Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le jour. D'après fred sabourin

Articles récents

Lettres à Anne

2 Décembre 2016 , Rédigé par F.S Publié dans #littérature

Du jeudi 9 septembre 1965 au jeudi 1er décembre 2016, 51 ans nous séparent, un monde, et quel monde ! Deux François, deux socialistes (ou presque), deux Présidents de la République. Le premier, pas encore en passe de l'être - il devra attendre 16 ans avant d'entrer à l'Élysée - tandis que l'autre s'apprête à piteusement en sortir, par la grille du Coq. L'un annonce à son amour clandestin (Anne Pingeot) sa candidature en face du général de Gaulle, qu'il mettra en ballotage quelques semaines plus tard lors de la première élection présidentielle au suffrage universel direct. L'autre annonce en moins de 10 minutes chrono à l'heure du souper qu'il n'ira pas une seconde fois briguer le mandat suprême. Il inaugure involontairement une promesse de feu candidat Juppé : le mandat unique !

En lisant les "Lettres à Anne" de François Mitterrand - une brique de 1,5 kg qui se lit presque comme un roman - comment ne pas être frappé, outre par les extraordinaires qualités littéraires de ces lettres enflammées, par le secret d'un homme d'État, les secrets devrait-on dire. Insondable Mitterrand, le "Florentin", le "Mazarin", qui vécu pratiquement toute sa vie publique en double vie. A-t-on d'ailleurs tout appris désormais ? Rien n'est moins sûr...

François Hollande - sans atteindre les qualités d'homme de lettres de son prédécesseur, loin s'en faut ! - nous a montré que décidément, le goût du secret semble être une des qualités requises pour atteindre les sommets du pouvoir. Paradoxe encore de l'homme qui passa son quinquennat à s'épancher à des journalistes en leur disant à peu près tout ; sauf l'essentiel finalement : qui est-il, vraiment ?

Lettre 220. Jeudi 9 septembre 1965, 17h30

Anne, mon amour,

Voilà, c’est fait, après de longues méditations, de longues hésitations et maintenant la certitude d’une lourde charge : j’ai fait connaître ce soir, à 6 heures, à l’issue de la conférence de presse du général de Gaulle, que j’étais candidat à la Présidence de la République. Les moments d’hier soir et de ce matin ont été intenses, parfois dramatiques. Deferre, Maurice Faure, Mollet, beaucoup d’autres… le Parti socialiste fait bloc pour me demander de mener ce combat… Bref j’en suis là.

Vendredi, 18h30

Je n’ai pu continuer hier cette lettre. Et tu n’as rien reçu ce matin ! (moi non plus d’ailleurs et j’en ai de la peine.) Les journalistes, la radio, les visites, la bousculade, quoi ! La presse d’aujourd’hui apprécie selon son goût ma candidature. Je t’en montrerai l’essentiel demain.

Ma matinée a été consacrée aux réunions de la Fédération en gestation (et la gestation paraît bonne). Déjeuner avec Mollet. Hier soir dîner avec mon équipe d’amis aux Buttes-Chaumont. J’étais soudain épuisé. Ce qui m’ennuie un peu c’est que chaque nuit je connais une heure « claustrophobe ». Bah ! Il faudrait desserrer l’étau ! (…)

L’avion n’ira pas assez vite, les routes des Landes ne seront pas assez droites, et nulle patience ne m’habitera. Ta lettre reçue hier, tes photos sont devant moi, sur mon bureau. Je sens que ma vie est là où tu es. Je t’aime. François.

PS : Si tu dis à Diesel que je viens demande-lui aussi qu’on ne parle pas de ma présence à Hossegor pour que la presse m’y laisse la paix !! Je n’irai pas au golf à cause de cela.

François Mitterrand, Lettres à Anne. 1962-1995. Ed. Gallimard.

