Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

Articles récents

Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier

23 Février 2020 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement, #rural road trip

"Qu'est-ce que j'aime dans le passé ? Sa tristesse, son silence, et surtout sa fixité. Ce qui bouge me gêne". (Maurice Barrès, Cahiers).

Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier

Baronnie de La Rochefoucauld depuis le XVe siècle, Verteuil-sur-Charente est célèbre pour son château, forteresse médiévale, remaniée au XVIIe siècle. Le mémorialiste François VI de La Rochefoucauld s'y retira et y vécu jusqu'à sa mort. On peut aussi voir à Verteuil l'ancien couvent des Cordeliers (aujourd'hui hôtellerie haut de gamme), et tout ce qui fait le charme des vieilles pierres charentaises au bord du fleuve, qui plait tant aux visiteurs britanniques (entre autres, naturellement).

Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Verteuil-sur-Charente : une perle charentaise un jour d'hiver printanier
Lire la suite

Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)

9 Février 2020 , Rédigé par F.S Publié dans #concept, #émerveillement

Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)
Ils entreront dans la carrière (quand leurs aînés n'y seront plus)

Lire la suite

Salut Yakari !

5 Février 2020 , Rédigé par F.S Publié dans #l'évènement, #regarde-la ma ville

Salut Yakari !
Salut Yakari !
Salut Yakari !
Salut Yakari !
Salut Yakari !

Le Festival de la BD est fini (snif !) et l'expo "Folklorique enfance, Fantastique enfance" (avec une belle présence de Yakari notamment) est démontée : hélas ! que ne dure-t-elle jusqu'aux vacances d'hiver pour les petits Charentais qui n'ont pas pu la voir pendant le festival... Heureusement, le petit héros sioux respectueux de la nature et qui possède le don de parler aux animaux est plus malin : il s'affiche encore ici ou là sur les vitrines de la ville d'Angoulême, avec son sourire malicieux et ses yeux rieurs. Comme pour nous inviter à lever la tête dans le fatras de nos vies énervées et adopter les belles valeurs de courage, d'amitié et d'entraide dont il fait preuve à longueur des 40 albums de Derib et Jobin. Merci Yakari !

F.S.

Lire la suite

Hiver, n'êtes-vous qu'un vilain ?

4 Février 2020 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement, #rural road trip

- Son-Sonnette -
- Son-Sonnette -

- Son-Sonnette -

Comme dit une enfant que je connais bien, quand on écoute un poème de Charles d'Orléans : "hiver, vous n'êtes qu'un gentil"... Beauté divine et mélancolie douce de ces paysages tristes où les arbres lancent leurs grands bras nus vers le ciel, comme des signaux de détresse pour appeler la belle saison. Tristesse apparente seulement... Les eaux des ruisseaux sont gonflées à bloc ; les rivières débordent d'un jus glacé vert de gris ou marron, saturant le gosier des racines qui les bordent. Les champs et sous bois jonchés de branches, spongieux comme des éponges, semblent repus et peinent à boire le trop plein des pluies tombées la veille. Le chant discret de ce ruissellement murmure une chanson, et, contre toute attente, donne vie à cette nature qui fait semblant d'être morte.

"Hiver, vous n'êtes qu'un vilain,

Été est plaisant et gentil,

En témoin de Mai et d'Avril

Qui l'accompagnent soir et matin.

Été revêt champs, bois et fleurs,

De sa livrée de verdure

Et de maintes autres couleurs

Par l’ordonnance de Nature.

Mais vous, Hiver, trop êtes plein

De neige, vent, pluie et grésil ;

On vous doit bannir en exil.

Sans point flatter, je parle plain :

Hiver, vous n'êtes qu'un vilain".

(Charles d'Orléans)

- Mouton, église saint-Martial -

- Mouton, église saint-Martial -

Hiver, n'êtes-vous qu'un vilain ?
- Labours -

- Labours -

Hiver, n'êtes-vous qu'un vilain ?
Hiver, n'êtes-vous qu'un vilain ?
Hiver, n'êtes-vous qu'un vilain ?

