Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

Articles récents

Le premier homme

16 Août 2017 , Rédigé par F.S Publié dans #montagne

"L'homme n'est que poussière. C'est dire l'importance du plumeau".

Alexandre Vialatte.

- Perdu de vue -

- Perdu de vue -

"Certains hommes espéraient entrer dans l'Histoire. Nous étions quelques uns à préférer disparaître dans la géographie".

Sylvain Tesson, Les Chemins noirs.

- Sur ton Épaule -

- Sur ton Épaule -

- Cascadeur -

- Cascadeur -

- Boucherie chevaline -

- Boucherie chevaline -

Le premier homme
- Arx tarpeia Capitoli proxima -

- Arx tarpeia Capitoli proxima -

- Trois hommes et un cirque -

- Trois hommes et un cirque -

(à suivre...)

Lire la suite

Mutation chaotique

5 Août 2017 , Rédigé par F.S Publié dans #montagne

- Dégringoler -

- Dégringoler -

- Tout en devisant sur la beauté des choses -

- Tout en devisant sur la beauté des choses -

- L'homme est un roseau pensant -

- L'homme est un roseau pensant -

- Là-bas -

- Là-bas -

- Pensif -

- Pensif -

Mutation chaotique
- Les Pyrénées, c'est bête -

- Les Pyrénées, c'est bête -

- Villa mon rêve -

- Villa mon rêve -

(c) F.S. 31/07-03/08/2017. Luchon (Haute-Garonne). Nikon D300. 10-24 mm.

Lire la suite

Sunset boulevard

27 Juillet 2017 , Rédigé par F.S Publié dans #montagne

- Bonne nuit les petits -

- Bonne nuit les petits -

Sunset boulevard
Sunset boulevard
- Donne à boire à ton cheval, cow boy -

- Donne à boire à ton cheval, cow boy -

- welcome to the death valley -

- welcome to the death valley -

(c) F.S. 26-27/07/2017. Vallée d'Ossau (64). Nikon D300. 18-105 mm.

Lire la suite

Grandir

8 Juillet 2017 , Rédigé par F.S Publié dans #Lettres à ...

Grandir

"- Papa, y a des étoiles dans tes yeux...

- Tu sais pourquoi ?

- Non...

- Parce que je te regarde".

 

Lire la suite

Kerman

4 Juillet 2017 , Rédigé par F.S Publié dans #littérature

"Nous n’avons guère vu Kerman de jour, juste assez pour lui trouver cet air démoli, saccagé – comme si Tamerlan venait d’y passer – que l’implacable lumière de midi donne à toutes les villes de l’Est iranien. Mais la nuit, oui. Une fois lavés et rafraîchis, nous nous promenions, accompagnés par quelques jeunes cyclistes qui nous dépassaient, revenaient, faisaient du sur place pour nous lancer interminablement la même phrase en anglais. Et la nuit, Kerman devenait belle ; son côté brûlant, déchu, brisé, faisait place à la douceur du plus grand ciel du monde, à celle de quelques feuillages, de bruits d’eau, de coupoles qui s’enflent contre le gris lumineux de l’espace.  la sortie de la ville, notre escorte nous lâchait. Trois arbres immenses, un mur de boue séchée, puis un plateau sableux plus vaste que la mer. Étendus dans le désert encore tiède, nous fumions sans mot dire, en nous demandant si nous en verrions jamais la fin. Ongles cassés, furtifs éclairs d’allumettes, trajectoires gracieuses et fatiguées des mégots qui fusaient dans le sable, des étoiles, des étoiles, des étoiles assez claires pour dessiner les montagnes qui barraient l’horizon vers l’est… et peu à peu, la paix".
 

Nicolas Bouvier. L’Usage du monde.

 

Lire la suite

Histoire d'une France rurale

2 Juillet 2017 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement

- La terre est ronde où paissent les troupeaux -

- La terre est ronde où paissent les troupeaux -

- Fauché -

- Fauché -

- Midi, roi des étés -

- Midi, roi des étés -

Histoire d'une France rurale
Histoire d'une France rurale

(c) F.S. 18/06 et 02/07/2017.

Lire la suite

Ispahan

29 Juin 2017 , Rédigé par F.S Publié dans #littérature

"Avec un ressort arrière brisé, traversé lentement le canton agricole qui entoure la ville. Le soleil se couchait derrière de hauts platanes solitaires dont l’ombre oblique s’étendait sur des villages de terre aux douces arêtes rongées. Dans les champs de blé coupé, les gerbes retenaient la lumière et brillaient comme du bronze. Des buffles, des ânes, des chevaux noirs, et des paysans aux chemises éclatantes travaillaient à finir les moissons. On voyait le bulbe léger des mosquées flotter sur la ville étendue. Assis sur le capot pour soulager la voiture malade, assommé de fatigue, je cherchais un mot pour m’approprier ces images, et je me répétais machinalement : Carabas".
 

Nicolas Bouvier. L’Usage du monde.

(c) F.S.

(c) F.S.