Lettres à Anne
Lire la suite

« L’Odyssée » du Commandant Cousteau : un homme à l'amer

7 Novembre 2016 , Rédigé par F.S Publié dans #chronique cinéma

Le film de Jérôme Salle, L'Odyssée, retrace 40 ans de la vie de Jacques-Yves Cousteau, icône océanographique pratiquement intouchable 20 ans après sa mort. Une vie aux zones d'ombres et de lumières qui ressemble à tout sauf à un monde de silence.
 

« L’Odyssée » du Commandant Cousteau : un homme à l'amer

C’est l’histoire de l’homme qui a pris la mer. Elle le lui a bien rendu, au départ, avant de lui faire payer ce qui pourrait s’apparenter à un viol. « C’est la mer qui prend l’homme » dit le chanteur populaire. Comment mettre en scène l’histoire singulière et hors normes de l’homme au bonnet rouge, aux chemises en jean et aux vestons croisés griffés Pierre Cardin, qui passa une grande partie de sa vie dans les profondeurs bleu nuit des fonds sous-marins, dans l’obscurité des salles de cinéma, et dans celles non moins obscures des compagnies pétrolières et maisons de productions américaines ? Jérôme Salle, avec L’Odyssée, tente coûte que coûte, en deux heures, de résumer 40 ans de la vie de Jacques-Yves Cousteau, le Commandant Cousteau. En effleurant ses zones d’ombre, en prenant le parti pris des relations tendues avec ses proches, en vernissant l’icône désormais intouchable de cet « immortel » (a-t-on oublié qu’il fut académicien ?), bref : en surfant sur l’écume des mers.  
 

« L’Odyssée » du Commandant Cousteau : un homme à l'amer

Le film commence à la sortie de la Seconde Guerre Mondiale et s’achève en 1979 à la mort dans un accident d’hydravion de son fils Philippe, avec lequel il avait entretenu des relations conflictuelles, passionnées, aux flux et aux reflux profonds comme les abysses. Le Commandant Cousteau, c’est l’homme qui, découvrant un monde jusqu’alors inconnu – le monde du silence – s’est évertué à grands renforts de communication millimétrée et de caméras sous-marine, à le faire découvrir à la planète entière. Quitte à prendre souvent des libertés non seulement avec la mer elle-même (sa vision romantique des relations entre les hommes et les animaux marins le fut parfois au prix de sévices infligés à ces derniers ; avant de plonger dans la défense écologique des milieux aquatiques dans le dernier quart de sa vie), mais aussi avec un opportunisme qui le poussa fréquemment à accepter ce que d’aucuns auraient qualifié d’inacceptable pour pouvoir financer ses projets à la limite de la mégalomanie. C’est bien là tout le problème des génies narcissiques : aveuglés par leurs projets toujours plus faramineux, emportant tout sur leur passage, négligeant égoïstement jusqu’à leurs proches et particulièrement, dans le cas de Cousteau, sa propre femme et ses fils, rien ne semble pouvoir les arrêter.

« L’Odyssée » du Commandant Cousteau : un homme à l'amer

Dans la peau de « JYC » (Jacques-Yves Cousteau) s’est glissé Lambert Wilson, dont le physique aussi sec que celui qu’il incarne n’est pas la moindre des ressemblances. A divers instants du film très scolaire de Jérôme Salle, c’est à s’y méprendre. Pierre Niney (qui incarna Yves Saint Laurent dans dans le biopic de Jalil Lespers en 2014) interprète Philippe Cousteau, le « fils préféré » et donne, dans une scène de règlement de compte œdipien avec son père, probablement le meilleur moment du film. « Toutes ces années quand je te regardais avancer comme ça, sûr de toi, ben je t’ai admiré. Parce que je t’ai tellement admiré papa ». A cet instant-là Cousteau bois la tasse, une arrête de poisson en travers de la gorge. Simone Cousteau, elle, carbure au whisky et clope comme un marin-pompier en jurant comme une poissonnière : Audrey Tautou l’incarne avec sérieux, et c’est probablement la prouesse de la faire vieillir de 40 ans en deux heures qu’il faudra seulement retenir. Le reste des seconds rôles possède la transparence d’une méduse.