Lire la suite

Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020

29 Janvier 2020 , Rédigé par F.S Publié dans #l'évènement

Exposition "Folklorique enfance, fantastique enfance", Quartier jeunesse du 30 janvier au 2 février.

Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020

"Chemin de traverse", Catherine Meurisse au Musée du Papier du 30 janvier au 1er mars.

Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020
Tout l'univers de la bande dessinée converge vers Angoulême #FIBD2020

Le 47e FIBD (Festival international de la Bande dessinée d'Angoulême) à retrouver aussi ici.

Lire la suite

(en ) Marche avec les loups

24 Janvier 2020 , Rédigé par F.S Publié dans #chronique cinéma

Le réalisateur haut-alpin signe un troisième film, le second sur une passion dévorante, comme l'animal lui-même : le loup. Il essaie de coller au train d'un jeune subadulte afin de percer le mystère de ses pérégrinations géographiques aléatoires. En vain ?

- Marche avec les loups (c) Gebeka Films -

- Marche avec les loups (c) Gebeka Films -

Réalisateur de la Vallée des loups en 2016 (200.000 spectateurs et de nombreuses projections suivies d’un débat, preuve que le film avait trouvé son public), Jean-Michel Bertrand a remis ça avec Marche avec les loups, qui tente de suivre sur près de 300 km un jeune loup venant de quitter la meute pour créer son propre territoire, à la recherche d’une jeune femelle et fonder à son tour une meute. Plus de deux ans de tournage, d’affûts, de fausses pistes, d’attente les pieds dans la neige ou sous le cagnard du plein été pour le résumer en un mot : passionné par ses chères vallées des Hautes-Alpes (le Champsaur et Valgaudemar dans le massif des Écrins), et hypnotisé par le loup, personnage à part entière autour duquel tourne tout le film, à mi-chemin entre documentaire et traque romanesque. Mais cette fois-ci, le propos se fait nettement plus militant que dans la Vallée des loups. Jean-Michel Bertrand s’interroge sur la « cohabitation » entre hommes et loups, plus largement entre le sauvage et le domestique. « Avec la peur du loup, la peur du sauvage ressurgit », explique avec forces belles images l’inlassable lycanthrope, poussant sa curiosité sur les mœurs de l’animal jusqu’à franchir le Rubicon et traverser Grenoble pour s’en aller vers le nord, les grands massifs forestiers du Jura où il a l’intuition que le jeune loup qui vient de quitter la meute alpine s’y trouve.

Des intuitions, Jean-Michel Bertrand n’en manque pas. Cependant, il butte sur un os (de loup ?) : une fois franchit un des cols permettant de s’extraire de la vallée encaissée où il a posé ses caméras qui se déclenche à l’approche du moindre mouvement, il perd la trace du loup, se perd en hypothèses sur le chemin qu’il a éventuellement pris. Ce faisant, il perd un peu ses spectateurs aussi, ce qu’il n’avait pas fait dans le précédent film. La faute probablement aux subterfuges que J-M Bertrand utilise pour nous faire croire à une unité de narration, mais qui ne sont en fait que des astuces du montage pour nous emmener vers le nord. La faute aussi à un militantisme un peu trop appuyé, s’obligeant à expliquer les réactions que suscite la présence du loup chez les éleveurs, les difficultés – réelles cela dit – de la cohabitation entre l’homme et les milieux sauvages. Dommage, ces quelques incartades masquent presque les points forts de cette Marche avec les loups, notamment les mystères de la progression géographique de l’espèce, sur lesquels buttent les meilleurs spécialistes.

