Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

pugna-cité

3 Mai 2007 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #l'évènement

                              saine colère, sainte colère ?

       A lire et entendre les confrères ce matin dans la presse, le mot du jour est donc « pugnacité ». Mme Royale s’est montrée pugnace, littéralement « qui aime le combat ». Il faut dire que si Nicolas devait jouer la comédie du silence des agneaux, en gardant son calme, Ségolène devait plutôt jouer dans le registre « chèvre de Monsieur Seguin » (histoire de filer la métaphore des « Deux-Sèvres »).
Le débat a donc eu lieu. Avec pugnacité. Il a parfois plafonné au niveau d’une cours de collège, avec ces batailles de chiffres où seuls les experts s’y retrouvent, et surtout cette manière si désagréable de se couper mutuellement la parole. Pour des candidats prônant le respect, l’écoute, l’obéissance au maître d’école, la discipline etc., l’exemple est bien mal donné. Or on sait que l’exemple vient souvent d’en haut. On n'y peut rien c'est comme ça.
Et puis, et puis… il y a eu cette fameuse colère de 22h55. Cette sortie de gonds. Cette faille que l’un et l’autre ont attendu pendant presque deux heures, c’est finalement Ségolène qui va la trouver. Et s’y engouffrer. On peut être déçu de ne pas avoir entendu, comme du temps des candidats Chirac, Jospin, Mitterrand et Giscard d’Estaing, ces petites phrases sibyllines qui font les grandes heures de la télévision française, et les petites portes de la politique à l’esprit cocardier. Mais on a eu la « saine colère » de Ségolène, à propos de l’éducation des enfants handicapés. Qu’on ne s’y trompe pas. Ce n’est pas sur la colère qu’il faut épiloguer. Tout le monde est capable de s’emporter quand l’injustice est valable, et la cause entendue. Un certain Nazaréen l’a fait, de son temps, sur le parvis du Temple de Jérusalem (ça lui a d’ailleurs coûté cher d’avoir viré les petits commerçants poujadistes : faut pas jouer avec les PME et ça depuis fort longtemps !). Ce sur quoi il faut épiloguer c’est l’objet de la colère : la scolarisation des enfants handicapés, et, derrière eux, le reste de la forêt : le handicap dans notre société, la différence, la souffrance physique ou morale. Les gros, les moches, les boiteux, les petits, les trop grands, tout ceux qui ne rentrent pas dans les canons actuels de la mode. Les lois anti-discrimination de 2004 n’ont parfois changé que la surface.
Il serait dommage, vraiment, qu’on laisse s’éloigner cette royale colère de sa source première, loin de toute instrumentalisation : il s’agit d’une saine colère si elle concerne en effet le respect des personnes humaines. Si il s’agit d’un instrument au service d’une stratégie verbale pour une joute oratoire visant à s’asseoir sur un fauteuil à l’Elysée, alors ce n’est ni une sainte ni une saine colère.
C’est une immoralité politique de plus. Sans être un mépris de moins.


 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

marie 12/05/2007 20:39

mon nez me chatouille... je pencherais plutôt pour une joute oratoire, une colère ni sainte, ni saine, me dit-il...

mélie 04/05/2007 01:34

Beau débat, néanmoins, s'il en est: en tant que femme de gauche convaincue ;), j'avais été déçue jusque là par la candidate socialiste... Pugnace hier soir devant son adversaire, se targuant d'une colère saine: abonnée à mon grand désarroi aux colères irationnelles (nuisibles, donc), j'ai été rassurée: tout n'est pas perdu !
Néanmoins, et je te remercie pour ton avertissement prudent, n'oublions pas qu'elle brigue avant tout le poste tant convoité de chef d'état: qui peut savoir qu'elle n'use pas, comme les autres, des trucs et astuces pour s'insurger, affectée et faussement sincère sur des sujets sensibles, sûrs de gagner le respect des hommes justes et crédules ?
Faute de prince charmant, je décide d'espérer encore une présidente franche et loyale, même sous la réserve imposée par l'univers politique.
Ce débat n'a pas changé mon intention de vote, à un détail près: dimanche, je glisserai mon bulletin, angoissée, comme prévu, mais le sourire aux lèvres.
Bravo Fred pour ce billet joliment écrit,
bises démocrates,
mélie de Tolbiâc
(P.S: il y a des mots, simples, évidents, que l'on croit savoir, et qui sont rarement rappelés, voire jamais. Je ne suis pas sûre qu'ils vont m'aider à prendre une décision dans un avenir proche, mais une chose est sûre: cela fait du bien de les entendre: un grand merci pour ton commentaire)