Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

chronique toulousaine (1ère partie)

17 Août 2006 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #voyage - voyage...

                                    Ô Toulouse… !


          Monsieur Nougaro, vous aviez raison quand vous chantiez : « Ô mon païs ! Ô Toulouse ! Ô Toulou-ou-ou-se» , c’est même l’expression qui nous vint naturellement au détour de la rue des Changes et du Capitole ce jour là, un dimanche pas comme les autres, sous la lumière de midi. Ville rose, briques roses, pincée de tuiles, canal, tours des capitouls, ruelles étroites, place de la Daurade, rue du Taur, Saint Sernin, Esquirol, Jacobins….
Mais tout ceci n’est rien sans une présence humaine - je dirai même féminine ! -  qui exprime à elle seule toute la sensualité, la beauté et l’esprit du Midi.
Elle était là, simplement assise sur la rambarde qu’elle effleurait à peine, pareil à un flottement léger. Envoûtante, elle semblait attendre. Qui ? Je ne sais. Le vent qui déjà faisait gonfler les drapeaux, et fièrement celui du pays d’Oc, caressait ses cheveux, dans une onde chaude à l’accent d’ici. Ils étaient bruns. Fille du soleil, couleur d’Espagne, ce noir sur fond rose me rappelle le rouge du sang qui bat dans tes veines. Je ne verrai jamais ton regard, bouffé par des lunettes trop sombres, elles aussi. Le soleil est ton ami, fille du sud, mais il est aussi  ennemi de tes beaux yeux, lorsque chauffé à blanc il les fait pleurer.
Nougaro avait bien raison : « voici le Capitole j’y arrête mes pas… ». C’est un tort (Taur ?) de ne faire que traverser la place. La marche du promeneur s’arrête, la respiration se suspend, le cœur se repose enfin. La rose est noire et balancée au vent brûlant des Occitans. Elle chante et danse, comme les cheveux de cette gitane…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article