 

N’en demeure pas moins un florilège de belles images, où l’on voit aussi le réalisateur se tromper, échouer à la manière d’un pied-Nickelé mais c’est ça aussi qui le rend sympathique et permet l’identification. Il brosse des prise de vues à couper le souffle venues du sol ou avec un drone ; une voix off chantante et rocailleuse qui accompagne, malgré tout, les spectateurs. Jusque dans une cabane typique du Jura où Jean-Michel Bertrand passe l’hiver, et enfin au dénouement en forme de happy end qui pourrait faire oublier que s’il a vraiment perdu la trace du loup, il a comme lot de consolation trouvé celle des lynx, se demandant s’ils peuvent cohabiter. Ou comment masquer la perte de ce qui était à nos yeux plutôt une bonne nouvelle – le retour du loup en France – par une autre : il y a aussi des lynx. De quoi agrémenter les longues soirées d’hiver en rêvant – ou pas – au moment où l’on pourra dire, tout « conte » fait : loup, y es-tu ?

F.S.

 Marche avec les loups, de Jean-Michel Bertrand. Sortie le 15 janvier 2020.

 

Marche avec les loups (c) Gebeka Films
Marche avec les loups (c) Gebeka Films
Marche avec les loups (c) Gebeka Films
Marche avec les loups (c) Gebeka Films

Marche avec les loups (c) Gebeka Films

Lire la suite

Le Consentement, de Vanessa Springora : le livre d’une vie

16 Janvier 2020 , Rédigé par F.S Publié dans #littérature

Vanessa Springora a mis plus de dix ans pour parvenir à écrire le récit de l’emprise qu’a exercé sur elle le sulfureux écrivain Gabriel Matzneff, quand elle n’avait que 14 ans. Elle voulait dit-elle « prendre le chasseur à son propre piège, et l’enfermer dans un livre », dit-elle. C’est réussi.

Le Consentement, de Vanessa Springora : le livre d’une vie

« Un père aux abonnés absents qui a laissé dans mon existence un vide insondable. Un goût prononcé pour la lecture. Une certaine précocité sexuelle. Et, surtout, un immense besoin d’être regardée. Toutes les conditions sont maintenant réunies ». Après 34 pages introductives d’où l’on ressort fébrile et mélancolique - récit d’une enfance où, au lieu d’être un « rempart », son père n’est qu’un « courant d’air » - Vanessa Springora campe le décor de ses cinq ans, moment où ses parents se séparent à la suite d’une n-ième dispute. Moins de dix ans plus tard, traînée dans un dîné mondain par sa mère, attachée de presse dans le milieu de l’édition, elle croise le regard de son « ogre », comme elle le nommera plus tard. Il a 40 ans de plus qu’elle. Gabriel Matzneff, écrivain sulfureux qui ne cache pas, à longueur de pages, son goût pour les adolescentes et les petits garçons qu’il aime déflorer et « dévorer », bénéficie encore à cette époque (1986) de la complaisance du milieu germanopratain médiatique et éditorial. « C’était une autre époque » se défendent – mal – ceux qui aujourd’hui regardent le bout de leurs chaussures en espérant qu’on ne vienne pas leur chercher des noises pour complicité ou non assistance à adolescentes en danger.

Dans un style incisif où pointe une douleur non feinte tout autant que discrète, Vanessa Springora déroule le fil d’un récit glaçant en six chapitres : l’enfant ; la proie ; l’emprise ; la déprise ; l’empreinte ; écrire.

Écrire… c’est ce qu’il fait, lui, dès le lendemain de leur première rencontre. « Passionnément », frénétiquement – jusqu’à deux fois par jour – il tisse sa toile. Elle est rapidement fasciné par cet homme dont elle sent, pendant le dîner, son regard lui « caresser la joue (…) La présence de cet homme est cosmique ». Quelques jour après, ils ont rendez-vous et elle se retrouve sans vraiment comprendre chez lui, dans une minuscule garçonnière sous les toits près du Jardin du Luxembourg, qu’il hante à la recherche de jeunes filles en fleur, comme il hante aussi la piscine Deligny pour les même raisons. « Un seul endroit permet de se tenir à deux dans cette pièce, le lit ».