« L’Odyssée » du Commandant Cousteau : un homme à l'amer

L’Odyssée est un « biopic » dans la veine de Molière ou de Renoir : avec un goût très contemporain pour le vintage, le film de Jérôme Salle contribue à la fixation dans le marbre lisse et sans grande saveur des personnages du patrimoine français. A ce titre, la fascination bleue marine autant que les sombres ambiguïtés du Commandant Cousteau, cet « homme à la mer » ivre des grandes profondeurs n’échappe pas à la règle. Lambert Wilson, dans un entretien au Monde, glisse à ce sujet « qu’il y a une grande part de nostalgie pour une époque révolue et fantasmée. Les jeunes voient en Cousteau l’incarnation de la France d’après-guerre, celle de l’élan reconstructeur, de la conquête. Il représente un paradis perdu, où l’homme vivait dans un état de jubilation permanent et inconscient. Tout l’inverse de notre époque terrorisante et cynique ». Un monde des fonds sous-marins obscurs autant que ceux des hommes qu’on ne peut passer sous silence, à l’heure où bon nombre d’espèces et de la flore sous-marines disparaissent, victimes de la conquête déraisonnable de l’homme-grenouille. Ce clown grotesque qui se prit pour un poisson...

F.S
 

L'Odyssée, film de Jérôme Salle. Avec Lambert Wilson, Audrey Tautou, Pierre Niney. (2h).

On peut aussi lire cet article ici.

« L’Odyssée » du Commandant Cousteau : un homme à l'amer
« L’Odyssée » du Commandant Cousteau : un homme à l'amer
Lire la suite

A la renverse

1 Novembre 2016 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement

A la renverse
A la renverse
A la renverse
A la renverse
A la renverse

(c) Fred Sabourin. Octobre 2016. Réalisé sans trucage, sauf un : la "tête à l'envers".

Lire la suite

Jeux de miroir

31 Octobre 2016 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement

Jeux de miroir
Jeux de miroir
Jeux de miroir
Jeux de miroir
Jeux de miroir

(c) Fred Sabourin. Octobre 2016. A suivre bientôt : le même jeux, mais la tête à l'envers... (teasing de ouf !).

Lire la suite

La banquette rouge

17 Octobre 2016 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement

"Ô récompense, après une pensée, qu'un long regard sur le calme des Dieux !"

(Paul Valéry, Le Cimetière marin). 

La banquette rouge
La banquette rouge
La banquette rouge
La banquette rouge
La banquette rouge
La banquette rouge
La banquette rouge
La banquette rouge
La banquette rouge
La banquette rouge

(c) F.S. Charente, octobre 2016.

Lire la suite

"Homme, montagnes, immensité" (expo photographique)

2 Octobre 2016 , Rédigé par F.S Publié dans #l'évènement

- En marche... -

- En marche... -

Du 1er octobre au 31 décembre 2016, à l'Agence IMM (11 rue Porte-Côté à Blois), une exposition photographique de Frédéric Sabourin. Du lundi au vendredi de 9h à 12h et 14h à 18h. Entrée libre. Photos 60x40 cm sur plaque "Alu-Dimond" en vente, contactez-moi en message privé. Merci.

- Fin du monde -

- Fin du monde -

- Ecce homo -

- Ecce homo -

- Au pied du mur -

- Au pied du mur -

- Chambre avec vue -

- Chambre avec vue -

- Maintenance à l'Aneto -

- Maintenance à l'Aneto -

- Vie pastorale à la cabane d'Aule -

- Vie pastorale à la cabane d'Aule -

- Sous la muraille -

- Sous la muraille -

- Sur le chemin de "Piston" -

- Sur le chemin de "Piston" -

- Etre sur la brèche (ou presque) -

- Etre sur la brèche (ou presque) -

- Seul au monde -

- Seul au monde -

- Surprise -

- Surprise -

- Splendeur d'automne -

- Splendeur d'automne -

- Quelques mots d'amour -

- Quelques mots d'amour -

(c) Fred Sabourin. Octobre 2016. 

