Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

Articles récents

On attendra Madeleine

26 Mars 2015 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #regarde-la ma ville, #Presse book

On attendra Madeleine

Une "Madeleine repentante", statue du XVIIe siècle classée Monument historique, a quitté l’église Saint-Nicolas pour se refaire une beauté, pendant 6 mois à Tours.

 

Une sainte Madeleine qui s’envole dans les airs sous le regard ébahit des badauds… Séchez vos larmes, paroissiens de Saint-Nicolas, visiteurs, touristes et Blésois du quartier : elle reviendra, Madeleine. Les lilas seront largement fanés, puisqu’il faudra attendre 6 mois, le temps qu’elle se refasse une beauté à Tours. Puis elle sera réinstallée dans cette église abbatiale, sous le tableau de l’Adoration des mages - qui en ont vu d'autres - de Jean Mosnier (XVIIe siècle) lui aussi restauré il y a peu.

Représentée couchée " à la romaine " dans une posture lascive, cheveux dénoués, les yeux levés vers le ciel, la Madeleine repentante est en mauvais état. Cette statue monumentale datant du XVIIe siècle et appartenant à l’origine au couvent des Carmélites installé dans le quartier du Foix à partir de mai 1625 (1), était conservée jusqu’à aujourd’hui dans le déambulatoire nord de l’église. Classée monument historique en octobre 1972, la Madeleine repentante a subit les affres du temps, et les courants d’air humides et froids sous un vitrail qui devra lui aussi être restauré. On parle même " d’opération de sauvetage " pour cette statue dont " le mauvais état de conservation se traduit par la pulvérulence de la pierre, la perte de cohésion et donc la destruction progressive de l’ensemble. Ce phénomène est lié à des remontées d’humidité piégée par le ciment de scellement de la sculpture ", indique le service d'art et d'histoire de la Ville de Blois.

 

Priorité de restauration

 

Il faudra donc procéder à sa restauration, et ce sont deux jeunes restaurateurs indépendants, formés à l’École de Tours, qui s’en chargeront jusqu’à l’automne prochain, où elle sera de nouveau installée dans l’église Saint-Nicolas, monument phare du quartier du Foix (et souvent confondue avec la cathédrale par les touristes de passage). " Nous allons d’abord procéder à un bilan sanitaire, puis évaluer les problématiques ", indiquent Sébastien Brunner et Delphine Bienvenut, les deux restaurateurs présents lors de l’enlèvement de la statue, en présence de Christophe Degruelle, adjoint au maire de Blois en charge de la culture et du patrimoine. " L’État subventionne à hauteur de 50 % la restauration ", précise-t-il. Le montant total s’élève à 17.935 €. " Il s’agit d’un long travail qui a débuté en 2013 mais qui faisait partie des priorités de restauration ", ajoute Emmanuelle Plumet, responsable du service ville d’art et d’histoire à la mairie de Blois.

Une vaste opération de récolement et d’informations des collections a été entamée depuis 4 ans à Blois. 200 objets ont été repérés, et l’enjeu est de permettre une meilleure gestion de ce mobilier grâce à un plan de restauration. 60 objets sont en outre classés au titre des Monuments historiques dans la cité blésoise.

 

F.S

 

(1) Émanation du Carmel de la rue Chapon à Paris. La construction de la gendarmerie au début du XXe siècle a fait disparaître la quasi-totalité des vestiges, seul un bâtiment situé au n°15 de la rue des Carmélites offre une trace de ce couvent.

On attendra Madeleine

 La loi de 1905 et 1913

La loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État prévoit que les 87 cathédrales sont confiées au ministère de la Culture et de la Communication, et les églises bâties avant 1905 à la compétence des conseils municipaux. La loi prévoit la compétence sur les dépendances immobilières mais également sur la totalité des immeubles par destination (autels, retables, stalles, tables de communion et tout autre meuble quand ils sont fixés au sol ou aux murs ou inclus dans une niche comme pour les statues par exemple). Les biens de l’Église sont propriété publique mais restent affectés au culte. La gestion des biens de quatre églises blésoises bâties avant 1905 est assurée par la Ville : Saint-Nicolas, Saint-Saturnin, Saint-Vincent et Notre-Dame-des-Grouëts.

Moins connue, la loi de 1913 est relative à la protection des monuments historiques et concerne également le mobilier des églises. Les conservateurs des antiquités et objets d’arts sillonnent les églises du département et repèrent les biens donc la conservation présente, du point de vue de l’histoire de l’art, un intérêt public. Elle prévoit une procédure de protection et des sanctions pénales si le propriétaire ne respecte pas ses obligations.

 

 

Article à paraître dans la Renaissance du Loir-et-Cher du 3 avril.

Lire la suite

Courir : pourquoi, comment ?

20 Mars 2015 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #Presse book



Avec le printemps reviennent – normalement – les beaux jours. Et l’envie de courir, ou de continuer pour ceux que l’hiver ne rebute pas. Explications et conseils pratiques. (Dossier de 4 articles paru dans mon journal le 20/03/2015)

Qu’est-ce qui fait courir ? Pourquoi s’y mettre ? Pourquoi ne jamais s’arrêter ? Combien de kilomètres ? Sur route, ou sur chemin ? Dans les bois des plaines ou en grimpant des cols ? Les chiffres précis divergent, mais les Français seraient selon les enquêtes sur le sujet 8,5 millions à courir régulièrement (19 % de la population). Ils étaient environ 6 millions au début des années 2000. 77 % pratiqueraient cette activité en solitaire, elle concernerait pour 50 % les 25-50 ans, 41 % les 15-24 ans, et seulement 8 % les plus de 50 ans. Trois motivations principales sont généralement évoquées : on court pour être en bonne condition physique, être en bonne santé, pour perdre du poids. On trouve souvent aussi une motivation non négligeable : se défouler. Dans une société stressé et stressante sans cesse en recherche d'apaisement, la pratique de la course à pied est simple et efficace ; c'est sans doute une des raisons de son fort engouement : une paire de bonnes baskets, un short et un tee-shirt suffisent, et c'est parti ! On peut pratiquer n'importe où dans le monde, à n'importe quelle heure, pendant le temps désiré. Le budget est modeste, en dehors des baskets où l'économie n'est pas à rechercher sinon gare aux blessures... Un tiers des coureurs seraient des coureuses, elles sont de plus en plus nombreuses à s’y mettre, et – aux dires des spécialistes de la discipline – plus assidues et plus sérieuses que les hommes dans l’entrainement.

