Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

portrait sensible (trésor de la chanson française d'aujourd'hui)

31 Octobre 2006 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #émerveillement

                                                           Frédéric


Oh, quand tu t’endors
Est-ce que tu penses à moi
Qui suis entre les bras d’un homme libre
Dans un lit à nous
Et quand tu t’éveilles
Est-ce que tu penses à moi
Qui vis sans me soucier des portes et des fenêtres

Aussi loin que tu puisses être
Tu restes avec moi comme un frère enfermé
un ami égaré
Frédéric

Oh, quand tu espères
Est-ce que tu penses à moi qui espère avec toi
Debout dehors de l’autre côté
Et quand tu respires à fond
Dans la faune des hommes de ta geôle
Garde les yeux fermés

Aussi loin que tu puisses être
Tu restes avec moi comme un frère enfermé
Un ami égaré
Frédéric
Entends ma voix qui traverse tes barreaux

Les gestes les plus simples
Deviennent étrangers
Les plaisirs les baisers
Tu les as oubliés
Tout te manque
Frédéric
Entends ma voix qui détestent tes barreaux

Paroles et musique : Jeanne Cherhal (Editions Tibia) www.jeanne-cherhal.com

(merci Jeanne.....................)

Photos : Fred Sabourin.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

forgeron 02/11/2006 14:13

Salut Fred juste pour te dire que poeme est vraiment pas et que les photos du lever du soleil sont vraiment superbe sur ceux a+

marie 01/11/2006 21:52

Tu me fous la honte...  car j'aurais dû reconnaître Soyaux... Et puis, il faut que je te dise un truc, c'est que je me couche trop tard pour me lever tôt ! Bonne soirée. Marie.

frédéric 01/11/2006 18:42

ma chère Marie, il va falloir apprendre à se lever tôt... Tu sauras reconnaître un levé de soleil, un matin d'automne qui annonce la pluie ("aube rouge, vente et pouge" dit le proverbe pyrénéen. CQFD : "aube rouge, vent et pluie"). Et puis orientation oblige : si je regarde ND d'Obezine à Goulême, c'est que derrière c'est... Soyaux, donc l'orient... Tout le monde n'a pas une boussole à la place du nez j'en conviens. Merci pour tes commentaires, n'oublie pas d'apprécier aussi la prose de Jeanne Cherhal, une merveille elle aussi ! (album "l'eau" dans les bacs depuis qques jours...). Bises, Fred.

marie 01/11/2006 17:13

Pour le coup, sur celles-ci, je ne vais pas me prononcer sur un lever ou un coucher de soleil... Quand même, je pencherais plus pour un coucher... Magnifique! Marie.