Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

Où la rue du Vieux-Colombier réserve une surprise à l’auteur

5 Décembre 2017 , Rédigé par F.S Publié dans #littérature

« C’était le début du printemps. Il avait plu. Le soir tombait. J’avais vieilli comme tout le monde. Je venais de la rue du Cherche-Midi, où j’avais passé une heure avec Michel Mohrt, le plus ancien de mes amis, l’auteur breton, délicieux et souvent irrité de La Prison maritime. Au carrefour de la rue du Cherche-Midi, de la rue de Sèvres et de la rue de Grenelle, je venais de m’engager, vers Saint-Sulpice et la Sorbonne, dans la rue du Vieux-Colombier, lorsque j’aperçus devant moi, un foulard sur la tête, la silhouette d’une jeune femme prise dans un de ces imperméables qu’on appelait naguère un trench-coat. Parce que je pensais sans cesse à elle, je me dis en un éclair qu’elle ressemblait à Marie. En passant à sa hauteur, je murmurai très bas :

- Marie… Elle tourna la tête. C’était elle.

- Marie ! m’écriai-je.

Tiens ! me dit-elle, c’est toi.

C’était moi. Nous ne nous sommes plus quittés ».

Jean d’Ormesson. Un jour, je m’en irai sans en avoir tout dit.

Où la rue du Vieux-Colombier réserve une surprise à l’auteur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article