Lire la suite

Ton premier tour du monde.

1 Octobre 2016 , Rédigé par F.S Publié dans #Lettres à ma fille

Ton premier tour du monde.

Cinq ans. Voilà, ça y est, c’est fait. Cinq ans, cinq doigts d’une main. La valeur n’attend pas le nombre des années, dit le proverbe populaire. Ta valeur est grande, comme celle d’un enfant bien sûr, en perpétuelle construction, avec ce bouillonnement, ce foisonnement de questions, de remarques, de réflexions drôlatiques et de bons mots comme le dernier en date : « Le raisin… ça pousse sur un… raisainier ? » Mais oui bien sûr, évidemment, enfin quoi vous ne saviez pas ?

Ta curiosité est insatiable – c’est de ton âge – et ma passion pour l’histoire et la géographie nous mènent tous deux sur des chemins de découvertes - ou de redécouvertes parfois pour ma part - du monde tel qu’il est. Je veux parler du monde vu sous l’aspect géographique : terres, mers et océans, montagnes et plaines, vallées et collines, animaux et insectes qui le peuplent, pays et frontières, climats et courants marins. Enfin tout.

Quand j’avais à peu près ton âge, on m’a offert un cadeau que je n’ai jamais oublié, et qui m’a suivi une grande partie de ma vie : un globe terrestre, doté d’une installation électrique et d’une ampoule pour le rendre lumineux. Combien d’heures – il est possible qu’en les additionnant on atteigne de nombreux jours – ai-je passé à rêver devant ce globe, ses couleurs, ses noms barbares par endroit, plus familiers à d’autres, ses pôles énigmatiques et ses étendues vastes comme des continents. Le monde ne tournait déjà pas très rond – la Guerre froide livrait ses derniers assauts mais nous ne le savions pas encore, et les chenilles des chars envahissaient le poste de télévision en même temps qu’elles martelaient l’Afghanistan, l’Iran, l’Irak. Je me souviens qu’on lisait encore sur les cartes « URSS », « RDA », et « Yougoslavie ». Je voyageais, le globe posé sur la table de chevet, assis au bord du lit, imaginant qu’un jour, je poserai le pied dans tel ou tel pays ou me baignerai dans telle ou telle mer. J’ai réalisé certains de ces rêves géographiques, mais hélas je suis loin d’avoir fait « le tour du globe » ! Il reste encore un peu de temps.

Aujourd’hui, quelle n’est pas ma fierté lorsque, dépliant une carte ou dépoussiérant le globe qui agrémente ma bibliothèque, tu te penches dessus en parcourant de ton petit doigt les contours d’un pays, les lignes gracieuses des routes et chemins, franchissant les mers comme d’autres sautent par-dessus un ruisseau… La géographie est un jeu, et son apprentissage passe par le corps, même si au début on ne quitte pas la chambre ou le salon. « Pour l’enfant amoureux de cartes et d’estampes, l’univers est égal à son vaste appétit. Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes ! Aux yeux du souvenir, que le monde est petit ! », poétise Beaudelaire. Un peu plus loin : « Pour n’être pas changés en bêtes, ils s’enivrent d’espace et de lumière et de cieux embrasés ; la glace qui les mord, le soleil qui les cuivre, effacent lentement la marque des baisers ».  

