Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

on est bien Loti...

6 Septembre 2008 , Rédigé par Fred Sabourin Publié dans #littérature

J’aime bien les vacances – même si elles ne m’aiment pas beaucoup vu le peu que je puisse en prendre – parce qu’elles permettent, entre autre choses, de lire encore plus que d’habitude.
J’aime lire les journaux de la première à la dernière ligne. Tout y passe, même le carnet du jour et les programmes télés. Parfois aussi les annonces.
Dans « La Croix », cet été, comme tous les ans, un florilège de belles feuilles, écrites par des journalistes de talent.
En août, une série « Pèlerinage d’un incroyant en Terre sainte ». Faut oser ça non ? Les imbéciles heureux (et encore !) diront que c’est un journal de culs bénis. Bref.
Le 19 août, place à Pierre Loti. Ecrivain voyageur, qui mit sac à terre à Rochefort, dans l’estuaire de la Charente, parcourut le monde de ses extravagances et de sa plume alerte. De janvier à mai 1894, il chemine d’Egypte au Liban, passant d’un lieu saint à un autre. Il est à la recherche de la foi perdue, et qu’il pense retrouver. Son récit sera publié sous la forme de trois volumes, Le Désert, Jérusalem, la Galilée.

Loti restera trois semaines dans la ville sainte. A Jérusalem, chaque matin, il exigera de la cité qu’elle se livre à lui, chaque matin, elle se refusera. Il aura alors cette phrase énigmatique et superbe :

« La clameur des chiens de Jérusalem, qui la nuit est incessante comme dans toutes les villes turques ; s’entendait à peine d’en bas, du fond de la vallée ; mais ici elle arrive, lointaine, sonore et légère ; des échos sans doute la déplacent, car elle semble partir du haut, tomber du ciel. Et de temps à autre s’y mêle le cri le plus rapproché, l’appel en sourdine d’un oiseau nocturne. Contre l’olivier mon front lassé s’appuie et se frappe. J’attends je ne sais quoi d’infini que je n’espère pas, et rien ne vient à moi, et je reste le cœur fermé, sans même un instant de détente un peu douce, comme au Saint-Sépulcre, le jour de l’arrivée ».

Que celui ou celle qui trouve ce fragment mélancolique et stérile se jette la première pierre. Il n’a rien compris à la créativité d’une plume en pleine re-création.

j'en ai eu un ! mais p... qu'est-ce que c'est pénible à attraper avec un "bridge"...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fredo 08/09/2008 15:19

La lecture..;une de mes passions préférées, mais que je ne peux également assouvir régulierement. Par contre bridge ou reflex ,trés dur de capter un eclair. Bravo. Bonne journée.

Anne S. 07/09/2008 21:42

Très belle phrase en effet sur la solitude interieure de l'homme.Pierre Loti c'est d'abord l'appel de la mer. Et également une oeuvre romanesque autobiographique dont l'intrigue repose souvent sur ce schéma : un homme aime une femme, il doit la quitter, ils en meurent tous les deux (elle surtout).Mais derrière l'histoire, le "je" du voyageur. et derrière ce dernier, l'évasion et la fuite.La fuite des hommes que l'écrivain guide toutefois en conduisant les lecteurs sur ses pas.La fuite de lui même qu'il cherche à apaiser en multipliant les pèlerinages vers les lieux antiques.la fuite. mais "l'écoeurante banalité du quotidien" (P.Loti) reste. Alors l'écriture devient l'ultime refuge : celle qui permet de vaincre la perception douloureuse du monde et de soi même.Je suis d'accord avec toi, l'écriture de Loti offre une double réalité : l'expérience vécue et sa recréation littéraire.Bravo pour la photo !Bonne soirée.Anne S.