Un sport de philosophes

Concernant le sujet de cette enquête, le trail ou " course nature ", il en existe de toutes distances, toutes catégories. Les plus célèbres et les plus médiatisées sont la fameuse Diagonale des fous sur l’île de la Réunion (www.grandraid-reunion.com), l’UTMB (Ultra trail du Mont-Blanc, www.ultratrailmb.com), la course inter lacs près d’Annecy (www.interlactrail.com), le Grand raid des Pyrénées (www.grandraidpyrenees.com), etc. Plus près de chez nous, le fameux trail inventé par Ludovic Chorgnon Sur les traces du loup (www.tracesduloup.com) à la Ville-aux-Clercs offre déjà un beau parcours de 33 km, mais aussi de 17 km et un Trail des p’tits loups de 3 km. Ou encore le Trail des moulins de la vallée de la Cisse (cette année le 24 mai dimanche de Pentecôte). La liste est loin d'être exhaustive !

La course à pied et le trail sont aussi l’occasion d’une réflexion mystico-philosophique : la littérature sur le sujet est abondante, citons les récents articles du site Rue89 " Je cours donc je suis " avec le philosophe Guillaume Le Blanc auteur chez Flammarion de Courir, méditations physiques ; " Quand courir devient un geste philosophique et littéraire " au sujet du livre d’Antoine de Gaudemar Le goût de courir (Mercure de France éditions). Et l’incontournable, l'incomparable auteur japonais Haruki Murakami, avec son Autoportrait de l’auteur en coureur de fond (chez 10/18), pour qui courir et écriture sont intimement liés.

Une conviction qui se partage...

 

Lire la suite

" De la progressivité dans la pratique "

20 Mars 2015 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #Presse book

 

Trail urbain Blois 2

                                   - Photo F.S -


Fabrice Renard, 41 ans, est président de l’association GTB, Génération Trail Blois, et coureur confirmé. Il donne des explications sur l’engouement actuel pour les courses natures, et insiste sur la progression de ceux qui voudraient s’y mettre.

F.S : Pourquoi cet engouement pour le trail depuis quelques années ?


Fabrice Renard : C’est le retour à la course nature, les courses sur route deviennent, pour certains coureurs, rébarbatives. Avec le trail, peu importe le temps que je vais mettre, l’essentiel est d’y arriver. Ça suit l’envie de retour au naturel.

F.S : Les longs trails sont les plus médiatisés, pourtant ils ont l’air insurmontables pour le commun des mortels…


F.R : C’est certain que les ultra-trails (courses de plus de 100 km) sont les plus durs. Tout rentre en jeu : la météo, la nourriture (les participants sont en semi-autonomie), la distance est longue. L’aspect psychologique va également être très déterminant, autant que le physique.

F.S : Un trail " raisonnable ", c’est combien de kilomètres ?


F.R : Il y a désormais plusieurs catégories : la course nature, jusqu’à 30 km environ. Le trail dont la distance s’approche de celle d’un marathon (42,195 km, Ndlr). Et l’ultra-trail, des courses de 100 km et plus. Chacun peut trouver sa distance.

F.S : Ce n’est pas ce qu’autrefois on appelait le cross ? Des coureurs dans les bois couverts de boue ?


F.R : Il y a de ça, mais la distance cross est plus courte, en moyenne 10-15 km.

F.S : Entrons dans le dur : courir aussi longtemps avec des dénivelés aussi forts, ça fait mal au bout d’un moment. Comment gère-t-on cette douleur ?


F.R : La notion de douleur et la résistance qui va avec est propre à chacun. Au fur et à mesure des années de pratique, cette résistance augmente. Mais il est fondamental d’avoir une préparation multi-axes : physique, psychologique, alimentaire. Il faut se mettre en situation. Courir un trail, c’est une petite aventure, on va parfois chercher très loin dans le physique et le psychologique. Ce qu’il faut aussi retenir, c’est qu’un trail est un gros concentré d’émotions et de solidarité entre coureurs.

F.S : Vous-mêmes, comment êtes-vous venu au trail ?


F.R : Il y a une dizaine d’années environ, c’est venu naturellement. J’ai couru l’Ardéchois, un trail de 100 km. Le trail des Hospitaliers aussi (dans les Cévennes, 76 km). Le Trail du bout du monde en Bretagne, le trail de Belle-Île qui a lieu tous les deux ans. Ce qui plait aussi dans ces courses, c’est qu’on peut les faire entre copains, on peut emmener la famille, c’est l’occasion d’un petit voyage dans de belles régions.

F.S : Qu’allez-vous chercher là dedans, au fond ?


F.R : Je pars avec le sentiment de faire un joli voyage, il va y avoir des senteurs, de belles vues, beaucoup d’impressions, un beau voyage pour les yeux et le physique. Et si possible, j’aime bien le partager avec des copains. Tout cela est possible à condition d’avoir fait un entraînement sérieux car il est nécessaire de garder son intégrité physique.

F.S : Justement, que pensez-vous des gens qui disent avoir parfois des hallucinations en course, surtout les longs trails où la nuit fait partie de la course ?


F.R : On ne peut pas aller au-delà du raisonnable, si on manque de lucidité c’est ce qui peut arriver et c’est dommage, ça peut être dangereux pour le corps. Ça reste un sport, ça doit rester du plaisir. J’ai personnellement déjà eu des blessures à la suite de courses, mais jamais pendant, j’essaie de toujours garder une marge. Ce que les gens doivent bien retenir, c’est la nécessité de progressivité dans la pratique. C’est important d’avoir du vécu avant d’aller se frotter à des longs trails. On n’est pas tous bons pour faire des 160 km. Mais le panel est suffisamment large pour que chacun trouve chaussure à son pied, c’est le cas de dire.

www.generationtrailblois.fr L’association Génération Trail Blois (GTB) regroupe une soixantaine de membre, plus d’hommes que de femmes mais l’écart se rétrécie. Elle organise notamment le trail urbain de Blois (le 6 septembre), avec deux distances possibles : 12 et 20 km. Nouveauté 2015 : un 5 km sera possible. Une mini course famille pour les enfants aussi.

 

Trail urbain Blois

                                                      - Photo : F.S -

 

Article paru dans La Renaissance du Loir-et-Cher 20/03/2015

Lire la suite

Le goût de la terre

20 Mars 2015 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #Presse book

 

 

descente bis                                  - Photo Alexis Berg -


Frédéric Berg, 43 ans, est journaliste Charentais exilé un temps au Québec. C'est un coureur de trail humble et confirmé (1).