Je suis allé acheter un globe, pour te l’offrir, car rien ne pourra jamais remplacer le plaisir de la carte, surtout pas le « GPS ». A cinq ans, avoir envie de découvrir le monde, essayer d’en imaginer ses contours, son immensité, son incroyable richesse et ses multiples variétés, quoi de plus naturel ? Tu perceras jour après jour, année après année, les mystères de ce monde si fascinant, effrayant parfois (et même souvent), sans cesse à découvrir, en suivant de tes doigts terres, mers, océans, pôles et frontières, en suivant l’équateur ou le méridien de Greenwich… Quand tu sauras lire – ce qui ne tardera plus maintenant – tu pourras t’écorcher les lèvres en prononçant quelques noms exotiques, les ex-Républiques soviétiques et leurs capitales, les quatre principales îles japonaises ou le petit Etat du Lichtenstein (liste loin d’être exhaustive). Tu apprendras à le connaître de tes yeux, depuis le bord de ton lit, avant - qui sait ? - d’en faire le tour. Tu ne perdras jamais ton temps à apprendre la géographie, les cartes et les plans. Tu sauras où tu es, tu sauras où tu vas, tu sauras d’où tu viens. Cette mémoire des cartes et des plans – et leur orientation - t’évitera la cruelle condamnation de ceux qui se sentent perdus dès qu’ils ont quitté leur coin de rue.

Ce globe est rond, mais le monde a quatre coins : à toi d’en faire le tour, mon petit, et si mes forces peuvent encore durer un peu de temps pour que je t’y accompagne alors : « allons voir ! ».  

Lire la suite

C’est quoi, le problème avec les « migrants » ?

16 Septembre 2016 , Rédigé par F.S Publié dans #édito

- Réfugiés républicains espagnols au col du Perthus, en janvier-février 1939 -

- Réfugiés républicains espagnols au col du Perthus, en janvier-février 1939 -

Entre le 28 janvier, et le 13 février 1939, près de 500.000 réfugiés Républicains espagnols vinrent chercher asile en France, fuyant les troupes de Franco, suite à la chute de Barcelone le 26 janvier. Ce vaste mouvement d’exil forcé porte le nom de Retirada. Il faut aujourd’hui produire un effort d’imagination conséquent pour comprendre la situation, inédite, et dantesque pour l’époque : la population des Pyrénées-Orientales avoisine 230.000 habitants à la fin des années 30. En quinze jours, un afflux d’hommes en arme, mais aussi de femmes, d’enfants, de vieillards et de blessés arrivent aux principales voies frontalières, dont la plus célèbre – car la moins élevée – est le col du Perthus. Deux fois la population du département, en deux semaines ! C’est considérable.

- les ministres Rucart et Sarraut, visitant les réfugiés au col du Perthus en janvier 1939 -

- les ministres Rucart et Sarraut, visitant les réfugiés au col du Perthus en janvier 1939 -

Marc Rucart, ministre de la Santé publique, et Albert Sarraut, ministre de l’Intérieur du gouvernement de l’époque, sont venus sur les lieux le 31 janvier 1939. Voici ce que déclarait au reporter du journal L’Indépendant le ministre de l’Intérieur : « Les réfugiés, arrivant par milliers, mourant de faim, rentraient d’autorité dans les maisons pour s’y ravitailler de force. Certains, sous la menace même du revolver, tentèrent de dévaliser un poulailler ; d’autres eurent à l’égard de nos femmes et nos jeunes filles des attitudes inadmissibles. On a vu aussi des réfugiés refuser catégoriquement de se séparer de leurs hardes pouilleuses, ne pas consentir à leur désinfection ou bien, menaçants, ne pas vouloir laisser soigner leurs plaies purulentes (…). Il fallait maintenir l’ordre et assurer la sauvegarde sanitaire du pays ; c’est fait. Les femmes et les enfants, on les recevra ; les blessés et les malades, on les soignera ; les hommes valides, on les refoulera sans exception, sans considération de leur situation personnelle ou de leur état de fortune. Voilà qui est net. (…) » On voit que le phénomène migratoire et les tracas qu’il véhicule n’est pas neuf, et qu’il suscitait déjà – même de la part d’un gouvernement de gauche ! – de sacrées réticences. Celles-ci se confirmeront très vite par la suite, avec la lente marche des réfugiés vers les camps d’internement :  Saint-Cyprien, Argelès-sur-Mer, Barcarès, Collioure, le Vernet-d’Ariège, Bram… Certaines familles seront envoyées dans la Marne, en Normandie, dans les Pays de la Loire, en Charente, etc.

