Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

Courir, courir, courir…

20 Mars 2015 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #Presse book

 

Couton Trail


Charley Couton est propriétaire du magasin spécialisé en course à pied "I’m a runner". C’est aussi un traileur assidu et athlète de haut niveau.

Il a le physique de l’emploi, Charley Couton. 31 ans, 65 kg sur la balance, à peine 1 mètre 80, le visage taillé à la serpe et le reste du corps à l’attenant. Du coup, on a un peu de mal à l’imaginer il y a quelques années brigadier au 4e Régiment de Chasseurs alpins de Gap avec 35 kg sur le dos, dont un fusil à lunette car l’homme y était tireur de précision. 5 ans d’armée, " j’ai toujours voulu faire ça, et dès le bac en poche, je me suis engagé " dit-il, mais aussi 5 ans à finalement perdre son statut d’athlète de haut niveau qu’il possédait en rentrant. " Dès le début, j’ai explosé les scores. L’officier du bureau des sports n’a pas vraiment apprécié que je sois meilleur que les gars qu’il avait sélectionnés ", avoue humblement celui qui boucle le test de Cooper (12 minutes à fond en parcourant le plus de mètres possibles) à 4.300 mètres quand la meilleure note est à… 3.200. Le Chef de corps – un ancien légionnaire - lui fera pourtant confiance en l’alignant sur certaines courses en ligne et trails, qu’il remportera, évidemment. On ne plaisante pas avec la parole donnée chez les chasseurs alpins, et Charley Couton, s’il ne rempile pas au bout de cinq ans – au grand dam de son commandant d’unité – en garde un très bon souvenir. " En montagne, les grades s’estompent, on est un groupe soudé, il y a une grande solidarité " ajoute le coureur au regard d’acier.
 

Simple, pratique, peu technique

Quatre ans dans les assurances plus tard, une expérience qui se soldera finalement pas dans la soie, Charley Couton retourne à ses premières amoures : la course à pied. Originaire de Blois, il y revient, en passant par Tours où il a des copains qui tiennent le magasin spécialisé Endurance Shop (à Saint-Avertin). Ce sont eux qui l’aident à ouvrir I’m a runner à Blois, rue du Poids du Roi, aucune banque n’ayant voulu le suivre. " J’avais pourtant fait un business plan raisonnable, mais tout le monde me l’a démonté. Créer une entreprise c’est très difficile, on vous met plein de bâtons dans les roues. " Refrain archi-connu. Des bâtons dans les roues, mais pas dans les guibolles, alors Charley et ses potes en baskets de Tours font tout par eux-mêmes : travaux, communication, premiers stocks. Ça démarre en janvier 2014. Dans sa boutique, des chaussures de courses à pied bien sûr, " c’est le plus important, il ne faut pas lésiner sur la qualité. Vouloir économiser 20 ou 30 € c’est prendre le risque de se faire mal ensuite. " Des chaussures de trail aussi, à semelles crantées pour plus d’adhérence, des vêtements adaptés à la course, des montres-chrono, des lampes frontales, de quoi s’alimenter. Sur 3.000 licenciés course à pied en Loir-et-Cher, seulement 1/3 sont venus le voir. Pourquoi venir ici et ne pas se contenter des mastodontes du sport dans les zones commerciales ou le e-commerce ? " Ici, vous avez le conseil, et je suis un vrai pratiquant ", ce qui est loin d’être le cas chez les supermarchés du sport… Les prix ne sont d’ailleurs pas beaucoup plus chers qu’ailleurs, et le conseil spécialisé n’a pas de prix, surtout quand on pratique une activité qui peut être traumatisante pour les articulations et le dos. Moyen et haut de gamme, I’m a runner a de quoi satisfaire les fondus de course à pied, qui sont 1,9 millions à s’y être mis en 2013, dont… 1,3 millions de femmes ! Pourquoi les femmes ? " Leur cœur est plus solide ", avance sans rire Charley Couton. " Quand vous regardez les records au marathon par exemple, l’écart entre les hommes et les femmes est moins important que dans d’autres sports. " La course à pied, le trail, sont des sports en vogue, " pour leur simplicité technique d’abord, le côté pratique ensuite : il peut se pratiquer n’importe où n’importe quand, minimum 30 à 45 mn deux fois par semaine et les premiers résultats seront là. C’est un sport qui fait maigrir pour peu qu’on adapte son alimentation en conséquence ", analyse-t-il.
 

Les gens s’entraident

Mais alors pourquoi le trail ? " J’ai commencé par le trail interlacs, entre Annecy et le Bourget : 6.000 mètres de dénivelés positifs. Puis le trail du Val Quéven (Morbihan). Un trail urbain à Angers etc. Ce que j’apprécie ? On n’est moins focalisé sur le chrono comme une course sur route. Les paysages sont variés, les parcours aussi, ce qui est rarement le cas pour les courses sur bitume. La météo est très changeante pour les trails de montagne. C’est aussi moins traumatisant pour les articulations. " Et il assure qu’il y en a pour tous les niveaux : " Les trails abordables de 30 kilomètres sont parfait pour commencer, si on est en forme avec un minimum d’entrainement. Mais il existe beaucoup de trails entre 5 et 25 km. " Pour lui, l’été d’esprit n’est pas du tout le même que sur macadam. " Les gens s’entraident beaucoup. Sur un marathon, tout le monde est concentré sur son chrono. "

Charley, qui a raflé plusieurs courses dans le Loir-et-Cher l’an dernier (à Vendôme au bois de l’Oratoire et au Trail des Moulins de la vallée de la Cisse sur 15 km) fourmille d’idées pour sa boutique : créer des évènements avec des marques, dont une marque de baskets françaises (si, si, ça existe !). 5 % de remise sont offertes à tous les licenciés d’un club, et souvent une paire de chaussettes techniques est offerte à un acheteur de baskets. Vous vous souvenez ? Le plus important pour la course…

Facebook : I'm a runner. 5 rue du Poids du Roi à Blois. 02.54.51.99.93.

 

article paru dans La renaissance du Loir-et-Cher du 20/03/2015

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article