F.S : Combien de trails avez-vous fait et depuis combien de temps ?

 

Frédéric Berg : J'ai commencé en 2009, vraiment. Depuis j'ai fait une quarantaine de courses dont une douzaine d'ultras (+50 km). Mais plus ça va plus j'en fais.

F.S : Qu'est-ce qui vous a fait préférer ce type de course à celles sur le macadam ?

F.B : Quand on goûte à la terre on n'a plus vraiment le goût de revenir au bitume. Je m'explique : quand tu cours sur le bitume tu cours avec ta montre, tu regardes tes temps au kilomètre. Le trail running ou la course en sentier c'est très différent, le relief, le paysage imposent un autre rythme, tu t'arrêtes en haut d'une montée pour regarder le panorama, tu épies un animal et tu déboules dans les descentes... bref le rapport au temps n'est plus le même et il est beaucoup plus sain... Mais je ne déteste pas la bitume et j'y retourne de temps en temps avec plaisir.

F.S : Quelle type de préparation requiert le trail ? Faut-il beaucoup courir ou courir intelligemment ?

F.B : C'est certain la préparation est importante, très importante. Pour moi c'est par cycle essentiellement, des semaines de 6, des semaines de 10 h et des semaines de 15 heures. Beaucoup d’entraînement croisé aussi : vélo elliptique, gainage...

F.S : La gestion de la douleur : quand on court plusieurs jours et une ou deux nuits, ça fait forcément mal. Quelles types de douleurs surviennent ? Peut-on faire avec ?

F.B : La douleur est là mais je dirais qu'elle fait partie du plaisir. Elle nous rappelle que nous sommes en vie et il faut savoir composer avec ; elle met le mental à l'épreuve. Moi j'ai parfois des douleurs dans les cuisses et de plus en plus rarement dans les genoux. Après 20 heures, la douleur se diffuse un peu partout mais me concernant elle n'a jamais été insurmontable, sauf sérieuse blessure.

F.S : Tout le monde peut-il faire du trail ?

F.B : Oui c'est très accessible à condition d'être bien préparé. De ce point de vue ça ressemble à la course sur route : le meilleur moyen d'en profiter c'est d'être suffisamment entraîné et de le faire progressivement : la plupart des blessures interviennent quand on veut trop en faire et trop vite.

F.S : Qu'allez-vous chercher là dedans ? Le trouvez-vous ?

F.B : Je cherche à contrôler le temps, à lui redonner sa vraie valeur dans une société - c'est particulièrement vrai pour les journalistes - où tout doit aller très vite, où ce qui est est vrai maintenant ne l'est plus dans 5 minutes... quand tu cours dans la montagne ou dans le bois, tu te réappropries le temps, une minute est une minute, une heure est une heure. C'est aussi un formidable moyen de découvrir, l'espace naturel mais aussi l'espace intérieur... je n'ai jamais autant phosphoré, réfléchi, analysé les choses que lors de mes longues sorties de 4, 5, 10 heures. Ce que j'y ai trouvé c'est la part la plus lumineuse de moi-même, je sais que c'est un peu pompeux, mais depuis que je cours, je suis un homme transformé, un meilleur père.

(1) Notamment trois fois la Diagonale des fous sur l'île de la Réunion. Et l'UTMB, l'Ultra trail du Mont-Blanc, en août dernier.

Sur youtube, tapez "Parti en diagonale", film d'Alexis Berg.

 

 

seul

                                    - Photo Alexis Berg -

 

 

Article paru dans La Renaissance du Loir-et-Cher 20/03/2015

Lire la suite

Courir, courir, courir…

20 Mars 2015 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #Presse book

 

Couton Trail


Charley Couton est propriétaire du magasin spécialisé en course à pied "I’m a runner". C’est aussi un traileur assidu et athlète de haut niveau.

Il a le physique de l’emploi, Charley Couton. 31 ans, 65 kg sur la balance, à peine 1 mètre 80, le visage taillé à la serpe et le reste du corps à l’attenant. Du coup, on a un peu de mal à l’imaginer il y a quelques années brigadier au 4e Régiment de Chasseurs alpins de Gap avec 35 kg sur le dos, dont un fusil à lunette car l’homme y était tireur de précision. 5 ans d’armée, " j’ai toujours voulu faire ça, et dès le bac en poche, je me suis engagé " dit-il, mais aussi 5 ans à finalement perdre son statut d’athlète de haut niveau qu’il possédait en rentrant. " Dès le début, j’ai explosé les scores. L’officier du bureau des sports n’a pas vraiment apprécié que je sois meilleur que les gars qu’il avait sélectionnés ", avoue humblement celui qui boucle le test de Cooper (12 minutes à fond en parcourant le plus de mètres possibles) à 4.300 mètres quand la meilleure note est à… 3.200. Le Chef de corps – un ancien légionnaire - lui fera pourtant confiance en l’alignant sur certaines courses en ligne et trails, qu’il remportera, évidemment. On ne plaisante pas avec la parole donnée chez les chasseurs alpins, et Charley Couton, s’il ne rempile pas au bout de cinq ans – au grand dam de son commandant d’unité – en garde un très bon souvenir. " En montagne, les grades s’estompent, on est un groupe soudé, il y a une grande solidarité " ajoute le coureur au regard d’acier.
 

