Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

le jour d'après... (la chronique)

18 Mai 2006 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #l'évènement

                                 le bruit de la semaine

           J’habite une maison au croisement de deux rues pavées du vieil Angoulême. Quartier cathédrale, mais c’est aussi le quartier des collèges et des lycées. Environ 2500 élèves empruntent chaque jour les étroites rues d’Epernon et Fénelon pour se rendre sur les lieux de leur éducation. Chaque matin, vers 7h45, je sors chercher mon journal dans la boîte aux lettres derrière le mur qui me sépare (protège ?) de ces deux rues. Je n’entends donc que le bruit, je n’ai pas l’image. Mais j’aime ce bruit, ces cris, ces murmures, ces invectives, apostrophes, insultes aussi parfois. Je sens aussi l’odeur de leurs cigarettes grillées nerveusement dès 8h du matin : les « ados » sont souvent le prolongement de ceux que nous avons été…
En fermant les yeux, je sais au bruit particulier quel jour nous sommes, car chacun a une rumeur différente :
Lundi et mardi : c’est calme, chacun monte les rues avec le poids de la semaine à venir, et la fatigue d’un week-end trop chargé. Ils parlent peu, ou tout bas,  semblent inquiet. Le collier de l’écolier pèse lourd les lundis et mardis matins.
Mercredi : agité, tendance orageuse. On sent dès le matin que la journée sera plus courte. Deux heures pour les plus chanceux. Midi pour les autres. Mercredi, ce sera le jour où l’après midi se passera au conservatoire pour de la  musique, du théâtre ou de la danse, au club sportif, dans une salle de cinéma. Ou bien à rêver en ville, à refaire le monde dans un café autour d’un panaché. Peut-être dans la discrétion à peine déguisée d’un banc du Jardin Vert, pour échanger des serments d’un premier amour lycéen. Mercredi, folle journée !
Jeudi : là c’est du sérieux. On sent au bruit que font les jeunes que c’est LA journée la plus importante de la semaine. Celle des contrôles ou des résultats. Jeudi c’est le jour où le début de la semaine n’est plus qu’un lointain souvenir (on se demande s’il a réellement existé !), mais l’approche du week-end est à portée de main. Jeudi, il y a espoir : on tient le bon bout !
Vendredi : c’est la furie ! Vendredi égal : début du week-end. Projets, départs, prévisions de la fête du samedi soir. Vendredi ça chauffe, vers 17h, on a plus de temps, on traîne sur le rempart, les garçons font des tours de scooter pour impressionner les filles, et les filles font celles qui n’ont rien vu, mais elles jouent le jeu, flattées.
Samedi : à 8 heures, la cloche de la cathédrale est la seule à faire du bruit dans le quartier. Vêtu d’un short et d’un maillot, je sors en trottinant pour mon footing du samedi. Personne ne remonte la rue. Je suis seul à descendre et mes baskets font « clap clap » sur les pavés. C’est un moment privilégié. Celui où tout ce qui était impossible devient possible, poussé par le souvenir de la rumeur des jeunes qui font le plus beau bruit du monde : celui de la vie.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article