- Arrivée de réfugiés espagnols au col du Perthus en janvier 1939 -

- Arrivée de réfugiés espagnols au col du Perthus en janvier 1939 -

Mes vénérables professeurs de faculté d’histoire et géographie de l’Hôtel Fumé à Poitiers puis de la Sorbonne, nous expliquaient à chaque rentrée universitaire que non, vraiment non, « l’histoire ne se répète jamais ». Avant d’ajouter : « que parfois, il semble tout de même qu’elle bégaie ». C’est ce qui est en train de se passer actuellement avec le phénomène de Calais. Les propos tenus par Mme Véronique Péan, jeudi 14 septembre, en conférence de presse du groupe Front national du Conseil régional Centre-Val de Loire, évoquant les « étrangers indésirables (…) ou comment réduire une tumeur en disséminant les métastases », sont nauséabonds, choquants, immoraux. « Pour quel crime les habitants de la région Centre-Val de Loire sont-ils condamnés à assumer la charge des centaines de personnes qui leur sont parfaitement étrangères ? », poursuit-elle. Des propos inacceptables, mais finalement pas si éloignés que cela de la façon dont la France – j’ai bien écrit ce mot, la France – a accueilli il y a 77 ans les réfugiés espagnols, Républicains de l’armée populaire et leurs familles chassés par l’armée franquiste. « C’était ça ou la mort ! » me dit un jour Herminia Muñoz (qui passa le Perthus en janvier 39 avec sa mère et son petit frère de 5 ans) rencontrée en Ariège à la faveur de l’écriture de Franchir les Pyrénées sur les chemins de la liberté.

 

- Au col du Perthus, janvier 1939 -

- Au col du Perthus, janvier 1939 -

« C’était ça ou la mort ! », c’est ce que disent aussi les migrants de Calais, de Paris, de Dieppe ou d’ailleurs, qu’ils soient réfugiés de guerre ou migrants économiques, qui attendent dans un premier temps de l’aide élémentaire (logement, habillement, alimentation, éducation des enfants, prise en compte des mineurs isolés et des femmes seules avec enfants). Une aide élémentaire, c'est-à-dire un refuge, pas du diagnostic de bazar d’une cancérologue de bistrot encartée dans un parti d’extrême-droite. L’autre droite ne fait guère mieux. La gauche se tait. Le centre est dans le gouffre. Personne n’a d’autre idée que celle de se refiler la patate chaude.

- Campement de fortune au col du Perthus, janvier-février 1939 -

- Campement de fortune au col du Perthus, janvier-février 1939 -

« Ci-gît la France », comme l’écrivit Laurent Gaudé dans l’hebdomadaire Le 1 en février dernier. « Ci-gît » l’identité française, le fameux « roman national », la construction historique d’une France archi-composite et métissée qui débuta avec une tribu de chevelus barbus, casqués et vêtus de laine de mouton qu’on appelait les Francs. « Ci-gît » la France des cathédrales, des moines défricheurs, des compositeurs de sonnets et de motets, de tragédies en vers. « Ci-gît » la France des Valois et de la Renaissance, la France de Vauban et de Colbert, de Mazarin et Richelieu, de La Fontaine et La Rochefoucauld, la France des Lumières et de Voltaire, des Droits de l’Homme et du Citoyen, et même de l’Empire... « Ci-gît » la France coloniale, la France qui « accuse », la France d’Hugo, la France de la Marseillaise, la France qui se bat et se relève de la boue du Chemin des Dames et de Verdun, la France de Péguy et de Jeanne. « Ci-gît » la France qui résiste, avec les métèques, les rouges, les blancs, les enfants de la patrie et les femmes au courage infini. « Ci-gît » la France des Polonais, Portugais, Italiens, Algériens, Africains et de la Légion Étrangère, qui vinrent vider nos poubelles, construire nos maisons, descendre à la mine, fabriquer nos voitures et nos mobylettes, verser leur sang pour notre liberté. « Ci-gît » la France de De Gaulle, de Mauriac et de Malraux.  « Ci-gît » la France des partis et de la déraison, de l’inculture et de l’illettrisme, du confort individuel et de la bien-pensance. « Ci-gît » la France qui ferme sa porte et son cœur sec, couard, paresseux, vide, méconnaissable. « Ci-gît » la France qui ferme sa gueule...