Simple, pratique, peu technique

Quatre ans dans les assurances plus tard, une expérience qui se soldera finalement pas dans la soie, Charley Couton retourne à ses premières amoures : la course à pied. Originaire de Blois, il y revient, en passant par Tours où il a des copains qui tiennent le magasin spécialisé Endurance Shop (à Saint-Avertin). Ce sont eux qui l’aident à ouvrir I’m a runner à Blois, rue du Poids du Roi, aucune banque n’ayant voulu le suivre. " J’avais pourtant fait un business plan raisonnable, mais tout le monde me l’a démonté. Créer une entreprise c’est très difficile, on vous met plein de bâtons dans les roues. " Refrain archi-connu. Des bâtons dans les roues, mais pas dans les guibolles, alors Charley et ses potes en baskets de Tours font tout par eux-mêmes : travaux, communication, premiers stocks. Ça démarre en janvier 2014. Dans sa boutique, des chaussures de courses à pied bien sûr, " c’est le plus important, il ne faut pas lésiner sur la qualité. Vouloir économiser 20 ou 30 € c’est prendre le risque de se faire mal ensuite. " Des chaussures de trail aussi, à semelles crantées pour plus d’adhérence, des vêtements adaptés à la course, des montres-chrono, des lampes frontales, de quoi s’alimenter. Sur 3.000 licenciés course à pied en Loir-et-Cher, seulement 1/3 sont venus le voir. Pourquoi venir ici et ne pas se contenter des mastodontes du sport dans les zones commerciales ou le e-commerce ? " Ici, vous avez le conseil, et je suis un vrai pratiquant ", ce qui est loin d’être le cas chez les supermarchés du sport… Les prix ne sont d’ailleurs pas beaucoup plus chers qu’ailleurs, et le conseil spécialisé n’a pas de prix, surtout quand on pratique une activité qui peut être traumatisante pour les articulations et le dos. Moyen et haut de gamme, I’m a runner a de quoi satisfaire les fondus de course à pied, qui sont 1,9 millions à s’y être mis en 2013, dont… 1,3 millions de femmes ! Pourquoi les femmes ? " Leur cœur est plus solide ", avance sans rire Charley Couton. " Quand vous regardez les records au marathon par exemple, l’écart entre les hommes et les femmes est moins important que dans d’autres sports. " La course à pied, le trail, sont des sports en vogue, " pour leur simplicité technique d’abord, le côté pratique ensuite : il peut se pratiquer n’importe où n’importe quand, minimum 30 à 45 mn deux fois par semaine et les premiers résultats seront là. C’est un sport qui fait maigrir pour peu qu’on adapte son alimentation en conséquence ", analyse-t-il.
 

Les gens s’entraident

Mais alors pourquoi le trail ? " J’ai commencé par le trail interlacs, entre Annecy et le Bourget : 6.000 mètres de dénivelés positifs. Puis le trail du Val Quéven (Morbihan). Un trail urbain à Angers etc. Ce que j’apprécie ? On n’est moins focalisé sur le chrono comme une course sur route. Les paysages sont variés, les parcours aussi, ce qui est rarement le cas pour les courses sur bitume. La météo est très changeante pour les trails de montagne. C’est aussi moins traumatisant pour les articulations. " Et il assure qu’il y en a pour tous les niveaux : " Les trails abordables de 30 kilomètres sont parfait pour commencer, si on est en forme avec un minimum d’entrainement. Mais il existe beaucoup de trails entre 5 et 25 km. " Pour lui, l’été d’esprit n’est pas du tout le même que sur macadam. " Les gens s’entraident beaucoup. Sur un marathon, tout le monde est concentré sur son chrono. "

Charley, qui a raflé plusieurs courses dans le Loir-et-Cher l’an dernier (à Vendôme au bois de l’Oratoire et au Trail des Moulins de la vallée de la Cisse sur 15 km) fourmille d’idées pour sa boutique : créer des évènements avec des marques, dont une marque de baskets françaises (si, si, ça existe !). 5 % de remise sont offertes à tous les licenciés d’un club, et souvent une paire de chaussettes techniques est offerte à un acheteur de baskets. Vous vous souvenez ? Le plus important pour la course…

Facebook : I'm a runner. 5 rue du Poids du Roi à Blois. 02.54.51.99.93.

 

article paru dans La renaissance du Loir-et-Cher du 20/03/2015

Lire la suite

La nature dans le sang

3 Mars 2015 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #montagne

 

 

SAB 2137 R

 

 

"La cime des arbres est à peine visible dans la nuit noire. Mais les rares morceaux de ciel qu'il aperçoit le confortent dans sa direction. Il approche, il en est sûr. Nul besoin de carte ou de boussole : ses pieds, déjà, reconnaissent le sol humide et mousseux. Ses mains, légèrement en suspension de part et d'autre de son corps, effleurent doucement les troncs d'arbres qui, l'entourant, lui indiquent le chemin. De temps à autre, il perçoit un battement d'ailes, le cri d'un hibou, ou la course d'une bête entre les feuillages : rien qui puisse l'inquiéter. Pourtant, sa respiration s'accélère, son coeur bat plus fort, son pas est plus empressé. Bientôt le lac de Walden et sa cabane. Bientôt la tranquilité et la liberté... Encore quelques mètres et il sera enfin chez lui, entouré de verdure et d'animaux, du bruit de l'eau et du souffle du vent. Plus il avance, plus l'obscurité s'épaissit, mais elle ne le freine pas. Il pourrait, sans relâche, marcher dans le noir, ou les yeux fermés. Il sait qu'il ne peut se perdre dans ces bois trop familiers. Ils sont sa patrie, son foyer, ceux qui lui ont appris à respirer, à voir, et à toucher."

 

(Marie Berthoumieu et Laura El Makki, Henry David Thoreau, biographie).

 

 

SAB 2116 R

                                      - Plateau du Benou -

 

 

Et sinon : bourlinguer quelques jours (encore et toujours)...

 

 

SAB 2127 R

                                                - Cabane de Chérue -

 

 

 

SAB 2131 R

 

 

 

 

Lire la suite

Krav maga : grave défense

27 Février 2015 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #concept, #Presse book

 

  SAB 2072 R

 

 

Phénomène de société ou de mode, les cours de self défense attirent de plus en plus de monde, pour de multiples raisons. Nous avons poussé la porte d’un cours de krav maga, self défense israélien. Ça décoiffe.

 

On vous aura prévenu : avant d'importuner gravement quelqu'un (ou quelqu'une) dans la rue, demandez-lui d'abord s'il pratique le krav maga. Si c'est oui : partez en courant le plus vite possible !

Professionnels de la sécurité, citoyen lambda ayant eu des petits soucis avec une agression dans la rue, ou tout simplement personnes voulant se rassurer : vous êtes dans la ligne de mire du krav maga. Le quoi ? Le krav maga, une technique de self défense inventée par Imi Lichtenfeld dans les années 30 (lire ci-dessous). Le krav maga, littéralement en hébreu " combat rapproché ", utilise des techniques simples, rapidement assimilables par tous, et utilisant pour arme principale le corps humain.