Ni les signaux de sa mère – qui l’alerte sur ses penchants pédophiles, connus de tous – ni de quelques proches, pas plus que son propre corps ne la ramèneront à la raison. Elle va vivre une « passion » dévorante avec « G » comme elle le nomme, jusqu’à ce qu’elle tombe par hasard sur un de ses petits carnets noirs en moleskine où elle lit la confirmation de ce qu’elle redoutait par ailleurs : elle n’est pas la seule « petite amoureuse ». Il y en a d’autres. Il y en a plein. A celles-ci s’ajoutent ses « petits garçons » de Manille, où il se rend une fois par an, en quête de « culs frais ».

« A quatorze ans, on n’est pas censée être attendue par un homme de cinquante ans à la sortie de son collège, on n’est pas supposée vivre à l’hôtel avec lui, ni se retrouver dans son lit, sa verge dans la bouche à l’heure du goûter. De tout cela j’ai conscience, malgré mes quatorze ans, je ne suis pas complètement dénuée de sens commun. De cette anormalité, j’ai fait en quelque sorte ma nouvelle identité ».

Récit bouleversant, libérateur et cathartique, où l’auteur fait entendre ses émotions de l’adolescente qu’elle fut, de la femme et mère qu’elle est devenue, Le Consentement fait l’effet d’une bombe dans le (petit) milieu littéraire parisien qui n’avait pas encore connu son épisode #Metoo. À coup sûr il marquera son époque, autant qu’il marque son auteur et ses lecteurs.

F.S.

Le Consentement, de Vanessa Springora. Grasset. (206 p.).

Lire la suite

Kiffe de karst aux Eaux-Claires

30 Décembre 2019 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement, #voyage - voyage...

Ci-gisent des sédiments transformés en roches carbonées vieux de 92 millions d'années. (Bonne année, tant qu'on y est).

Kiffe de karst aux Eaux-Claires
Kiffe de karst aux Eaux-Claires
Kiffe de karst aux Eaux-Claires
Kiffe de karst aux Eaux-Claires
Kiffe de karst aux Eaux-Claires
Kiffe de karst aux Eaux-Claires
Kiffe de karst aux Eaux-Claires
Kiffe de karst aux Eaux-Claires
- Homo cavernus, chambre avec vue -
- Homo cavernus, chambre avec vue -

- Homo cavernus, chambre avec vue -

- "Au clair de la lune..." -

- "Au clair de la lune..." -

Lire la suite

Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage

29 Décembre 2019 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement, #voyage - voyage...

"Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage, un jour tu t'es trouvée dévêtue dans mes bras" (René Guy Cadou).

Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage
Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage
Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage
Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage
- "On reconnaît l'hiver à ce que les arbres sont en bois" (Jules Renard) -

- "On reconnaît l'hiver à ce que les arbres sont en bois" (Jules Renard) -

"La lumière de la Charente existe, sans pareil en France, même dans la Provence. Elle n'est pas traduisible en mots. Partout on ne sait quoi d'ineffable baigne la nature : l'homme aussi".

Jacques Chardonne (Le Bonheur de Barbezieux).

Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage
Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage
Comme un fleuve s'est mis à aimer son voyage

Lire la suite

Entreroche - Bussac : un voyage à pied

22 Décembre 2019 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement, #voyage - voyage...

Avant, pendant et après la pluie...

Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
Entreroche - Bussac : un voyage à pied
- "Il pleut C'est pas ma faute à moi Les carreaux de l'usine Sont toujours mal lavés" - (J. Brel)

- "Il pleut C'est pas ma faute à moi Les carreaux de l'usine Sont toujours mal lavés" - (J. Brel)

- Comme un arbre dans la vie -

- Comme un arbre dans la vie -

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>