F.S

Lire la suite

Matthieu Ricard, jusqu'au bouddhiste de la photo

6 Septembre 2016 , Rédigé par F.S Publié dans #Presse book

(c) F.S

(c) F.S

Exposées durant les Promenades photographiques de Vendôme jusqu'au 18 septembre, les photos du moine bouddhiste Matthieu Ricard étaient vendues aux enchères le 6 septembre par maître Rouillac père et fils, au profit de son association "Karuna Shechem". Rencontre privilégiée avec un homme touché par la grâce.

"Pourquoi je fais des photos ? Pour faire ressortir la beauté de la nature, et la beauté intérieure de l'être humain. Je fais de la photo parce que c'est ma façon favorite de perdre mon temps". On l'écouterait des heures, Matthieu Ricard, moine bouddhiste tibétain depuis plus de 40 ans, et photographe depuis l'âge de 13 ans. "Au début, je photographiais tout et rien, des flaques d'eau... Ma famille disait : ne demandez pas des photos à Matthieu, ça ne sert à rien. Pendant longtemps, pour illustrer mes livres, je mettais mes propres photos. Les gens disaient : qui est-ce qui a pris les photos ? A partir du moment où j'ai fais du noir et blanc, on a commencé à s'intéresser à elles..."

 

(c) F.S

(c) F.S

Il ne se sépare quasiment jamais de cette jovialité attentive, celle des hommes calmes - osera-t-on dire zen ? - des hommes qui écoutent beaucoup avant de parler. Des hommes qui savent faire silence, pas seulement dans leur environnement, mais aussi à l'intérieur d'eux-mêmes. Des hommes de paix et de don. Don de soi et don de temps pour des causes humaines très concrètes. En 2015, son association "Karuna Shechem" (littéralement "compassion" et du nom d'un monastère bouddhiste) a aidé 400.000 personnes, en matière de santé, d'éducation, de services sociaux. 620 villages népalais ont ainsi été aidés par Karuna Shechem depuis le terrible tremblement de terre d'avril 2015. Mardi 6 septembre, cet homme aux semelles de vent faisait halte à Vendôme, pour vendre une partie de ses photos par ailleurs exposées depuis juin et jusqu'au 18 septembre dans le cadre des Promenades photographiques. Elles sont tirées du livre Visage de paix, Terre de sérénité édité chez La Martinière.