 

Agressivité, et mental

 

Dans cette salle municipale de Blois, un mardi soir, tous les rideaux sont tirés : rien ne filtre depuis l’extérieur. Seuls des cris barbares troublent le visiteur qui s’approche de la porte. À l’intérieur, une trentaine de personnes, plutôt jeunes (moins de 40 ans), certains vêtus de tee-shirts et pantalons de jogging noirs, d’autres en " battle " (pantalons à poches) beiges et tee-shirts kaki, sur lesquels trône un signe cabalistique et des inscriptions hébraïques. Mais quelle est cette étrange secte ? Ça n’est pas une secte, mais un cours de krav maga. " On ne joue pas au héros. Si on vous demande portefeuille, clés de voiture, téléphone portable : donnez tout ! Ensuite, courrez ! " explique, sans rire, Hugo Vial, moniteur bardé de tous les diplômes nécessaires à l’enseignement de cette discipline pas comme les autres. " Le krav maga n’est pas un art martial, on est là pour développer l’agressivité et le mental. Si on possède plein de techniques et pas le mental, c’est inutile. Une agression, ça va très vite, il faut faire fonctionner sa tête autant que le reste. " L’objectif de ce combat rapproché, c’est de frapper vite et fort, pour se dégager d’une situation embarrassante. " Tout est fait pour faire mal, tout de suite, très vite ", ajoute Hugo Vial, dont on sent à la détermination vocale et au regard qu’il ne vaudrait sans doute mieux ne pas trop le titiller sur un parking le soir ou dans une rue sombre…

 

Coups de pieds dans les parties génitales, coups de coudes, coups de poings au plexus solaire, coups pieds circulaires sur le genou : ça ne rigole pas, on a l’impression d’être dans une formation pour service de protection des hautes personnalités, ou du GIGN. " L’armée, le GIGN en effet, le RAID ou le GIPN, les professionnels de la sécurité utilisent le krav maga en effet ", précise l’animateur. " Ici, on ne délivre pas de diplômes, pas de ceintures, pas de grades. La seule compétition, c’est de rester en vie lors d’une agression. " C’est la raison pour laquelle Hugo demande à ses participants d’être habillé " comme dans la vie de tous les jours. Si vous vous faites agresser, ça sera dans la rue, devant un distributeur de billets, au téléphone, en sortant de votre voiture sur un parking : vous ne serez pas pieds nus en kimono… " Certes. Mais alors tous ces coups de pieds, coups de poing à l’entrainement ça fait pas mal, docteur ? " Coquille de protection, protèges tibias, et surtout bon esprit. Ici, même si on développe l’agressivité, il ne faut pas être agressif. Je suis très regardant sur les nouveaux venus, leurs motivations, la façon dont ils se présentent etc. Si je pressens un mauvais esprit : dehors ! "

 

Émilie (secrétaire de 32 ans) et Sandrine (professeur au CFA de 40 ans), tout de noir vêtues, confirment cet état d’esprit. " On vient ici pour développer des compétences, la réactivité, l’explosivité. Les coups ne sont pas complètement portés, il y a un très bon esprit. On s’amuse aussi, les gens sont sympas il n’y a pas de problème. " Quand même, comment a réagi leur entourage quand elles ont montré ce qu’elles savaient désormais faire ? " Au départ les gens trouvaient ça violent, c’était un ressenti. On a expliqué, et notre entourage a vu aussi combien on avait gagné en confiance, sans changer de comportement. Ça rassure. " Vincent, jeune chercheur adepte de football, voulait " quelque chose de différent. " Il est servi. " Franchement c’est très physique, très complet, j’aime bien. L’état d’esprit n’est pas du tout celui qu’on pourrait penser vu de l’extérieur. "

 

Couteaux, pistolets factices mais très réalistes pour certains : le cours continue pour ceux qui ont un niveau un peu plus élevé que les débutants. Hugo Vial répond à nos inquiétudes : " On s’entraîne mais de manière réaliste. Il n’y a pas vraiment de règles si on considère qu’à l’extérieur, il n’y en a plus non plus. Autrefois, c’était un contre un. Maintenant, vous avez quatre, cinq, six mecs qui vous tombent dessus et il y en a un qui filme pour diffuser ça sur Facebook ou Youtube ! Plus de valeur, plus de morale ! Être un peu vicieux à l’entraînement, ça peut servir en situation réelle à l’extérieur. " Le samedi matin, beaucoup de femmes et de jeunes viennent au cours. Pour ces derniers, c’est adapté : pas d’agressivité, juste développer des réflexes. " Les femmes prennent confiance en elles, pas besoin d’être costaud. Elles se rendent comptent qu’elles pourraient faire très mal s’il le fallait. "

 

Au krav maga, " Il n’y a que deux grades : soit tu es élève. Soit tu es instructeur. À la base c’est militaire. Mais c’est une discipline moderne. Quand tu es pris par surprise, dans des attitudes de la vie quotidienne, il faut sauver sa peau ou celle de son conjoint. "

Compris ?

 

FS

 

Tout savoir sur : Académie défense systèm’s : www.dpkmf.com . Krav maga, kick boxing, balintawak eskrima, cross training. 140 adhérents. Cours salle J. Cros, dojos Saint-Georges et Saint-Gervais-la-Forêt, gymnase Sauvageau.

 

 

SAB 2075 R

                   - Très prisés par les femmes, les cours de self défense leur donnent des arguments... imparables -

 


************************************

 

C'est quoi, ça vient d'où ?

 

Né à Budapest en 1910 et élevé à Bratislava (ex-Tchécoslovaquie, aujourd’hui capitale de Slovaquie), Imi Lichtenfeld met avec des jeunes athlètes des techniques d’auto-défense dès les années 30, pendant la montée du fascisme. La Seconde Guerre Mondiale est pour lui l’occasion de les perfectionner et de les enrichir du retour de combat des soldats. À partir de 1948 il devient chef instructeur au Tsahal (l’armée israélienne), et développe des méthodes simples, efficaces, et rapidement assimilables y compris pour des soldats à la condition physique inégale. Chemin le plus court, défense et contre-attaque simultanée, etc. Pendant longtemps, ces techniques demeurent secrètes et ne sortent pas d’Israël. C’est au début des années 80 que le krav maga va s’internationaliser, aux États-Unis et en Europe. Le Groupe d'intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN) est notamment intéressé. L’armée utilise déjà des techniques similaires, appelées " CAC " (Corps à corps) ou " Close combat ". Utilisant les réflexes naturels du corps humain, minimisant la prise de risque pour soi-même, le krav maga permet de se défendre contre les attaques surprises à l’arme blanche ou aux armes de poings. Il permet aussi de transformer les objets à portée de main en véritable armes d’auto-défense (une bouteille d’eau, un téléphone, des clés etc.).

Il existe une fédération européenne de Krav maga (FEKM) et en France certains clubs sont affiliés à la FFKDA, Fédération française de Karaté et disciplines associées. Récemment, des clubs – dont Académie Défense Systèm’s à Blois - se rapprochent de l’OIS, Operative Israeli System, fondée par Aaron Elbaze, grand spécialiste de la discipline et formateurs des services secrets partout dans le monde, représenté à Paris par Philippe Glikman.

