Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

"ADN"

21 Octobre 2007 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #poésie

                                                 Strophes pour se souvenir
                                                                                                             Louis Aragon, 1955
           


Vous n’avez réclamé ni la gloire, ni les larmes
Ni l’orgue ni la prière aux agonisants
Onze ans, que cela passe vite onze ans
Vous vous étiez servi simplement de vos armes
La mort n’éblouie pas les yeux des Partisans

Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes
Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants
L’affiche qui semblait une tache de sang
Parce qu’à prononcer vos noms sont difficiles
Y cherchait un effet de peur sur les passants

Nul ne semblait vous voir Français de préférence
Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant
Mais à l’heure du couvre-feu des doigts errants
Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA France
Et les mornes matins en étaient différents

Tout avait la couleur uniforme du givre
A la fin février pour vos derniers moments.
Et c’est alors que l’un de vous dit calmement
Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont survivre
Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand

Adieu la peine et le plaisir Adieu les roses
Adieu la vie adieu la lumière et le vent
Marie-toi sois heureuse et pense à moi souvent
Toi qui va demeurer dans la beauté des choses
Quand tout sera fini plus tard en Erivan

Un grand soleil d’hiver éclaire la colline
Que la nature est belle et que le cœur me fend
La justice viendra sur nos pas triomphants
Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline
Et je te dis de vivre et d’avoir un enfant

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s’abattant

 

Poème écrit pour l’inauguration d’une rue « Groupe Manouchian » à Paris. Le poète arménien Manouchian, héros de la Résistance, chef du groupe dit « des étrangers », ou « de l’affiche rouge », a été fusillé en février 1944.
Avait-on vérifié son « ADN » ?



 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marc Lucas 27/11/2007 15:29

t'es sur que c'est les lacs d'Ariel? nan je rigole, mais bon, y des gens qui se trompent parfois, ils confondent un lac avec un autre

David 23/10/2007 23:13

n'empêche, chers pouet matérialistesque cette fumée blanche me fait penser à une lectrice fantomatique... un esprit de la forêt comme dans Princesse Mononoke, mais en dilettante. mais vous y comprenez rien à la pouési

Fred 23/10/2007 09:10

l'autre petit lac, c'est le Lac de Sesques, à 2099m, au dessus de la "prise d'eau du Bitet", en montant dans le Portalet. Il est proche d'un autre lac, assez connu dans la région, le Lac d'Isabe. Ce petit lac est sans nul doute très peu fréquenté, car il n'y a guère de chemin pour y parvenir, et on a fini l'ascension avec les dents, ou presque... Mais il vaut le détour, ne serait-ce que pour le point de vue (la vue du Pic du Midi d'Ossau, photo précédente, est prise depuis le lac). On voyait ce jour là parfaitement bien la ville de Pau, à presque 40km.

Fred 23/10/2007 09:06

ah ! je constate que mes petits clichés déclenchent les questions. J'en suis content car cette vallée (l'Ossau) est un peu devenue mon "jardin". Benoît a raison : la fumée sort de la cheminée, et l'atmosphère fraîche de fin de journée donne un rendu particulier à la scène. Donc pas "d'esprit de la forêt qui fume le calumet de la paix".
Les deux lacs sont les Lacs d'Ariel, vus depuis le Pic d'Ariel (2824m). Ils sont également au pied du Palas (2990m) et du très fameux Balaïtous (3144m). Ils se situent côté espagnol, et ils se méritent, car pour les atteindre, il faut marcher pas moins de 4h (depuis le col du Portalet en Vallée d'Ossau). Beaucoup de caillasses, et l'été c'est une fournaise (versant sud encaissé). Sur Google Earth vous pouvez y aller comme si vous y étiez.
les gars, pour y aller, c'est quand vous voulez.... Je vous servirai volontier de guide !
 

lecomte 23/10/2007 00:52

perso, je pencherai plutôt pour une fumée de cheminée qui sortirai de ladite maison... En revanche, ces 2 lacs, ils sont où?