(c) F.S

(c) F.S

Depuis près de cinquante ans qu'il sillonne cette région du monde, de l'Himalaya au Népal en passant par le Bhoutan et l'Inde, Matthieu Ricard a connu des débuts difficiles. "J'ai vécu 25 ans en Inde auprès de grands maîtres spirituels. J'avais l'équivalent de 40-50 € par mois. C'est largement suffisant pour s'en sortir là-bas, mais pour aider les autres, ça devient compliqué", explique-t-il. C'est en 1997 que tout bascule, ou tout commence, devrait-on dire. La sortie du Moine et du Philosophe, écrit avec son père Jean-François Revel (qui était aussi journaliste et essayiste) fait un carton en librairie. Il décide alors de reverser l'ensemble de ses droits d'auteur à la Fondation de France, puis à l'association qu'il créé au début de la décennie 2000. On pourrait croire ce moine bouddhiste, interprète français du Dalaï Lama, en lévitation permanente, perdu dans la méditation qu'il pratique assidument lors de  longues plages de solitude dans son ermitage népalais, à 2.500 mètres d'altitude. Ce serait mal le connaître : il a les deux sandales bien ancrées sur terre. "Sans le mécénat, on y arriverait pas. L'association, c'est le mécanisme qui permet d'agir. Ça procède d'une vision plus globale de l’altruisme. La meilleure façon de s'épanouir dans la vie, c'est d'être en harmonie avec la réalité. Nous sommes tous interdépendants les uns des autres", dit-il devant un public sage comme des images, dans le manège Rochambeau de Vendôme juste avant que les coups de marteau de maître Rouillac adjugent les photos.

(c) F.S

(c) F.S

Quand il n'en fait pas - ce qui est rare si on regarde bien - Matthieu Ricard parcourt l'Europe et une bonne partie du monde. Du 9 au 11 septembre, il sera à Bruxelles pour assister à une conférence mondiale sur le "Power and care", en présence du Dalaï Lama justement. "Je photographie souvent des visages, ils sont en eux-mêmes un enseignement. C'est ma façon de partager la beauté de la nature et la beauté de l'humain".

Un jour, il y a longtemps, Henri Cartier-Bresson avait signé un de ses livres de photos qu'il lui présentait (après avoir dédaigné le premier qu'il lui avait montré). "Des images fugitives et éternelles", avait-il écrit. Une leçon de vie, qu'il partage à longueur de temps...

F.S


Le résultat de la vente est de 13.010 € pour les 24 photos mises aux enchères sous le marteau d'Aymeric et Philippe Rouillac. Le produit de cette vente sera, comme annoncé, intégralement reversé à l'association Karuna Shechen.

Publié également ici

(c) F.S

(c) F.S

Lire la suite

Le château du Rivau est sans rival

29 Août 2016 , Rédigé par F.S Publié dans #émerveillement

(c) F.S

(c) F.S

"J'aime le jeu, l'amour, les livres, la musique, la ville et la campagne, enfin tout. Il n'est rien qui ne me soit souverain bien. Jusqu'au sombre plaisir d'un coeur mélancolique".

(La Fontaine). 

 

Le château du Rivau (Indre-et-Loire) à quelques kilomètres au sud de Chinon, sur la commune de Léméré. Splendide découverte de ce bâtiment XVe siècle, aux jardins "de conte de fées" et expositions d'art contemporain. Construit par Pierre de Beauvau à partir de 1440, Jeanne d'Arc vint y chercher des chevaux avant de monter à Orléans et Jargeau via Blois et Meung/Loire. Propriété et restauration depuis 1991 par la famille Laigneau, Patricia et Caroline. Hors des sentiers battus et des châteaux archi connus, un lieu à découvrir absolument...

(c) F.S

(c) F.S

(c) F.S

(c) F.S

- Arbre à souhaits - (c) F.S

- Arbre à souhaits - (c) F.S

(c) F.S

(c) F.S

(c) F.S

(c) F.S

- Salle des trophées - (c) F.S

- Salle des trophées - (c) F.S

(c) F.S

(c) F.S

- Tapisserie représentant la reine Zénobie - (c) F.S

- Tapisserie représentant la reine Zénobie - (c) F.S

- salle dite de Jeanne d'Arc - (c) F.S

- salle dite de Jeanne d'Arc - (c) F.S

(c) F.S

(c) F.S

(c) F.S

(c) F.S

- Oeuvre de Lilian Bourgeat - (c) F.S

- Oeuvre de Lilian Bourgeat - (c) F.S

(c) F.S

(c) F.S

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>