Environ 10.000 licenciés en France sont adeptes de cette discipline inspirées par la boxe pieds-poings, le jiu-jitsu et la lutte.

 

www.kravmaga-paris16.com/aaron-elbaze

 

 

Article paru dans la Renaissance du Loir-et-Cher du 27 février 2015.

 

 

Lire la suite

Sur le Front du Loir

20 Février 2015 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #Presse book

 

Villedieu 154 R

 

Le maire de Villedieu-le-Château Jean-Yves Narquin est candidat aux élections départementales sur le nouveau canton de Montoire. Un canton réputé tranquille mais âprement disputé.

Faut-il que le danger soit grand pour que le président du Conseil général sortant, Maurice Leroy, abandonne son cher canton de Droué, dans le Perche Vendômois à qui il doit tout, pour aller ferrailler dans celui de Montoire-sur-le-Loir… Ce dernier était jusqu’alors pourtant tenu par un fidèle, Philippe Mercier, maire de Tréhet à un jet de pierre de la Sarthe où il dirige le service des routes du Département, et conseiller général UPLC (1) sortant.  Mais « Momo » s’en va-t-en guerre. Contre l’abstention, tout d’abord. Promise à un niveau record, elle sera arbitre – malgré elle et malgré lui – de ces élections qui ne passionnent pas grand monde. Mais elle n’est pas seule à lui donner des sueurs froides. En face de lui, Jean-Yves Narquin, 64 ans, maire de Villedieu-le-Château, récemment nommé délégué général adjoint du Front national, et attaché parlementaire de Bernard Monod, député européen FN du Centre-Auvergne depuis le 25 mai dernier.

Au devant du danger

Villedieu-le-Château, 409 habitants, trois fois moins que Neung-sur-Beuvron, mais le double du Poislay (209) village cher au président du Conseil général – il y fut maire pendant 12 ans. Villedieu-le-Château : "combien de divisions ?" serait-on tenté de dire, au regard de la quiétude toute rurale et loir-et-chérienne de cette bourgade endormie, tout juste animée par un pèlerinage à Notre Dame chaque mois de septembre. Villedieu-le-Château et son prieuré qui, pendant la Guerre de cent ans, fut entouré de murailles défensives, au point d’en faire un véritable château fort, assiégé en 1589 par les Ligueurs. Ce qui permet aux Casthéopolitains de pouvoir pavoiser avec un blason « d'azur à la croix d'argent, au château d'or. »

Oui mais voilà : les temps ont changé depuis la Guerre de cent ans, et surtout depuis 2007, date du premier affrontement électoral entre le baillis local, vilain petit canard de la famille Narquin – Jean-Yves est en effet frère de Roselyne Bachelot-Narquin qui ne souhaite pas trop s’exprimer à son sujet – et l’imposant Maurice Leroy, député de la circonscription de Vendôme. A l’époque, Jean-Yves Narquin se présenta aux élections législatives contre le député sortant et surtout contre l’avis de l’état major de l’UMP. La sanction n’a pas traînée : viré. Menacé d’être réduit en bouillie électorale par son adversaire, il fera quand même 19 % des suffrages. « Depuis 13 ans que je suis en Loir-et-Cher, on m’a traité d’accouru, de coucou qui vient dans le nid des autres. Alors le déménagement de Maurice Leroy prête à rire », annonce d’entrée le candidat au canton de Montoire. « Mais plus prosaïquement, il a dû analyser les scores du FN aux élections européennes : dans le Perche environ 30 %. Ici : 33 %. Les électeurs déciderons quel canton est le plus facile pour lui, ou non. » En effet, Maurice Leroy ne le cache pas : « Je vais au devant du danger. »

Orchestration médiatique

Le danger ? C’est pourtant sur des affaires familiales et privées dont Jean-Yves Narquin a été condamné par la justice que son rival appuie volontiers. Ils sont un certain nombre – dont des journalistes – a avoir été incités via un SMS le 19 novembre dernier à lire le quotidien local dans lequel s’étalait sur quatre colonnes un article relatant l’audience du Tribunal correctionnel de Blois où le maire de Villedieu-le-Château était condamné pour « abandon de famille, non versement de pension alimentaire et organisation de son insolvabilité ». Dans un autre et récent article du site LePoint.fr, on relate à nouveau cette décision de justice qui relève du privé. « L’utilisation de cette affaire est assez misérable, c’est une orchestration médiatique. Il s’agit de me décrédibiliser », se lamente Jean-Yves Narquin, rappelant que Maurice Leroy a eu maille à partir avec le Conseil constitutionnel début 2012 au sujet d’encarts publicitaires faisant la promotion de sa personne dans un quotidien local. Il s’était engagé à rembourser la somme. « Personne n’a jamais vérifié », insiste-t-il.

Une partie de bonneteau

C’est sur le terrain des idées et des propositions que le candidat aux élections départementales souhaite affronter le président sortant. En déployant un discours bien huilé aux accents frontistes : « nous, on défend les trois strates : communes, département, Etat », se défend-il. « Maurice Leroy veut avec les fédéralistes européens fédérer les communes, donner plus d’importance aux Régions, et à l’Europe. » L’autre élément sur lequel le candidat Narquin attaque le candidat Leroy, c’est la fiscalité : « Nous voulons un vrai maintient de la fiscalité. Ce que Maurice Leroy oublie de dire, quand il évoque la neuvième année consécutive sans augmentation de la fiscalité, c’est qu’à son arrivée à la tête du Conseil général en 2004 il l’a augmentée de 15 % les deux premières années. Quand on a pris une telle avance en pourcentage mais aussi en volume, on peut pavoiser sur le gel de la fiscalité ensuite. » Enfin, l’homme qui entame depuis un an son second mandat à la mairie de Villedieu-le-Château souhaite « défendre les collectivités territoriales telles que les départements et les communes. Ce qu’on arrivera pas à éliminer, c’est la réalité territoriale : les communautés humaines existent dans les 36.000 communes. Derrière la volonté de fusion, de gré ou de force des communes, il y a un extraordinaire mépris des élus locaux. » Peu ou prou « 500.000 élus, la plupart bénévoles. Des gens dévoués, des élus de proximité. Et on nous dit que tout cela est pour réaliser des économies ? Où seront-elles, les économies, quand ces élus locaux seront remplacés par des fonctionnaires administratifs, qui seront loin, et pèseront sur l’efficacité de la proximité actuelle ? Cette partie de bonneteau c’est un brouillard pour cacher la baisse des dotations de l’Etat. »

