.

 

 

SAB 0226 R                                                          - et mort aux vaches ! -

 

 

 

"C'est de ce rêve que je veux ici vous entretenir, car il est peut-être aussi le vôtre, ou du moins l'a-t-il peut-être été dans votre enfance : c'est un rêve de cabanes. 

Ce rêve contient en quelque sorte tous les autres, car la cabane est par excellence le lieu où l'on peut rêver. Elle est aussi le lieu rêvé, où l'on peut toujours revenir se reposer entre deux aventures, pour digérer un voyage au long cours, préparer un nouveau départ vers d'autres horizons.

 

Ce rêve que je me propose d'écrire parce que je l'ai vécu, j'aurais aimé le trouver moi-même au chevet d'un lit, dans une cabane perchée en haut d'un grand chêne. Ce livre se serait intitulé Traité de la cabane solitaire, et je l'aurais lu bercé par le vent et le bruissement des feuilles.

 

Ce livre parlera donc des cabanes, de noeuds, de clous, de bois et de haches, mais aussi du chant du rossignol dans la nuit, de clairs de lune et de vie solitaire. Du haut de la cabane, il montrera le monde par-dessus la cime des arbres et des montagnes, jusqu'à un horizon où  rêve et réel se rejoignent."

 

Antoine Marcel, Traité de la cabane solitaire. (Arléa)

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 > >>