Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

La « Soumission » du missionnaire Houellebecq

8 Février 2015 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #littérature, #Presse book

 

 

Le nouveau roman de Michel Houellebecq n'est peut-être pas aussi prophétique que certains le disent. Politiquement incorrect, tenté par la transcendance, Houellebecq prêche. Pour quelle paroisse ?
 

Soumission, le sixième roman de Michel Houellebecq, est sorti en librairie le même jour que Charlie Hebdo du fameux 7 janvier, où le prix Goncourt 2010 pour La Carte et le territoire faisait la Une, caricaturé par Luz : « En 2015, je perds mes dents… En 2022, je fais ramadan ! » disait-il. C’était aussi le jour de la tuerie dans la rédaction de l’hebdomadaire satirique dont tout le monde – ou presque – se réclame partisan à ce jour. Cruel hasard d’une collision malheureuse de coïncidence meurtrière. Le lendemain, l’auteur annonce la suspension de la promotion du roman, et sa mise au vert - en réalité au blanc puisqu’il est parti s’isoler dans les Alpes - pour quelques temps. Michel Houellebecq rattrapé par son propre romanesque disent les uns, par ses propres prophéties pensent les autres.
 

Qu’est-ce que Soumission ? Il faut se reporter à la page 260 de ce roman qui en fait 300 – on a connu l’auteur plus prolixe – pour avoir un début de réponse : « L’idée renversante et simple, jamais exprimée auparavant avec cette force, que le sommet du bonheur humain réside dans la soumission la plus absolue. C’est une idée que j’hésiterais à exposer devant les coreligionnaires, qu’ils jugeraient peut-être blasphématoire, mais il y a pour moi un rapport entre l’absolue soumission de la femme à l’homme, telle que la décrit 'Histoire d’O', et la soumission de l’homme à Dieu, tel que l’envisage l’islam. »
 

Avant d’en arriver là, Michel Houellebecq nous projette en 2022, au moment de l’élection présidentielle qui va opposer au second tour la candidate du Front national Marine Le Pen et le chef d’un nouveau parti né quelques années plus tôt, la Fraternité musulmane, partisan d’un islam « ouvert » et « laïc ». A condition de se soumettre, naturellement, et de s’y convertir. Le narrateur, François, 44 ans, universitaire déjà au bout du rouleau, a tout du héros houellebecquien habituel (cela rassurera ses fidèles lecteurs…). Gros fumeur, grand buveur, se nourrissant essentiellement de plats réchauffés au micro-ondes, incapable de construire dans la durée une histoire d’amour, et adepte de relations sexuelles tarifées - fellations et sodomies - qui ne lui apportent que peu de plaisir, voir plus du tout. Certaines de ses observations de la société qui l’entoure sont souvent d’une ironie féroce et irrésistibles. En cela, Houellebecq fait du Houellebecq, on n’est pas perdus.
 

Cet universitaire revenu de tout ne l’est pas complètement de son sujet de prédilection, dont il a tiré sa thèse : l’écrivain du XIXe siècle convertit sur le tard au christianisme Joris-Karl Huysmans, qui publia en 1884 son chef d’œuvre, A rebours, une sorte de bréviaire de la décadence. On croise aussi dans Soumission, Léon Bloy, Charles Péguy, Barbey d’Aurevilly, Nietzsche, Sartres et Camus.
Mais en 2022, chez « François » alias Michel Houellebecq, le parti de la Fraternité musulmane remporte l’Elysée face à Marine Le Pen, et François Bayrou devient premier ministre. C’est dire si l’on va assez loin dans le romanesque… Ou dans le fantasme si l'on est adhérent au Modem. 

 

Pendant la lecture de ce court livre, on se demande finalement où il veut nous emmener, Houellebecq. Il se tâte, hésite, fait même un séjour – qu’il écourte plus tôt que prévu – à l’abbaye de Ligugé près de Poitiers, le long des voies TGV Paris – Bordeaux qu’il décrit avec la précision d’un séminariste habitué des lieux. Puis finalement, c’est vers l’islam que François se tourne, conscient que la suite de sa vie et de sa carrière passe par cette « soumission » là.
 

Alors dans cette incroyable position du missionnaire, Michel Houellebecq nous offre un temps l’espérance que l’axe centrale du livre serait la transcendance, comme seule possible pour « donner du sens » à un monde qui semble l’avoir perdu depuis longtemps et qui cherche à tout prix à le retrouver. « Et, surtout, le véritable ennemi des musulmans, ce qu’ils craignent et haïssent par-dessus tout, ce n’est pas le catholicisme ; c’est le sécularisme, la laïcité, le matérialisme athée » (1), fait-il dire au mari d’une de ses collègues universitaire (et ex membre de la DGSI, tant qu’à faire). Houellebecq se dévoile définitivement quelques pages avant la fin de Soumission : l’Europe ne peut se sauver elle-même. « L’arrivée massive de populations immigrés empreintes d’une culture traditionnelle encore marquée par les hiérarchies naturelles, la soumission de la femme et le respect dû aux anciens constituait une chance historique pour le réarmement moral et familial de l’Europe, ouvrait la perspective d’un nouvel âge d’or pour le vieux continent. Ces populations étaient souvent chrétiennes, mais elles étaient le plus souvent, il fallait le reconnaître, musulmanes. » (2)
 

En se dévoilant, Michel Houellebecq nous voile – au sens propre du terme - et nous soumet à la tentation de la prophétie, et du prophète. Ou du haut le cœur, c’est à choisir.
 

Ouf ! Ce n’était qu’un roman…

 

F.S

 

(1) Page 156.
(2) Ibid p. 276. 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article