Alors quand on demande, pour finir, à Jean-Yves Narquin pourquoi dans un canton aux apparences tranquille, aux paysages doux où peu d’accidents n’accrochent ni le regard ni un quelconque sentiment d’insécurité, où la modération rurale du bon sens paysan semble une valeur partagée par tous ; pourquoi le FN enregistre des résultats en hausse depuis quelques années, il ne réfléchit pas longtemps pour dérouler le discours frontiste entendu au niveau national : « Un électeur sur trois vote Front national. En 2012, quand j’ai apporté mon soutien à la candidature de Marine Le Pen, des maires m’ont dit que c’était du suicide politique. J’ai été réélu maire avec 66 % des voix. Le diagnostic posé par le FN s’avère de plus en plus vrai. Sur la souveraineté, l’abaissement de la France, sur l’immigration, les Français nous rejoignent. Ils n’ont pas digéré la forfaiture du Traité de Lisbonne : ils avaient dit non au référendum, et puis N. Sarkozy l’a fait adopter au Parlement. Personnellement je sais pourquoi j’ai rejoint ce parti il y a presque 4 ans. Les faits me donnent raison. »

Reste à savoir ce que les électeurs décideront, eux.

F.S

(1)   Union pour le Loir-et-Cher.


Villedieu 174 R

 

 

Villedieu 157 R

 

 

 

Villedieu 159 R

 

 

 

Villedieu 171 R

 

 

 

Villedieu 167 R

 

 

(article paru dans la Renaissance du Loir-et-Cher du 20 février).

 

Lire la suite

Monsabré, théâtre éclectique

16 Février 2015 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #Presse book

 

 

Niché au cœur du quartier Blois-Vienne rue Bertheau, le théâtre Monsabré ressuscite grâce à son bouillonnant régisseur. Rencontre avec Jean-Jacques Adam, côté cour, et côté jardin. 

 

C’est une salle comme on en trouve plus. Certains comédiens, qui atterrissent ici un peu par hasard, obligés de fuir les théâtres parisiens complètement congestionnés, avouent y trouver " des odeurs de poussière comme autrefois ", et un cachet inimitable. Il faut dire que le théâtre Monsabré est " dans son jus ", celui du début des années 50, époque où il fut reconstruit sur les ruines d’une partie de l’ancienne scène de l’école Monsabré, par le charismatique père Georges Richard, curé du quartier. La moquette et les 230 sièges pliables sont rouges comme autrefois ; une légère pente, la scène au plancher d’origine, et véritable trou du souffleur resté intact. Tout juste une plaque en métal a été ajoutée - les normes l'exigent - pour éviter qu’un comédien n’y chute... Et, au sous-sol, deux vraies loges, une pour les dames, une pour les hommes : parité oblige.
 

 

Tous les chemins mènent au théâtre

 

Son débit de parole ressemble à un débit de boisson à l’heure de pointe d’une sortie d’usine. C’est que les idées fusent, chez Jean-Jacques Adam, 55 ans et président de l’association du théâtre Monsabré. Il est né et a grandit à Marne-la-Vallée, au temps où Mickey et sa bande n’avaient pas encore posé leurs valises. Son école de vie, il l’a faite pendant 10 ans au lancement de Fun radio, de 1984 à 1994, dont 3 ans de matinales. L’époque bénie pour les radios qu’on appelait à l’époque " libres ", mais qui n’allaient pas tarder à ne plus l’être. " Une époque formidable ", s’enthousiasme-t-il, " on faisait ce qu’on voulait, avec peu de moyens. On dormait même sous les bacs à disques quand on a commencé à faire du 24h/24. D'ailleurs les platines, c’était les nôtres, qu’on amenait de chez nous." Il rencontre alors beaucoup d’artistes, des débutants, des confirmés, des bons, des nazes qui ne perceront jamais. Au virage des années 90, quand le fric restreint la liberté des ondes et transforme les radios en instruments de promotion pour maisons de disques à l’appétit d’ogresses, l’esprit change. Mais pas Jean-Jacques Adam, qui ne s’y retrouve plus. Il quitte l’univers radio et opère un virage : il devient assureur à Dreux. Puis à la tête d’un tabac-presse-loto à Orléans. Il cartonne, développe les produits annexes au tabac – vidéos, apparitions du téléphone, livres, confiseries pour les lycéens du bahut d’en face. Mais hélas les aléas d’une vie de famille naufragée le rattrapent, il flanche et sombre un temps.
 

 

Un décor de film

 

À la faveur d’une mutation de sa compagne à Blois, en 2010, Jean-Jacques Adam accompagne ses enfants à l’école Sainte-Marie – Monsabré, dans le quartier Vienne. " On m’avait dit que c’était une petite école sympa. " Petit à petit, il fait la connaissance des enseignants, et participe à une réunion de parents d’élèves qui a lieu… dans une salle de théâtre, au sein même de l’école. " Là, j’ai eu un choc ", avoue-t-il. " Je me suis dit : il faut faire quelque chose avec ça ! " Il entre dans l’association des parents d’élèves et monte un premier projet. Il doit convaincre la Fondation Victor Dillard, de l’Enseignement catholique de Loir-et-Cher. La première fois, on lui dit non. Sans se décourager, il remonte un projet, entre temps il change son équipe et embarque dans l’aventure l’association des commerçants du quartier, Blois-Rive gauche. Nous sommes fin 2011 début 2012. Le projet va commencer à vraiment prendre forme en 2013, avec la création de l’association. Il contacte la mairie de Blois, Marc Gricourt et l’équipe des affaires culturelles suivent. La programmation démarre enfin en mars 2014.

" Une salle comme ça, on n’en trouve plus ! " ne cesse-t-il de dire. C’est vrai qu’elle a un charme fou avec sa moquette et ses sièges rouges. Et le quartier Vienne aime son théâtre, heureuse de le voir revivre ! " J’ai fait venir une troupe qui jouait un vaudeville : ça a marché du tonnerre ! C’était plein ! Les gens apprécient de pouvoir rire un peu au théâtre, ailleurs c’est parfois plus sérieux, plus triste aussi… " Le bouche à oreille fonctionne à plein tube, et Jean-Jacques Adam épluche les agendas des journaux – dont celui de La Renaissance – les programmes culturels etc. afin d’y dénicher des troupes, des groupes musicaux qui pourraient venir agrémenter sa programmation. Tous les mois, une émission en direct – l’Avant scène - avec RCF donne la part belle aux artistes (1). " Je privilégie le local, j’ai une grande confiance dans les artistes du coin. Mais j’aime aussi ceux qui viennent de plus loin, tout le monde est le bienvenu ici ! "

Parmi les projets en cours de maturation : un festival de blues l’été prochain, " qui réunirait swingueurs, batteurs, gratteurs enfin tous ceux qui font le swing. " Et un petit bal du 14 juillet dans la si charmante cour du théâtre Monsabré. " On dirait presque un décor de film ", s’enthousiasme ce régisseur pas comme les autres. Applaudissements, rideau. Rappel.

