Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

mariage et cinéma

6 Mai 2006 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #chronique cinéma

            Un long dimanche de fiançailles…

(article écrit pour un journal de mariage, samedi 29 avril 2006, Didier et Aurélie Richard, à Alençon)
             


       

             C’est finalement sur les écrans d’Alençon que se déroulait cet après midi la projection du nouveau film tant attendu, avec en tête d’affiche Aurélie Poulain et Didier Bredoteau. Après avoir longtemps collectionné Les Poupées Russes, le jeune et fringant Didier craignait par dessus tout de replonger dans un Dîner de cons, où il lui aurait fallu faire ses preuves, lui, L’Incorrigible, le Professionnel, le Magnifique . Mais comme dans Autant en emporte le vent, la belle a su faire plier la bête, et Scarlett aura droit, enfin, à son Clark Gable.
Mais attention : les meilleurs routards et autres petits futés du mariage vous diront qu’On connaît la chanson, et qui dit mariage dit : finit Les 400 coups, adieu La Femme d’à côté, terminé Sexe, mensonges et vidéo
Les plus grands critiques du cinéma, sortant le nez de leurs fichus cahiers, étaient présents dans la salle : des Tontons Flingueurs venus de Lyon, la ville du foot qui gagne mais ne parle pas italien. Des Barbouzes et autres Flic ou voyou venus tout droit de la Charente pour ne rien rater de la Grande Bouffe et pour Sauver le Soldat Richard de la noyade sur une plage du débarquement. Heureusement, le célèbre mariage était ratifié haut la main par le meilleur Léon Morin, prêtre de Grenelle, quartier de Paris où, dit-on, pratiquent de Drôles de paroissiens versaillais triés sur le volet. Il y avait comme Un air de famille pour ce film promis aux récompenses internationales, et Les Choristes s’en sont donnés à cœur joie. Faudrait quand même pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages : certains sortaient tout droit de Farinelli !
Mais rappelons un peu le scénario de ce Long dimanche de fiançailles : la jeune Aurélie Poulain laissait aller ses pas à côté de ce Promeneur du Champs de Mars,  lui confiant un jour que leur belle Histoire d’Ô pourrait se concrétiser par un mariage. Il n’en fallait pas plus au jeune Didier Bredoteau (ou Bretodeau) pour fuir devant ses responsabilités. Il lui demanda un délais, de l’ordre de 55 jours de Pékin pour tenter de se laisser Désiré. Il ne voulait pas de Fil à la patte, du moins pas tout de suite. Comme Aurélie constatait qu’A l’Ouest, rien de nouveau, elle tenta sa chance dans une Auberge espagnole. Et Viva Zapata s’écria-t-elle en arrivant au pays des patatas frittas aztèques. Pendant ce temps-là, le jeune Didier jouait un mauvais remake de Zazie dans le métro. Même son meilleur ami de trente ans, Jean-Philippe, profitait de l’occasion pour lui passer devant, ainsi que Vincent, François, Paul et les autres. Tous, Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants.
Craignant que la proximité d’Alençon avec Lisieux ne transforme Aurélie en Thérèse et ne lui donne de trop pieuses pensées, Didier se décidait enfin à laisser de côté La Dolce vita, et c’est A bout de souffle qu’il saisit La Fille sur le pont qui lui susurrait  dans le creux de l’oreille : Parle avec elle.
On ne vous racontera pas la fin du film, mais on peut seulement dire qu’on a apprécié ce Long dimanche de fiançailles, qui prouve encore une fois que le Cœur des hommes peut finir par flancher, et il était important que les convives enfin rassemblés prennent place dans ce Festin de Babette. Aurélie Poulain, telle une reine d’Egypte, pourra enfin s’endormir en paix chaque soir que Dieu leur donnera, à côté de son Guépard.
Elle n’aura plus besoin de dire Vivement dimanche !

Pour les « Carnets du cinéma » : Fred Sabourin.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article