Lire la suite

Blond vénitien

13 Juin 2017 , Rédigé par F.S Publié dans #voyage - voyage...

Ses cheveux qu’elle relève sur sa tête et maintient en l’air le temps de parler, de réfléchir, font comme un petit palmier exotique. Puis elle les relâche, d’un geste sec et tendre à la fois. Son parfum vanillé, légèrement sucré, soulève des flots de certitudes : « elle est aimable, vraiment », se disait-il, plongeant sans retenue dans l’azur de son regard profond. On dirait l’Italie. Le vent chaud de la Méditerranée remonte le long de cette Via antique bordée de pins maritimes, d’oliviers, d'amandiers et de cyprès, caressant les pierres anciennes chauffées à blanc par le franc soleil d’été. Elle était là, face à lui, face à elle-même aussi. Le mouvement de sa main dans son dos puis le long du bras valait toutes les promesses. « On en reparle », dit-elle. Ce vent sensuel soufflait dans sa poitrine et encerclait sa respiration. Il suffoquait. S’il avait su que cette asphyxie était si douce... Temps immobile, où tout demeure encore possible. Pont des soupirs, vaporetto, ruelles étroites et fraîches se laissant ça et là au détour d’un angle transpercer par un soleil ardant. Pont des soupirs, il crut mourir ; d’amour, pour cette belle en fuite, au-delà des lignes, au-delà des rêves, au-delà des désirs enfouis qui tombent en pluies d’orages. Promesse de l’aube, promesse perdue peut-être… Il n’aurait jamais pensé que cette lame de douleur pénétrant sa poitrine ait pu revenir un jour. Elle ne le lâcha plus.

 

- En route vers Mysore (Inde), sept. 2006 -

- En route vers Mysore (Inde), sept. 2006 -

Elle apportait du thé, il buvait de la chicorée au lait.

Une chose horrible, disait-elle.

Il était sergent de l’armée de terre, dans une aile discrète du Renseignement français.

Elle habitait Saigon près du fleuve.

On la tutoyait. Il la vouvoyait.

Un matin elle trouva un message enlacé autour d’un hibiscus rouge :

Ma chicorée est certainement horrible, mais votre thé est insipide.

Apprenez-moi à l’aimer.

Ce qu’elle fit…

Bernard Giraudeau, Les Hommes à terre.

Lire la suite

Voir loin, c'est la rêverie du paysan

4 Juin 2017 , Rédigé par F.S Publié dans #littérature

Bouges (36). (c) F.S.

Bouges (36). (c) F.S.

"La beauté du pays existerait, mais, à moins de monter sur la cime des branches, personne n'en jouirait. L'artiste, qui rêve en contemplant l'horizon, y perdrait le spectacle de sites enchanteurs, et le paysan, qui n'est jamais absurde et faux dans son instinct, n'y aurait plus cette jouissance de respirer et de voir, qu'il exprime en disant : C'est bien joli par ici, c'est bien clair, on voit loin. Voir loin, c'est la rêverie du paysan ; c'est aussi celle du poëte. Le paysagiste aime mieux un coin bien composé que des lointains infinis. Il a raison pour son usage ; mais le rêveur, qui n'est pas forcé de traduire le charme de sa contemplation, adorera toujours ces vagues profondeurs des vallées tranquilles, où tout est uniforme, où aucun accident pittoresque ne dérange la placidité de son âme, où l'églogue éternelle semble planer comme un refrain monotone qui ne finit jamais.

L'idée de bonheur, est là, sinon la réalité".

George Sand, La Vallée-Noire.

Eglise Sainte-Anne, Nohant-Vic (36). (c) F.S.

Eglise Sainte-Anne, Nohant-Vic (36). (c) F.S.

(c) F.S.

(c) F.S.

Lire la suite

Jardin anglais, printemps français

25 Mai 2017 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement

Jardin anglais, printemps français

Le 26e Festival international des Jardins du Domaine de Chaumont-sur-Loire a ouvert ses portes depuis le 20 avril jusqu'au 5 novembre prochain. D'abord soumis à une météo capricieuse faite de gelées tardives succédant à des chaleurs précoces, puis de fortes pluies, c'est désormais l'été du printemps aussi luxuriant que les jardins eux-mêmes.

Bien sûr il y a les 25 jardins de créateurs sélectionnés par le jury présidé cette année par la réalisatrice et auteur Coline Serreau, et Chantal Colleu-Dumond directrice du Domaine (sans qui Chaumont ne serait pas Chaumont), autour du thème "Flower Power" (le pouvoir des fleurs). Mais il y a aussi les jardins permanents, dans le pré du Goualoup. Notamment ce "jardin anglais" sur lequel pleuvait ce jeudi un soleil de gloire dans une tempête de ciel bleu. So British, mais surtout so beautiful...

Jardin anglais, printemps français
Jardin anglais, printemps français
Jardin anglais, printemps français
Jardin anglais, printemps français
Jardin anglais, printemps français
Jardin anglais, printemps français

Lire aussi ici.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>