 

(1) Un vendredi par mois à 19h30 ou, si le spectacle est le samedi, le samedi à 19h30. Programme, fréquences et podcast sur www.rcf.fr. Et aussi sur : www.culturelib.fr

Programme et présentation du théâtre : www.theatremonsabre.com

 

Monsabré

                                         - Jean-Jacques Adam dans son théâtre -

 

 

article paru dans La Renaissance du Loir-et-Cher du 13/02/2015

 

Lire la suite

Un " Tumulte " qui va faire du bruit !

13 Février 2015 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #concept, #Presse book

 

Cortex-2050

                         - Photo : Aurélie Coudière -

 

 

Le " Tumulte " réunit au sein d’une innovation un écran panoramique sur lequel sont projetées des images numériques calculées en temps réel et en relief. Comment ça marche ? Suivez le ruban…

 

Connaissez-vous Le Secret du Ruban-monde ? Pas encore ? Vous devriez en entendre parler. Ce film d’animation en 3D projeté sur un écran 360° en relief a fait un tabac au 42e Festival de la Bande dessinée d’Angoulême. Et pourrait bien avoir des applications dans le domaine touristique, en Val de Loire au pays des châteaux pourquoi pas ?

Andreas Koch, 55 printemps, et gérant de Cortex productions, a imaginé la première fois ce procédé en 1999. Plus exactement, il en a rêvé. À l’époque, il travaille pour l’industrie pharmaceutique (Rhône-Poulenc), " à mi-chemin entre la communication et le marketing, en faisant des films de synthèses reconstituant les actions de la biologie sur les tissus du corps humain ", explique-t-il avec son léger accent franco-allemand à la sauce charentaise. En 2010, il lance l’aventure, en redécouvrant les panoramas, dont les Allemands sont friands. À Dresde, Berlin ou Leipzig, l'artiste Yadegar Asisi en a déjà installé. Sa dernière œuvre a pris place à  Rouen, un panorama de très grande taille (26 mètres de hauteur, 120 mètres de long et 30 mètres de diamètre), racontant l’histoire de la ville aux cent clochers à l’époque de Jeanne d’Arc. Le très pédagogue Andreas décide de se réapproprier ce style, à sa façon (1). Il a aussi remarqué que dans la projection d’un film en trois dimensions, la narration restait linéaire. À l’inverse, en " réalité virtuelle ", le spectateur peut choisir. " L’utilisateur va plus vite vers ce qui l’intéresse. Il a envie d’intervenir, de toucher, de transformer ", ajoute-t-il. Il se tourne donc vers l’image animée, mais techniquement, la 3D dans une sphère, c’est difficile. " Les studios Disney s’y sont déjà cassé les dents dessus, et disaient que c'était impossible ", dit-il malicieusement au dessus de ses petites lunettes. L’Allemand a dit : " Impossible ? Ce n’est pas Français… L’homme est un être social, habitué à vivre en groupe. On s’est dit : il faut que le public intervienne. "
 

 

Soutenu par tout le monde

 

Alors, avec l’aide de deux ingénieurs centraliens de Lyon, est né " Tumulte ", une innovation utilisant un écran panoramique sur lequel sont diffusées des images numériques calculées en temps réel et en relief. Le spectateur, en immersion, peut interagir avec les différents éléments du contenu. Équipés de lunettes 3D, le spectateur est au cœur de l’écran cylindrique de 8 mètres de diamètre sur 3,50 mètres de haut (pour l’instant !). Huit projecteurs disposés à distance égale complètent l’installation pour une projection sans rupture. Dans Le Secret du Ruban-monde (dessin Alexandre Clérisse et scénariste Thierry Smolderen, durée du film 10 mn), le public s’immerge dans une science-fiction style années 50, racontant le cycle de la vie. Tels des nouveaux pionniers, les spectateurs, en pointant du doigt ou de la main les objets qui flottent autour d'eux, apportent à ce ruban-monde l’énergie, l’eau, les bâtiments et repousse même une pluie d’astéroïdes. Le résultat est envoûtant. " La finalité c’est de projeter ça sur un écran de 35 mètres sur 25 ", annonce le boss de Cortex productions. " Tout le monde nous a soutenu : les fonds Feder de l’Union européenne, l’État par un crédit impôt-recherche (il s’est retrouvé à déjeuner avec d’autres porteurs de projets à la table de l’Élysée, NDLR…), la Région, le Conseil général de Charente, Grand Angoulême, et même le conseil municipal. Plus Dargaud, plus Lisea, la société concessionnaire de la Ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux. "
 

 

Un "Tumulte" à Chambord ?

 

Avec de telles fées penchées au dessus du berceau de ce " Tumulte ", Andreas Koch espère commercialiser cette innovation technologique dès ce mois de février, disponible à l’achat ou à la location. " Quatre marchés sont possibles ", ajoute-t-il encore. " Les musées, les parcs à thèmes. La simulation industrielle ou militaire. Les smartschool (universités à distance) et on voit déjà comment la médecine pourrait à distance simuler des opérations. Et les arts contemporains numériques. "

Et pourquoi pas le tourisme avec par exemple les châteaux de la Loire, qui pourraient plonger le spectateur au cœur de leur construction, de leur vie de l’époque, en immersion totale ? " Léonard de Vinci, il avait une idée géniale à la minute, nous on en est très loin, mais cette application pourrait être spectaculaire ", conclut-il. Et on se prend déjà à rêver d’un " Tumulte " à Chambord, ou au Château royal de Blois…

 

Facebook : page " Tumulte ". www.cortexproductionscom.

(1) Le sujet n’est pas neuf : au fronton du théâtre du Rond-Point à Paris le mot " panorama " est gravé dans la pierre. Le lieu servait à l'origine à leur exposition. Au Futuroscope, on peut voir depuis plusieurs années des films projetés sur écran 360°.

 

 

article paru dans La Renaissance du Loir-et-Cher du 13/02/2015

Lire la suite